Ville de Québec

Loretteville

Loretteville

Ville de Loretteville

Loretteville est située le long de la rivière Saint-Charles, à quinze kilomètres environ au nord-ouest du centre-ville de Québec. Elle regroupe environ 15 mille résidents.

Son nom provient de l’établissement des Hurons qui se trouvait à cet endroit à la fin du XVIIe siècle. Au fait, le village s’appelait Jeune-Lorette, rappelant le village de Lorette situé quelques kilomètres à l’ouest et qui s’appelle aujourd’hui L’Ancienne-Lorette. Le père Chaumonot qui dirige déjà leur destinée spirituelle depuis 1651, est sans doute à l’origine du nom de Lorette puisqu’il vouait une grande dévotion à Notre-Dame-de-Lorette grâce à qui il avait été guéri d’une grave maladie dans sa jeunesse. La Sainte Maison de Lorette, en Italie, devait d’ailleurs servir de modèle pour la construction de la première chapelle de L’Ancienne-Lorette qui fut achevée le 4 novembre 1674.

Même si une des premières paroisses au Québec fut fondée dans ces lieux (la paroisse de Saint-Ambroise fut érigée en 1676), la municipalité de la paroisse de Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette fut constituée civilement en 1845.

Le village fut connu sous le nom de Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette jusqu’en 1913, quand il adopte le nom de Loretteville. Il est incorporé en ville 1947.

En 2002, Loretteville est devenue un des quartiers de la Ville de Québec, faisant partie de l’arrondissement de la Haute-Saint-Charles.

Traditionnellement, le village était reconnu par l’industrie du cuir. En effet, il y avait des tanneries de renom, et un Festival du Cuir y a longtemps été tenu.

D’ailleurs, Loretteville s’est développe après la construction d’une centrale électrique sur les chutes Kabir-Kouba.

Aujourd’hui, Loretteville, avec ses rues étroites et son vieux quartier qui rappelle les peuplements du début de la Nouvelle-France, constitue le seul noyau urbain de l’arrondissement de la Haute-Saint-Charles. Son économie bénéficie de l’industrie touristique qui accueille un grand nombre de touristes européens et américains.

La réserve huronne de Wendake est l’un des centres d’intérêt de Loretteville.

Notons que le secteur de Château-d’Eau qui se trouve au nord du centre de Loretteville, dans l’axe du boulevard Valcartier, s’est constitué en municipalité en 1926 pour se réunir à nouveau à Loretteville en 1965. Le nom du secteur vient de l’édifice abritant la prise d’eau principale de la Ville de Québec.

Le Parc linéaire des rivières Saint-Charles et du Berger, le Parc de la Falaise de la Chute Kabir Kouba, la piste cyclable des Cheminots, le parc Chauveau, située aux abords de la rivière Saint-Charles, le Club de golf de Lorette et plusieurs autres parcs et espaces verts font que Loretteville soit l’une des coins les plus verts de Québec.

Wendake

Ce n’est qu’en 1697 que les Hurons devaient finalement s’établir définitivement sur l’emplacement actuel – Nouvelle-Lorette, Le Jeune-Lorette, Rorke, Village-Huron-de-la-Jeune-Lorette, Notre-Dame-de-Lorette, Village-Huron, Village-des-Hurons, Indian-Lorette devaient à partir de cette date, devenir les différentes appellations utilisées pour identifier la réserve, son bureau de poste et la gare ferroviaire qui la desservait à une certaine époque.

La réserve prend officiellement le nom de Wendake en 1986. Environ 950 personnes y habitent actuellement et elle jouit d’une excellente économie. Une soixantaine d’entreprises fournissent du travail à la main-d’oeuvre autochtone mais aussi à plusieurs dizaines de travailleurs externes.

 

Wendake

Musée Wendake. Photographie libre de droits.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *