Ville de Québec

Orsainville

Orsainville

Quartier d’Orsainville

Le secteur d’Orsainville fait partie de l’arrondissement de Charlesbourg de la ville de Québec.

Historiquement, le vaste terrain du secteur avait été concédé en titre de noblesse à l’intendant de la Nouvelle-France (Canada) Jean Talon qui a ajouté alors le constituant «comte d’Orsainville» à son nom.

En fait, en 1671, ces terres constituèrent d’abord la seigneurie d’Orsainville. En 1672, elles reçurent l’appellation de «baronnie des Islets» et c’est en 1675 qu’elles deviennent «comté d’Orsainville». Le fief attaché au titre constituait des terrains terres acquises par l’intendant Talon en 1667 et 1668 au nord de la rivière Saint-Charles, à proximité du Palais de l’intendant de la colonie

Après la mort de Talon qui décéda en 1694, le comté passe d’abord à ses héritiers qui le vendent à Mgr de Saint-Vallier, évêque de Québec qui les donne en cadeau  à l’Hôpital général de Québec (en 1698). Les terres sont intégrées alors aux terres de l’hôpital et redeviennent seigneurie d’Orsainville.

Pendant deux siècles et demi le nom était utilisé plutôt familièrement pour désigner l’ensemble des municipalités constituées sur ces terres, mais c’est en 1953 que la municipalité de la paroisse de Saint-Charles-de-Charlesbourg adopte officiellement le nom de Orsainville. En 1960, la municipalité d’Orsainville est érigée en ville.

En 1976, la ville de Orsainville et les municipalités de Notre-Dame-des-Laurentides, de Charlesbourg-Est et de Charlesbourg fusionnent sous le nom de Charlesbourg. Finalement, en 2001, la ville de Charlesbourg est annexée à Québec et Orsainville est désormais un secteur de l’arrondissement de Charlesbourg.

Curieusement, au Québec, le secteur Orsainville est connu par une prison provinciale construite vers 1970. Ce centre de détention est familièrement appelé prison d’Orsainville. En fait, la prison est située hors des limites d’Orsainville, juste à côté du secteur. Elle se situe toutefois dans les limites du territoire de l’ancienne seigneurie d’Orsainville.

Secteur Château-Bigot

C’est à Charlesbourg, dans la partie orientale d’Orsainville, que l’on trouve le secteur de Château-Bigot. Sis à environ 3 km à l’est de la route 175, reliant Québec au Saguenay et au Lac-Saint-Jean, ce petit quadrilatère constitué de quelques dizaines de maisons est arrosé par la rivière des Commissaires. Le toponyme fait allusion à une somptueuse résidence de pierre qu’aurait habitée de façon sporadique celui qui fut intendant de la Nouvelle-France de 1748 à 1760, François Bigot (1703-1778).

Le château Bigot, nom attesté vers 1874, qui a également porté les noms d’Hermitage, de Maison de la Montagne (des Ormes), de Château-Bégon et de Beaumanoire, a probablement été bâti par Michel Bégon, intendant de la Nouvelle-France de 1710 à 1726. On raconte que, sous Bigot, ce château, qui aurait été habité de façon permanente jusque vers 1850 et dont les ruines ont fait place à une maison de style moderne en 1989, fut le théâtre de nombreuses festivités.

La vie controversée de Bigot (on lui attribue plusieurs vices, dont l’amour du jeu, l’appât du gain et des passions amoureuses) a fait naître tout un courant de littérature fictive à la fin du XIXe siècle. Des ouvrages tels le Chien d’or (1884) de William Kirby, L’INtendant Bigot (1871) de Joseph Marmette ou encore Caroline d’Amédée Papineau (1837), auront permis au désormais célèbre personnage d’entrer dans dans la légende.

maison gomin orsainville

Maison Gomin d’Orsainville. Photographie de Granquebec.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *