Ville de Québec

MRC de Charlevoix-Est

MRC de Charlevoix-Est

Municipalité régionale de comté de Charlevoix-Est

Le territoire de la MRC de Charlevoix-Est (code géographique 150) se situe sur la rive nord du Saint-Laurent, dans la région administrative de la Capitale-Nationale et dans la région touristique de Charlevoix, à 140 kilomètres de la ville de Québec.

La MRC de Charlevoix-Est se déploie sur 2 375 kilomètres carrés. Elle comprend sept municipalités, dont les villes de La Malbaie et de Clermont. D’autre part, deux Territoires Non Organisés se trouvent sur la MRC. Sa population est formée de 17 mille résidents, dont la plus grande partie vivent dans les deux villes citées plus haut.

Le territoire de la MRC de Charlevoix-Est est parsemé de sommets, de vallées et de nombreux lacs et rivières. La flore et la faune y sont très diversifiées.

L’économie de la région repose principalement sur le tourisme dans tous ses variantes, soit l’agrotourisme, l’écotourisme, le tourisme d’aventure, les sports extrêmes, le ski de fond et le ski alpin, l’observation des baleines et des oiseaux, etc. L’agriculture y est bien développée et l’exploitation de la forêt continue à être une source de revenus, malgré la crise qui sévit dans l’industrie forestière depuis le début du XXIe siècle.

Coordonnées de la MRC de Charlevoix-Est :

172, boulevard Notre-Dame
Clermont
G4A 1G1

Téléphone : 418 439 3947

Site internet de la MRC de Charlevoix-Est : mrccharlevoixest.ca.

Mont Alfred-Bergeron

C’est à la suggestion de la Société d’histoire de Charlevoix que cette appellation fut adoptée en 1985, honorant ainsi la mémoire d’un fils de la paroisse de Sainte-Agnès. Cette élévation de 383 mètres, située au nord du village de Notre-Dame-des-Monts, avoisine le lac Nairn et offre une belle vue sur la vallée de la rivière du Gouffre vers le sud-ouest. L’abbé Alfred Bergeron (1905-1984) a exercé son vicariat dans plusieurs paroisses du Saguenay et du Lac-Saint-Jean à la suite de son ordination, en 1929. Impliqué très activement dans le mouvement syndical à titre d’aumônier mais aussi d’animateur, il a oeuvré notamment auprès du Conseil central des syndicats de Jonquière, de l’Association des constructeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean et, plus particulièrement, aux côtés de Laure Gaudreault, dans la fondation de la Fédération catholique des institutrices rurales de la province de Québec. En 1941, il revient dans Charlevoix, à titre de curé, d’abord dans sa paroisse natale dont il a eu la charge pendant dix ans. Par la suite, il a été affecté à Saint-Siméon et à Baie-Saint-Paul avant de prendre sa retraite. Ce prêtre s’est également fait connaître dans le domaine musical. Doté d’une belle voix, il a étudié le chant, ce qui l’a amené pendant vingt ans à donner des concerts en salle et à la radio, et même jusqu’à New York.

Canton du Saguenay

Ce nom abondamment utilisé en toponymie québécoise désigne notamment un canton situé à la confluence du Saguenay et du Saint-Laurent et proclamé en 1863. Occupé par la municipalité de Baie-Sainte-Catherine et le hameau de Pointe-au-Bouleau, implantés près de la rive du fleuve sur une surface plane, cette division géographique en pays montueux est arrosée par de petits cours d’eau, notamment les ruisseaux Sainte-Catherine et Flavien de même que la rivière aux Canards qui débouchent tous dans le fleuve, et par la rivière à David, petit affluent du Saguenay. L’élément hydrographique le plus remarquable est l’alignement de nappes d’eau assez grandes qui arrosent la partie la plus élevée de la surface, soit du sud au nord, les lacs Druillettes, Buteux, Honorat, Fleury, Lyonne et François. Quant au terrain qui présente d’imposants escarpements le long du Saguenay et du fleuve, il s’élève rapidement et culmine à 472 mètres, à l’est du lac Buteux.

paysages_charlevoix_est

Paysages de Charlevoix-Est. Photo : © V. Petrvosky

     Codes              Municipalités

1 commentaire

  1. JULIE LABERGE

    2011/10/11 at 8:21

    J’aimerais savoir s’il existe un programme de revitalisation de bâtiments anciens pour la malbaie (pointe-au-pic). Un bâtiment centenaire risque d’être détruit d’ici la prochaine année, car il y a trop de rénovations à effectuer et nous désirons évaluer les diverses possibilités.

    Merci.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *