Charlevoix

Baie-des-Rochers

Baie-des-Rochers

Hameau de Baie-des-Rochers

La Baie-des-Rochers est un secteur ou hameau faisant partie de la municipalité de Saint-Siméon, située dans Charlevoix. Saint-Siméon comprend aussi les hameaux de Port-au-Persil et Port-aux-Quilles.

La baie, d’une beauté sauvage, est encaissée entre des falaises rocheuses et porte en son milieu une île accessible à marée basse.

Le nom de l’endroit fut choisi par Samuel de Champlain, en 1626, afin de rendre un hommage émouvant aux centaines de rochers qui parsèment cette baie spectaculaire, entourée de parois abruptes.

Dans la Baie-des-Rochers se trouve le Parc municipal du même nom, une forêt mixte dont les paysages sont incomparables. En suivant ses sentiers, on arrive à la baie qui se découvre complètement lorsque la marée est basse.

Les experts en voyage disent que le meilleur endroit pour l’observation des animaux est le cap du Nid-aux-Corbeaux. Des biologistes viennent étudier les fonds marins parmi les rochers de couleurs différentes qui tapissent la batture.

La Baie-des-Rochers est un endroit privilégié pour l’observation de la faune sauvage marine. En effet, lors des marées basses, on peut y voir une grande variété d’animaux qui vivent habituellement dans l’eau, tels que des étoiles de mer, des oursins* ou des vers marins (n’oubliez pas vos bottes !). Un magnifique réseau de sentiers de randonnée pédestre de 6 kilomètres, accessible au grand public, y a été aménagé. On peut y pratique de la pêche. Un camping sauvage et un site de pique-nique y sont disponsibles.

Au sud de la baie, à l’Anse au Sable, on peut dresser sa tente dans un lieu calme et solitaire. On peut y faire du canot ou du kayak et observer les baleines qui passent au large.

Coordonnées du parc municipal de la Baie-des-Rochers :

502 rue St-Laurent,
C.P. 98,
Saint-Siméon
G0T 1X0

Téléphone : 418 638 2451

*Oursin

(Oursin vert, Stongylocentrotus drobachiensis, hérisson ou châtaigne de mer – Echinus esculentus, oursin pourpre – Arbacia punctulata, Échinodermes.

Animal marin à carapace sphérique, plus ou moins aplatie selon les espèces, pouvant atteindre de 7 à 8 cm de diamètre. L’oursin est recouvert de piquants longs d’environ 2 cm chez les espèces les plus courantes, mais pouvant atteidnre de 10 à 15 cm (d’où ses surnoms de « hérisson » et de « châtaigne de mer »). Quelques piquants sont fixes, d’autres munis de ventouses sont mobiles, permettant à l’oursin de se mouvoir, tandis qu’un certain nombre se terminent en pinces afin qu’il puisse se nourrir. Le dessus de la carapace est totalement recouvert de piquants et abrite seulement l’anus, placé au milieu. La bouche, munie de 5 dents et entourée d’une zone excempte de piquants, est placée en dessous. C’est sous cette partie que baigne la partie comestible, c’est-à-dire les 5 glandes sexuelles (ovaires ou gonades car l’oursin est unisexué) appelées « corail » qui sont comme chez la moule de couleur orange. Il existe près de 500 variétés d’oursins parmi lesquelles plusieurs ne sont pas comestibles. Les oursins les plus appréciés sont les verts et les noir-pourpre.

Quelle est la valeur nutritive de l’oursin ?

L’oursin contient 15 g de protéines, 2 g de matières grasses et 95 calories/100 g.

Comment acheter et préparer l’oursin ?

L’oursin est très périssable. À l’achat, vérifier si ses piquants sont dressés, signe de fraîcheur. Il doit contenir 12 % de son poids en « corail ». Pour l’ouvrir, se munir d’un chiffon épais ou d’un bon gant. Le prendre de façon à pouvoir pratiquer une ouverture près de la bouche et tout autour de la partie dépourvue de piquants en se servant de ciseaux. Enlever ensuite les débris qui ont pu tomber ainsi que L’appareil digestif.

Comment utiliser la chair de l’oursin ?

La chair de l’oursin a une consistance et une saveur très particulières, difficilement définissables. C’est le plus digestible de tous les fruits de mer. Les manières de le préparer sont assez limitées. On mange surtout l’oursin cru, avec ou sans le liquide dans lequel il baigne, agrémenté d’un peu de jus de citron, d’échalotte et de sel, accompagné de pain ou déposé sur des canapés. Il peut aussi aromatiser sauces ou mayonnaises, tout comme il est possible de l’incorporer à des omelettes, des œufs brouillés ou des crêpes ; il sert également à cuisiner un délicieux potage. On le cuit parfois quelques minutes dans de l’eau bouillante salée comme un œuf à la coque.

L’oursin se conserve au réfrigérateur.

baie-des-rochers

Région de Baie-des-Rochers. Source de la photographie : Tourisme Charlevoix

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *