Ville de Québec

Sport d’hiver à Québec

Sport d’hiver à Québec

Ski, patins, raquette…

Même si le Carnaval de Québec reste l’événement le plus célèbre des festivités de la saison hivernale, les touristes qui viennent à Québec peuvent en profiter pour pratiquer les sports hivernaux, tels que le ski, la raquette, la glissade et le patinage. À Québec, ce ne sont pas les endroits appropriés qui manquent.

D’abord, parlons de la patinoire de la place D’Youville, dans le Vieux-Québec, l’une des plus célèbres de la province. Cette patinoire de taille moyenne est réfrigérée et la qualité de sa glace est toujours parfaite. On patine près des fortifications.

Puis, en descendant vers la terrasse Dufferin, on peut se lancer sur les pentes des Glissades de la terrasse Dufferin. La hauteur est de plus de 70 mètres et on atteint une vitesse de 60 kilomètres à l’heure.

Si l’on n’est pas encore fatigué, on peut emprunter la promenade des Gouverneurs et patiner sur une longueur de 650 mètres le long de la Citadelle, avec une superbe vue sur le fleuve. On peut suivre cette piste jusqu’aux plaines d’Abraham.

Les plaines d’Abraham, quant à elles, offrent des opportunités pour les amateurs de ski de fond. On dit que la longueur des sentiers est d’environ 15 kilomètres, plus 3 kilomètres pour les amateurs de raquette et 6 kilomètres de sentiers de marche.

Les sentiers commencent un peu à l’écart, mais il suffit de suivre les gens qui se promènent avec des skis sur l’épaule pour trouver l’entrée des pistes. On peut louer de l’équipement sportif à la Maison de la découverte des plaines d’Abraham.

À Sainte-Foy, lieu de la dernière bataille gagnée par les Français en Amérique, le Centre de glisse Myrand accueille les skieurs qui y viennent souvent avec toute leur famille. On y retrouve également des amateurs de glissade sur tube. De plus, une patinoire réfrigérée est aménagée à Sainte-Foy, connue sous le nom d‘anneau de glace Gaétan-Boucher.

Citons encore le sentier de patins du Site des sports d’hiver de la Pointe-aux-lièvres, et le Domaine Maizerets, qui possède lui aussi son anneau de glace et des sentiers de ski de fond.

Depuis un siècle les patins n’ont pas subi de grandes modifications

Il y a trois mille ans environ, nos ancêtres utilisaient déjà les patins comme moyen de locomotion.

À cette époque lointaine, on se servait d’os d’équidés pour glisser rapidement sur les fleuves et les lacs glacés. Plusieurs musées allemands, belges, finlandais possèdent dans leurs collections des patins ayant permis de pratiquer le patinage aux temps préhistoriques.

Le patin moderne ne ressemble guère à celui qui fit la joie des homme à peine civilisés. Du reste, vers l’an 50, les Hollandais employèrent le fer pour rendre leurs patins plus solides. Et d’importantes modifications, forme et choix de métal, ont été apportées aux patins au fur et à mesure que leur usage se propageait.

Nos arrière-grands-pères ont encore le souvenir des patins dont une partie, celle qui s’adapte sous la chaussure, était en bois et l’autre, la lame, en acier.

Dans le Jura, chaîne de montagnes entre la France et la Suisse, les patins complètement en fer ou en acier ont fait leur apparition peu après la guerre franco-allemande de 1870-1971. Quelques sportifs suisses se souvenaient dans les années 30 su XXe siècle avoir appris à patiner sur la neige durcie avec des patins ayant appartenu à des personnes comptant à cette époque 90 printemps. Or, ces patins étaient en fer. Pour les chausser, il fallait serrer une vis placée à l’arrière du talon.

D’autres systèmes offraient plus d’avantages, principalement ceux désignés sous le nom d’Halifax. Ces derniers ne tardèrent pas à être remplacés par un simple ressort, lequel n’exige qu’une demi-minute pour fixer une paire de patins à n’importe quels souliers un peu forts.

Dans les épreuves de patinage de vitesse ou artistique, les virtuoses de la glace se servent de patins très légers en aluminium et en acier, certains même fabriqués en duralumin.

Les Allemands, pour rendre les lames plus résistantes et plus coupantes, font un outillage qui est à base d’acier et auquel on mélange une petite quantité de tungstène et de vanadium.

Le prix de revente de ce genre de patins est plutôt élevé, mais on ne recule guère devant une telle dépense lorsqu’il s’agit de gagner un titre mondial de vitesse ou d’habilité sur patins.

Saviez-vous qu’il en coûtait à la direction du club de hockey Canadien tout près de $2,000 par saison pour l’achat et l’entretien des patins des joueurs?

station touristique duchesnay

Station touristique Duchesnay. Photo : © GrandQuebec.com,

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *