Montréal: ses attraits

Place Royale de Montréal

Place Royale de Montréal

Place Royale de Montréal

La première place publique de la ville

En 1611, cet endroit fut nommé par Samuel de Champlain qui s’y débarque, « Place Royale ». En 1642, quand les fondateurs de Montréal s’établissent sur l’île de Montréal, ils choisissent le même endroit pour sa première place publique.

La Place Royale fut d’abord la place du marché aux 17e et 18e siècles. Les colons et les Indiens s’y rendaient échanger fourrures, eau de vie, victuailles, outils et toute sorte d’autres choses.

De plus, c’est à cette place qu’on affichait proclamations, édits et ordonnances, décrets royaux. Comme la plupart des habitants étaient analphabètes, ces ordonnances étaient  lues à la population avant d’être affichée. et qu’on punissait les condamnés des tribunaux.

place royale

Place Royale, photo libre de droits.

La Place Royale devient le lieu de rencontre des Montréalais, tant hommes que femmes. Tout le monde s’y réunissait pour parler d’affaires et pour échanger des nouvelles.

Par contre, au premier recensement de la Nouvelle-France, en 1666 (un siècle avant celui d’Europe), il n’y avait que 3215 personnes dont 625 à Ville-Marie. Les familles d’antan avaient dix enfants ou plus, il est donc difficile que plus de cent personnes se rassemblent sur la place au XVII siècle.

En 1838, au centre de la place, on érige la maison de la Douane. La place est déplacée un peu au nord.

Officiellement, la Place Royale n’a reçu son nom officiel qu’en 1892, lors du 250e anniversaire de la fondation de la ville de Montréal. Elle porta aussi des noms de Place d’Armes, Place du Marché, mais, aujourd’hui, comme aux débuts, elle est Place Royale.

La Place se trouve à la hauteur numéro 150 de la rue Saint-Paul ouest.

La place Royale

Au point de vue historique c’est là un des plus anciens points de Montréal, en dehors du Mont-Royal lui-même, exploré en 1536 par Jacques Cartier Samuel de Champlain tint à cet endroit qu’il appela Place Royale, de 1611 à 1635, son comptoir annuel d’échanges avec les Indiens de l’Ottawa.

Il fit défricher le terrain, y fit un jardin et transforma si bien cet emplacement que Maisonneuve en fit le siège permanent de sa colonie de Ville Marie en 1642.

Près de là existait la petite rivière St-Pierre qui coule maintenant sous terre dans les canalisations des égouts municipaux. Dans ce petit port Champlain et Maisonneuve laissent leur flottille à l’ancre.

La Place Royale se trouvait en dehors du Fort (son emplacement, un peu à l’ouest est indiqué par le premier monument commémoratif des Colons). Elle fut la première place d’armes ou terrain de manœuvres de ses soldats. Vers 1680, elle devint la grande place publique de marché et c’est là que se tenaient les grandes foires annuelles pour la vente des peaux et fourrures. C’est là que se réunissaient les indiens venant du nord; ils plantaient leurs tentes et établissaient leur camp dans les alentours de ce qui est maintenant la rue de la Capitale.

Cet emplacement était aussi la Place publique sous le régime français et plus tard sous le régime anglais; c’est là qu’avaient lieu les exécutions ainsi que les punitions de moindre importance telles que le fouet et le pilori. Elle fut, de tout temps, le centre d’activité du port. En 1838, le vieil hôtel des Douanes (maintenant Bureau fédéral du Service des travaux publics) fut construit et servit à la douane jusqu’en 1870, quand le gouvernement fédéral acheta de la Royal Insurance Company le bâtiment qui existe encore au #1 de la rue des Commissaires et qu’on appelait alors Pointe-à-Callière du nom d’un ancien Gouverneur (1685-1698).

Montréal devint officiellement port d’entrée en 1842 et dans les débuts de la navigation à vapeur, la Place Royale était encore la place du marché et le quai de débarquement et le centre des affaires. La statue qui s’élève au-dessus de la fontaine fut érigée à la mémoire de l’honorable John Young, une des notabilités de la ville à qui est dû en grande partie le développement initial du port de Montréal – type des hommes d’affaires et des négociants à idées larges qui prévoyaient l’avenir et la grandeur de Montréal et en préparaient sagement la réalisation.

(Description faite en 1927).

Ancienne douane
L’ancienne douane dans le Vieux-Montréal, sur la place Royale. Photo de GrandQuebec.com.

Vous devez vous enregistrer pour ajouter un commentaire Login

Laissez un commentaire