Ville de Québec

Église de Saint-Casimir

Église de Saint-Casimir

Église de Saint-Casimir

L’église de la municipalité de Saint-Casimir fut construite en pierre entre 1898 et 1899 selon les plans dressés par l’architecte Joseph-Georges Bussières.

Cette église, située au centre du village, est la plus grande église de la MRC de Portneuf. Elle s’impose avec son style roman et sa sacristie de style gothique. Cet impressionnant temple catholique est à l’image de l’essor économique que connut Saint-Casimir pendant la première partie du XXe siècle.

L’église, très élégante et parfaitement entretenue, possède une nef à un vaisseau et deux très belles flèches. L’orgue Casavant Frères, fabriqué en 1905 avec vingt-sept registres répartis sur deux claviers manuels, un pédalier à traction pneumatique tubulaire et une soufflerie électrique y est installé. La décoration intérieure de l’église fut réalisée par Raphaël Giroux, élève de Thomas Baillairgé. Quatre sculptures du sculpteur de renom Louis Jobin constituent des joyaux patrimoniaux importants.

Municipalité de paroisse de Saint-Casimir

En 1836, une partie du territoire de Saint-Charles-des-Grondines était détachée pour former la paroisse de Saint-Casimir, dans la région de Portneuf. À une dizaine de kilomètres à l’ouest de Saint-Marc-des-Carrières, près de Saint-Thuribe, et à environ 75 km à l’ouest de Québec. Établie sur la rive nord de la rivière Sainte-Anne, la paroisse est parcourue par les rivières Blanche, Noire et Niagarette. Plus tard, le bureau de poste local, ouvert à cet endroit en 1852, et la municipalité de paroisse, érigée en 1845, et rétablie en 1855, reprennent cette appellation. Celle-ci se veut un hommage à Joseph-Casimir Dury ou Duret, notaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade, qui fournit une importante somme d’argent afin d’y bâtir une église. Son saint-patron, né en 1458 et mort en 1484, était un prince polonais. Patron de la Pologne et de la Lituanie, il fit preuve de vertus exemplaires. On célèbre sa fête le 4 mars.

Les premiers Casimiriens avaient quitté Sainte-Anne-de-la-Pérade, Deschambault et Grondines au début du XIXe siècle, pour venir défricher ce territoire. Ils avaient été précédés, vers 1721, de personnes qui désiraient y exploiter les richesses forestières. Vers 1835, on identifiait l’endroit sous le nom de Rapide-de-la-Rivière-Sainte-Anne, parce que ce cours d’eau compte de nombreux rapides. Plus tard, ce sont les appellations Saint-Casimir-des-Grondines (parce que le territoire relevait de la seigneurie des Grondines) et Saint-Casimir-de-Portneuf (nom du comté) qui ont eu cours un temps. Le plus célèbre Casimirien demeure le poète Alain Grandbois (1900-1975) dont l’oeuvre comprend notamment « Né à Québec » (1933) et « Les Îles de la nuit » (1944) et qui sera récipiendaire du prix David, en 1970. L’attraction locale principale est constituée par une vaste grotte souterraine, appelée familièrement Trou du Québec, la seconde en importance au Québec, située sur la rive sud de la Sainte-Anne, à 3 km à l’est du village.

Adresse de l’église Saint-Casimir :

110, place de l’Église

G0A 3L0

Téléphone : 418-339-2951.

eglise de saint casimir

Photo de l’église Saint-Casimir : droit d’auteur © Fondation du patrimoine religieux du Québec.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Micheline Gendron

    2015/01/08 at 12:41

    Très intéressant !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *