Ville de Québec

Église St-Pierre-de-l’Île-d’Orléans

Église St-Pierre-de-l’Île-d’Orléans

Église Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans

L’église de Saint-Pierre, dans la municipalité de Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans, est la plus ancienne église de l’île. Elle fut érigée en 1717 et bénie en 1718.

C’est dans cette église qu’officiait comme curé résident le futur Mgr Louis-Philippe Mariauchau d’Esgly (1710-1788), premier évêque de Québec né au Canada.

Pendant la guerre de Conquête, en 1759, le presbytère de l’église fut endommagé lors du siège de Québec.

L’église a été classé monument historique en 1979 et est utilisée à l’occasion comme salle de concerts, mais une seconde église, construite en 1954, sert du lieu de culte pour les fidèles de la localité.

Coordonnées de l’ancienne église de Saint-Pierre :

1243, chemin Royal
Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans
G0A 4E0

Téléphone : 418 828 2656.

Historique de Saint-Pierre-de-l’île-d’Orléans

Entre Saint-Pétronille, au sud-ouest, et Sainte-Famille, au-nord-est, dont elle est séparée par la rivière Pot au Beurre, se situe Saint-Pierre. C’est dans cette municipalité que le pont de l’Île-d’Orléans atteint le territoire insulaire. La construction de cet ouvrage, en 1935, a contribué au développement résidentiel de la localité, qui, de peu habitée et de très rurale, devient plus populeuse et moins agricole.

Les rivières du Moulin et Maheu y coulent. Figurant déjà sur une carte de Villeneuve en 1689, le nom Saint-Pierre identifie d’abord la paroisse de Saint-Pierre et Saint-Paul fondée en 1679 et qui englobait l’actuel territoire de Saint-Pétronille.

La première chapelle remonterait à 1662 et, en 1673, on aurait procédé à la construction d’une seconde. En 1759, les Anglais ont occupé l’église et lourdement endommagé le presbytère. Érigée canoniquement en 1714 et civilement en 1722, la paroisse célèbre probablement l’apôtre saint Pierre, le plus important des douze, martyrisé sous Néron en 64 de notre ère. La municipalité de paroisse, créée en 1845 sous l’appellation de Saint-Pierre-Isle-d’Orléans était abolie en 1847 et devenait partie de la municipalité de comté. Rétablie sous le nom de Saint-Pierre-et-Saint-Paul en 1855, nom qui figure également à l’article 34 du Code municipal de 1871, l’usage n’en a pas moins retenu que le premier membre. Les premiers Saint-Pierrois s’installent à cet endroit vers 1660 et y érigent, entre 1716 et 1718, l’une des églises les plus anciennes du Québec, et, cas rare, une seconde église moderne y a été construite tout près de l’ancienne classée monument historique et servant à l’occasion de salle de concerts.

Pendant 54 ans (1734-1788), le premier évêque de Québec né au Canada, monseigneur Louis-Philippe Mirachau d’Esgly (1710-1788), y assumera la fonction de curé résident. Vers 1710, une querelle de reliques étant intervenue entre Saint-Pierre et Saint-Laurent, l’évêque du temps, monseigneur de Saint-Vallier, décide que l’on échangera celles-ci à mi-chemin entre les deux villages.

La route des Prêtres et une croix commémorent l’événement. Le célèbre Félix Leclerc (1914-1988), y dort de son derniers sommeil, ayant habité la localité de 1938 à sa mort.. Il a publié, en 1968, un roman intitulé « Le Fou de l’Île ». Les Saint-Pierrois fabriquaient un fromage au goût très délicat (XVIIIe siècle – 1970) et exploitaient de nombreuses érablières. C’est à cet endroit que le premier cercle des fermières de l’Île a vu le jour en 1923.

eglise st pierre de l'île d'orléans

Église Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans. Photo libre de droits.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. gilles plante

    2013/01/20 at 2:39

    Ma mère,Bernadette Vézina est née le 22 décembre 1925 à Saint-Pierre,Ile d’Orléans et fut baptisée à votre église dans les jours qui ont suivi sa naissance.A 87 ans, il est temps pour elle de penser à ses obsèques et elle aimerait être enterrée près de ses parents, Wilfrid Vézina et Yvonne Vaillancourt dans votre cimetière de votre paroisse.Quelles sont les démarches à suivre pour que son voeux se réalise? En son nom je vous remercie à l’avance de votre précieuse collaboration.
    De la part de son fils,
    Gilles Plante.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *