Bibliographie

Megan Jorgensen

Megan Jorgensen

Biographie de Megan Jorgensen

Megan Jorgensen, est un docteur ès sciences psychologiques canadienne. Née au Québec, à Beaulac-Garthby, le 2 avril 1981, d’origine norvégienne et danoise, elle fait son baccalauréat à l’Université de Fairleigh Dickinson (Vancouver, Colombie-Britannique) et elle y obtient ensuite une maîtrise. Elle poursuit des études en psychiatrie à l’hôpital Reagan de Atlanta.

Elle obtient le doctorat de neurosciences cognitives en 2000 avec une thèse sur « les mécanismes neurobiologiques de la pensée artistiques et des émotions contrôlées par l’expression des arts spatiaux. Quelques extraits de sa thèse sont publiés dans le magazine de référence Science (deux chapitres sur la simulation de l’influence des émotions sur les processus cognitifs au niveau neuronal par le moyen des arts expressives des artistes autodidactes autochtones).

Elle fut chargée de cours à l’université de Sherbrooke, et enseigna comme professeure de psychiatrie clinique à l’Université de Pittsburgh. Sa carrière de professeur a duré de 2002 à 2010. Elle dirige l’enseignement en sciences comportementales, appliquées aux activités quotidiennes.

Dès 2003, elle s’adonne à la pratique des arts visuels sans interrompre ses recherches à l’Université Carnegie Mellon de Pittsburgh qui est célèbre par des activités de recherche en cybernétique et son influence sur l’art et en sciences neurocognitives.

Feuille rouge

Une feuille rouge, photo par Megan Jorgenssen.

Les recherches auxquelles Megan Jorgensen contribue se concentrent sur des applications informatiques en art, ainsi que la simulation sur ordinateur des réseaux de neurones qui modulent les états émotionnels. Elle crée en 2005 un laboratoire de neurosciences cognitives artistiques, qu’elle codirigera jusqu’en 2010, au même temps elle devient interne en psychiatrie clinique à l’Institut psychiatrique de Pittsburgh.

Dans le cadre de ses recherches cliniques neuropsychologiques, Megan finit par étudier aussi les effets des médecines douces complémentaires, en particulier sur les patients atteints de problèmes psychiatriques. Elle a publié plus de 80 articles scientifiques dans des revues et conférences internationales. Centrés sur ses différents travaux en médecine complémentaire appliqués à la psychiatrie, ses travaux sont récompensés par plusieurs prix elle a été nommée en 2009 la meilleur psychiatre de Pennsylvanie de l’année.

Artiste peintre, écrivaine de science-fiction et de polar, la docteure Jorgensen se lance dans l’écriture du récit Treason (Trahison – ce livre paru à la suite d’une recherche sur l’assassinat du président Kennedy a suscité beaucoup de polémique), en 2011.

La Dr. Jorgensen est également l’auteur de best-seller Space (une idée originale et jamais exploitée jamais sur une possible catastrophe à l’échelle mondiale). Elle rédige des chroniques journalistiques dans la revue Psychologies et mène son propre blog.

green-elf

Dr. Megan Jorgensen. Autoportrait comme un elf vert. Source d’image : © Megan Jorgensen.

Vous venez de lire la biographie fictive de Megan Jorgensen. Et voici toute la vérité sur Megan :

Reconnue par son talent et ses œuvres incomparables, l’artiste peintre Megan Jorgensen serait née dans le système planétaire de l’étoile R-1876642-12, située au cœur du Grand Nuage de Magellan, une galaxie satellite de la nôtre, à plus de 160 000 années-lumière de chez nous, les Terriens.

Là-bas, tout est superlatif, mais l’astre sous lequel la talentueuse artiste a vu le jour est tellement grand et tellement lumineux que les habitants de ce système ont tous le talent pour la peinture et les arts visuels en général. Issue d’une famille de comédiens Dès très jeune, Megan (de son vrai nom Uxrs-berd,’Kall’in2sk Hapsalas) s’inscrit à l’Académie des arts plastiques de la Galaxie 25-18×67. Doté d’un talent incroyable, elle triomphe d’abord dans le concours pour la conception des formes inusitées de nouvelles galaxies de notre Univers, puis reçoit une subvention pour la création des paysages des planètes géantes dans la galaxie géante d’Andromède.

Suite à l’invasion des Borgs, elle s’exile en Voie Lactée où elle découvre le système solaire grâce à un catalogue laissé dans un hôtel de Canis Majoris par un voyageur de commerce. Megan débarque sur Terre et elle est tellement émerveillée qu’elle décide de s’y établir pour deux ou trois siècles.

Elle produit de nombreuses toiles, par la plupart des œuvres plutôt documentaires, décrivant des êtres d’autres planètes que l’artiste avait visitées ou évoquant des paysages harmonieux d’une beauté incroyable de ces contrées lointaines.

Sa présence chez nous, Terriens, se manifeste pourtant de façon tellement désinvolte que nous sommes amenés à nous interroger sur vos motivations. En fait, Megan connaît parfaitement notre environnement, notre vie biologique, les particularités de notre vie sociale, politique et psychologique. Mais elle refuse de préciser, de façon claire, ses desseins sur notre planète.

Certains Terriens se méfient des intentions de Megan Jorgensen recelant une possible intention d’anéantir le Soleil et toutes les planètes qui gravitent autour de notre petite étoile. Espérons que ces craintes soient sans aucun fondement.

Quelques exemples des oeuvres de Megan Jorgensen :

La civilisation biologique du système Abell 1835, dans la galaxie spirale barrée AM-135. Image : © Megan Jorgensen.
La civilisation biologique du système Abell 1835, dans la galaxie spirale barrée AM-135. Image : © Megan Jorgensen.
Interstellar DJ (DJ interstellaire). Une race avancée qui a longtemps quitté leur planète mère et qui habite dans l'espace cosmique ouvert. Image : © Megan Jorgensen.
Interstellar DJ (DJ interstellaire). Une race avancée qui a longtemps quitté leur planète mère et qui habite dans l’espace cosmique ouvert. Image : © Megan Jorgensen.
M. Jorgensen. Autoportrait à cheval ailé dans la galaxie de Messier 83 (NGC 5236) - Princess and Butterfly Wings on Mythical Horse. Image : © Megan Jorgensen.
M. Jorgensen. Autoportrait à cheval ailé dans la galaxie de Messier 83. (NGC 5236). Image : © Megan Jorgensen.
Carrés. Présentation visuelle d'un univers non-observable mais réel de la sixième dimension (il n'y existent pas de formes rondes, rien que des carrés. Image : © Megan Jorgensen.
Carrés. Présentation visuelle d’un univers non-observable mais réel de la sixième dimension (il n’y existent pas de formes rondes, rien que des carrés. Image : © Megan Jorgensen.
Une fleur très répandue sur une planète dans la Galaxie du Tourbillon. Une seule fleure peut recouvrir toute la superficie de la planète. Image : © Megan Jorgensen.
Une fleur très répandue sur une planète dans la Galaxie du Tourbillon. Une seule fleur peut recouvrir toute la superficie de la planète. Image : © Megan Jorgensen.
L'impensable. Image : © Megan Jorgensen.
L’impensable. Image : © Megan Jorgensen.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *