Cantons de l'Est

Centrale Frontenac

Centrale Frontenac

Centrale hydroélectrique de Frontenac

Dans la ville de Sherbrooke, au centre de la gorge de la rivière Magog, se dresse la plus ancienne centrale hydro-électrique encore en fonctionnement au Québec. Il s’agit de la Centrale Frontenac, première centrale électrique permanente aménagée sur la rivière Magog.

Les travaux de construction de la centrale remontent à l’année 1888. Ils furent entrepris par la Sherbrooke Gas & Water Company. Naturellement, au fil des ans, plusieurs nouvelles constructions se sont greffées aux installations d’origine.

Remarquons que la configuration actuelle du complexe date de 1917, quand le remplacement complet des équipements a été effectué et que le barrage a été rehaussé.

En 1970, Hydro-Sherbrooke a installé des équipements automatiques et, en 1987, les turbines ont été remplacées et les alternateurs ont été rebobinés. Désormais, la capacité de la Centrale Frontenac est de 2 200 kW.

Aujourd’hui, la centrale Frontenac est la troisième centrale en importance sur les sept centrales en service sur la Magog. La largeur du complexe hydroélectrique est d’environ 80 mètres. Son déversoir-évacuateur est composé de cinq vannes à poutrelles et d’une vanne de fond.

Une exposition interactive Lumières sur la ville est aménagée dans le complexe de la centrale. Cette exposition permanente fait voyager les visiteurs dans le temps à travers  l’histoire de la production d’énergie électrique au Québec et à Sherbrooke.

Des aires de pique-niques sont aménagées sur une superbe terrasse adjacente à la Centrale Frontenac, elle-même située en aval du pont Hubert-C.-Cabana.

Coordonnées de la Centrale Frontenac :

395 rue Frontenac
Sherbrooke
J1H 1K1

Téléphone : 819 821 5757.

Note artistique : Dans son édition du 13 juillet 2009, Jonathan Custeau relatif l’événement suivant dans le quotidien La Tribune de Sherbrooke : « Le géographe Jean-Marie Dubois a été fasciné, récemment, par une découverte qu’il a faite le long de la rivière Magog. Dans une grotte à proximité de la centrale hydroélectrique Frontenac, il a été impressionné par une sculpture en forme d’aigle. « Je travaille en collaboration avec la Ville sur un projet concernant les sentiers du secteur. Sur les plans, j’ai vu qu’on parlait du rocher de l’aigle, alors j’ai voulu comprendre pourquoi… » Difficile à trouver, la grotte lui a été pointée par un promeneur qui avait visiblement déjà découvert l’animal rocheux.

« À droite, on voit bien la stratification de la roche, mais à côté, on voit clairement que ç’a été sculpté. Les pattes sont trop clairement visibles pour qu’elles aient apparu de façon naturelle. » L’aigle, qui ne comporte pas de bec, mesure 3 mètres d’envergure et 1,20 mètre de hauteur. « Il a dû falloir plusieurs jours pour le réaliser. L’artiste semble avoir exploité les axes de fracture. » D’après moi, c’est une sculpture qui a au moins une quinzaine d’années. La roche est fragile et s’effrite avec le gel et le dégel. L’oeuvre ne peut donc pas être là depuis très longtemps. »

centrale frontenac

Centrale Frontenac en hiver, photo © Carol Proulx

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *