Centre-du-Québec

Gentilly

Gentilly

Ancienne village de Gentilly

Situé à l’est du centre de la ville de Bécancour, le secteur de Gentilly a longtemps été le secteur le plus populeux de la ville. La proximité de la centrale nucléaire Gentilly 2 et du parc industriel peut expliquer cette concentration humaine au cœur d’un noyau urbain bouillonnant d’activités.

L’histoire de Gentilly remonte à 1647, date où la compagnie des Cent-Associés concède deux fiefs à Nicolas Marsolet et à Pierre Lefebvre au bord du Saint-Laurent et de la rivière Gentilly. En 1669, un autre fief est concédé à Michel Pelletier. En 1683, les trois concessions acquièrent le statut de seigneurie des Poissons. Le territoire fut érigé en paroisse en 1784.

Quant au nom de village, plusieurs historiens prétendent  qu’il est relié la commune de Gentilly située près de Paris. D’autres relient le nom de Gentilly au sieur Poisson de Gentilly, premier époux de la femme de Michel Pelletier, tué par les Iroquois lors d’une embuscade.

Au début de la localité, les inondations assaillaient le village régulièrement en raison des  terres basses qui bordent le Saint-Laurent. Par conséquent, l’établissement originel dut s’éloigner de la berge du fleuve.
En 1756, un moulin banal est construit à Gentilly. Ce moulin sera connu comme Moulin Michel. Reconstruit vers la fin du XIXe siècle, ce moulin est resté sur pied jusqu’à nos jours.

La vie économique de Gentilly a longtemps reposé sur la production laitière et le production linière. La coupe de bois a fait tourner deux moulins à scie jusqu’au milieu du XXe siècle.

Aujourd’hui, Gentilly est une communauté dynamique à laquelle on doit le fameux carnaval d’hiver de Gentilly et le très original Potirothon.

En 1973, une centrale nucléaire a été construite à Gentille. Elle a été en opérations une quarantaine d’années, mais elle doit être démantelée.

Dans les environs du secteur de Gentilly, le Parc régional de la rivière Gentilly propose un environnement paisible et en pleine nature pour la pratique d’activités sportives et récréatives.

Notes historiques : le curé de Gentilly Claude-Gabriel Courtin (1795-1932) a été le principal acteur d’une histoire de revenants si mémorable qu’elle a inspiré un récit fantastique à l’écrivain Louis Fréchette.

Une localité de l’État de Minnesota, aux États-Unis, porte le nom de Gentilly. Ce village fut fondé en 1873 par des ressortissants de Gentilly au Québec, partis chercher fortune au sud.

Rivière Gentilly

Ce cours d’ean, long d’environ 32 kilomètres, prend sa source dans une région assez marécageuse de la partie méridionale du canton de Blandford, au nord-ouest de l’endroit où la rivière Bourbon se jette dans la Bécancour, traverse le lac Soulard, serpente vers le nord-ouest et rejoint le Saint-Laurent à 8 km à l’ouest de Gentilly. Désigné sous le nom de Petite rivière Puante dès le XVIIe siècle, il devait conserver cette appellation au cours de la première moitié du xVIIIe siècle. Dans un aveu et dénombrement de 1734, on relève déjà « la petite rivière Gentilly ». Robert de Villeneuve l’appelle Petite Rivière Puante sur la carte de 1691.

Il en est de même sur celle d’Anville de 1755, Jonathan Carver la désignait encore L. Puante R. sur ses cartes de 1776 et de 1794. Dans son Histoire et description générale de la Nouvelle-France (1744), le père F.-X. De Charlevoix énumère trois hyptoth;ses sur l’origine du nom Puante, dénomination qui a d’abord été attribuée à la rivière Puante. La première fait allusion à la mauvaise odeur de l’eau de la rivière ; on aurait attribué cette appellation à cause de la grande quantité de rats musqués qu’on y trouvait et dont les Indiens ne peuvent souffrir l’odeur ; une bataille entre les Algonquins et les Iroquois, toujours selon le père Charlevoix, aurait eu lieu à proximité de cette rivière.

La quantit.é de corps qui restèrent dans l’eau et sur les bords de la rivière l’infecta de telle sorte que le nom Puante lui est resté. La carte de Murray (1763) inscrit R. Gentilly et il en serea généralement de même par la suite. Le cours d’eau a pris le nom de la seigneurie de Gentilly concédée à Michel Pelletier de La Prade en 1676. Gentilly designe en France une commune du Val-de-Marne, en banlieue dus de Paris. Variantes : Le Grand Bras ; Ruisseau d’Aigle.

Gentilly 2

Centrale atomique de Gentilly 2. Photographie libre de droits.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *