Ville de Québec

Corridor des Cheminots

Corridor des Cheminots

Corridor des Cheminots

La piste cyclable du corridor des Cheminots s’étend sur 22 kilomètres entre l’arrondissement de Limoilou et le secteur nord-ouest de l’arrondissement Laurentien, jusqu’à Val-Bélair. Le point de départ se situe dans le Vieux-Québec et le parcours traverse les arrondissements de Charlesbourg, des Rivières, de La Haute-Saint-Charles et le village de Wendake, connu également comme le Village-des-Hurons.

La piste de type familiale, aménagée en 1999, est asphaltée. Ce trajet offre aux cyclistes, aux amateurs de patin à roulettes et aux marcheurs, des paysages pittoresques. Le corridor des Cheminots traverse d’abord le milieu urbain dans une ambiance fort agréable, puis la piste quitte la ville et mène vers Val-Bélair. Cest un endroit charmant et une ancienne destination de villégiature de Québec où on retrouve le mont Bélair (485 mètres d’altitude), un grand nombre de ruisseaux, de petits lacs, des coulées et des sources souterraines.

Après Val-Bélair, on se rend à Loretteville où on peut admirer de remarquables chutes sur les rives de la rivière Saint-Charles. À Loretteville, la piste longe aussi le club de golf dans un environnement champêtre.

Le long du parcours, on trouve une dizaine d’aires de repos où des toilettes et des tables à pique-nique sont installées. Des aires de stationnement sont présentes au Domaine Maizerets où la piste débute, à l’aréna des Deux Glaces de Val-Bélair et à proximité de la base de Valcartier. La piste est bien entretenue et sa sécurité est assurée par des patrouilleurs de la police, parmi lesquels des étudiants en technique policière.

Le Corridor des Cheminots aboutit sur la Piste Jacques-Cartier/Portneuf dans la direction de Shannon. À partir du Domaine Maizerets, on peut accéder soit au Corridor du Littoral, conduisant à Beauport et au parc de la Chute Montmorency, soit accéder à la piste qui mène dans le Vieux-Québec.

Municipalité de Shannon

D’une superficie de 62 km carrés et de forme quasi rectangulaire, Shannon occupe la partie sud-ouest de la MRC de La Jacques-Cartier, à 30 km au nord de Québec.

Son territoire est borné à l’ouest par ceux de Lac-Saint-Joseph, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier et Fossambault-sur-le-Lac ainsi que par celui de Saint-Gabriel-de-Valcartier à l’est. La rivière Jacques-Cartier coule dans la partie sud de cette étendue, à l’ouest du noyau habité. Les lacs à l’île et Clair, de même que la rivière aux Pins complètent le réseau hydrographique. Quoique l’endroit ait reçu ses premiers pionniers au cours du XIXe siècle, notamment grâce au démarrage de l’industrie du bois en 1850 et à l’implantation d’une scierie en 1860, il faudra attendre en 1957 pour que soit officiellement établie la municipalité. Shannon regroupait principalement la partie irlandaise de la population de Sainte-Catherine, soit les deux tiers des habitants vers 1861 et encore la moitié vers 1900. Aujourd’hui, les anglophones ne comptent plus que pour 40% de la population, alors qu’au début du siècle ils constituaient encore le groupe linguistique le plus important.

Les Shannonites, dont le territoire sera détaché de celui de la municipalité de la paroisse de Sainte-Catherine-de-Fossambault, disposaient d’un bureau de poste dénommé Shannon depuis 1905 et qui fermer ses portes en 1968. Dès 1914, les autorités fédérales ont procédé à l’expropriation d’une partie du territoire de Shannon pour agrandir la base militaire de Valcartier.

Au cours de 1965, on assistera à une nouvelle expansion de la base à même les limites de Shannon. Quoique l’on ignore le motif d’attribution de ce nom, il convient de souligner que Shannon identifie le principal enchâsser ici le rappel. En outre, on peut relever dans les registres religieux de 1831 le décès d’un dénommé Richard Shannon et celui de Simon Shannon l’année suivante, éléments qui pourraient faire pencher la balance en faveur d’une origine anthroponymique. Ces documents concernant les gens de Shannon (naissances, mariages, sépultures) étaient conservés avant 1832 à Saint-Augustin et, après cette date, à Sainte-Catherine.

Chutes Les Cascades

On désigne sous ce nom une succession de petites cascades et une chute dont la dénivellation totale est d’environ 24 mètres, dans le lit de la rivière Beauport, à 1,5 kilomètre en amont de son embouchure dans le Saint-Laurent et près de l’autoroute dans le Saint-Laurent et près de l’autoroute de la Capitale. La chute était connue autrefois sous le nom de Chute du Moulin à l’Huile par suite de la construction, en 1857, d’un moulin où l’on extrayait l’huile de lin, à proximité d’ailleurs de l’ancien moulin banal de la seigneurie de Beauport. Les Cascades occupent une tranchée creusée dans le calcaire Trenton par un ancien bras de la rivière Montmorency, lit dont l’actuelle rivière Beauport a hérité.

corridor des cheminots

Corridor des Cheminots. Source de la photographie : Boréal

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *