Chaudière-Appalaches

Marmites de géants

Marmites de géants

Marmite de géants

Par Raymond Camden, membre des Amis de Beaurivage

Le titre de cet article, surtout à cette période de l’année, peut donner l’impression que je vais divulguer un truc pour faire des conserves ou faire de la publicité pour une épluchette de blé d’Inde, mais ce n’est pas le cas. Mon sujet n’est pas lié à l’art culinaire, mais plutôt à un fait géologique qui date d’environ millions d’années.

La marmite de géants est une cavité que l’érosion a creusée durant la retraite des glaciers par frottement de graviers et de galets dans le soubassement rocheux qui est assez homogène pour s’user sans s’émietter. Notre gros trou rond d’environ 1,5 mètre de diamètre est situé au centre de la rivière Beaurivage* à Saint-Patrice, en ligne avec le mur est du moulin à scie des Turgeon.

Il faut rappeler qu’à une époque qui date d’entre 20 et 11 millions d’années, notre planète est passée par une période de refroidissement et de déplacement d’énormes glaciers. Les Appalaches sont une preuve de la force de ces glaciers de plusieurs kilomètres d’épaisseur. Quand ils se sont effondrés durant le réchauffement de la planète, le relief de notre province a été façonné tel que nous le connaissons.

À Saint-Patrice, nous avons plusieurs formations géologiques,et si on retrouve des marmites de géants un peu partout, il est très rare qu’on puisse les voir. C’est un phénomène géologique et historique rare que l’on peut apercevoir quand le niveau de l’eau de la Beaurivage est bas. Profitons en !

Quelques questions :

  • Devrait -on retirer la grosse roche qui nuit actuellement à la visibilité de notre marmite de géant ?
  • Devrait-on placer une affiche indiquant le danger de tomber à cet endroit qui n’est pas sécurisé par une clôture ?
  • Comment favoriser l’étude de la géologie particulière de notre milieu ?

Il ne tient qu’à nous de réfléchir sur cette époque qui a marqué notre territoire et le relief de Saint-Patrice. Pourquoi ne pas le faire avec nos proches et amis autour d’une marmite remplie de maïs sucrés ou autres produits de notre beau territoire.

Source du texte site Web de la municipalité de Saint-Patrice-de-Beaurivage : ville.saint-patrice-de-beaurivage.qc.ca.

Rivière de Beaurivage

Les sources de la rivière Beaurivage sont dispersées à travers le mont Handkerchief, le mont Sainte-Marguerite et Saint-André, contreforts des Appalaches, qui se dressent au sud de Saint-Sylvestre. Son cours moyen, orienté vers le nord, traverse plusieurs secteurs marécageux et dessine de nombreux méandres. Il reçoit le bras d’Henri à la hauteur de Saint-Gilles, plus effectue un coude en direction est qui lui permet d’arroser Saint-Étienne-de-Lauzon et de rejoindre la Chaudière, près de Saint-Rédempteur. D’une longueur d’environ 65 km, la Beaurivage draine un bassin de quelque 750 km2. Le nom de la rivière et son usage se confondent avec celui de la seigneurie Saint-Gilles ou de Beaurivage concédée en 1738 à Gilles Rageot, sieur de Beaurivage, né en 1689 et cadet de la famille de Gilles Rageot, notaire royal (vers 1642-1692). Oeuvrant dans le commerce, Rageot s’occupa assez peu de sa seigneurie, qui, après 1782, passa successivement entre les mains des familles Fraser, Davidson et Ross. Des colons d’origine irlandaise s’y installèrent en grand nombre vers le milieu du XIXe siècle. Plusieurs paroisses et municipalités ont retenu, officiellement ou dans l’usage, le nom de la rivière dans leur désignation:Saint-Sévérin-de-Beaurivage, Saint-Gilles-de-Beaurivage, Saint-Patrice-de-Beaurivage, Saint-Narcisse-de-Beaurivage, Saint-Sylvestre-de-Beaurivage.

Le terme Beaurivage est souvent utilisé comme régionyme s’appliquant principalement aux villages et paroisses que traverse le cours moyen de la rivière de la rivière. L’ensemble constitue une sous-région qui oscille entre l’attraction de la Beauce et celle de Lotbinière sur les divers plans, électoral, municipal, scolaire et économique. Variantes : Rivière Falmana ; Bras du Sud-Ouest.

marmite de géants

Site des marmites géantes. Source de la photographie : ville.saint-patrice-de-beaurivage.qc.ca.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *