Bas-Saint-Laurent

TNO Rivière-Bonjour

TNO Rivière-Bonjour

Territoire non organisé de Rivière-Bonjour

Immense territoire de 1 715 kilomètres carrés, le Territoire Non Organisé de la Rivière-Bonjour, situé dans la MRC de Matane, dans la région du Bas-Saint-Laurent, est inhabité (on n’y trouve qu’une quinzaine d’habitants) et très difficile d’accès, principalement en hiver.

Le TNO de la Rivière-Bonjour doit son appellation à la rivière Bonjour qui coule entre le lac Bonjour dans le canton de Le Clercq et la rivière Matane, sur une distance de 15 kilomètres. La rivière se caractérise par une vallée profonde bordée des montagnes Chic-Chocs.

Les rivières Matane et Bras Saumon (tributaire principal de la rivière Cascapédia) traversent ces parages. Plusieurs ruisseaux descendent des flancs montagneux pour se déverser dans la rivière, dont le ruisseau Échouement. Quelques petits lacs s’y retrouvent. Les milieux humides (tourbières, aulnaies, peuplements forestiers sur dépôt organique à drainage déficient) occupent une faible superficie.

Ce territoire est situé à une altitude variant entre 380 et 840 mètres. Le climat est de type subpolaire humide continental, la température moyenne annuelle est de 2,5 degrés Celsius. L’hiver, la neige y est abondante.

Le relief du territoire est formé de collines arrondies, le substrat rocheux est composé de roches sédimentaires (calcaire, grès, shale). Le TNO fait partie du domaine bioclimatique de la sapinière à bouleau blanc. Il est composé majoritairement de peuplements de sapin baumier naturels équiens.

Le TNO de la Rivière-Bonjour englobe une partie de la réserve faunique de Matane ainsi qu’une portion de la Zone d’exploitation contrôlée de Cap-Chat. Il s’agit d’un territoire forestier. La conservation, la villégiature sommaire et l’exploitation de la forêt et des ressources fauniques sont les principales activités qui se développent sur ce secteur. Une route secondaire traversant la réserve faunique longe les rivières Matane et Bonjour.

Le Bloc Faribault, un massif forestier de 4 343 hectares, de tenure privé, appartenant à la Société d’exploitation des ressources de la Vallée (SERV), est situé à l’intérieur du TNO Rivière-Bonjour. Ce territoire est limité au Nord et à l’Est par la Réserve faunique de Matane, au Nord et à l’Ouest par le Parc de conservation de la Gaspésie, et au sud par la forêt publique.

rivière bonjour

TNO Rivière-Bonjour. Photo : © MRC de Matane.

Depuis 2008 le territoire Faribault a obtenu la norme de certification FSC (Forest StewardShip Council). Cette certification environnementale, la plus reconnue au niveau mondial, certifie que les pratiques forestières qui y sont effectuées rencontrent les normes de bonne gestion de la mise en valeur du territoire, dans le respect des autres ressources. Tous les produits générés sur le territoire reçoivent le sceau FSC.

Au Faribault, les coupes forestières sont réalisées entre juin et août puisque la distance importante de transport et la couverture de neige rendent le territoire inaccessible durant la période hivernale. Les bois récoltés sont transportés par camion à la fin de la période de récolte. Les bois résineux (sapin et épinettes) sont généralement livrés aux usines Bois Saumon de Lac-au-Saumon ou Scierie Causap de Causapscal appartenant au Groupe Cèdrico dont la SERV est actionnaire minoritaire. Certaines années, un faible volume est livré à l’usine MultiBois de St-René-de-Matane, une filiale appartenant à la SERV. Les essences feuillues ne génèrent qu’un faible volume et les bois sont destinés à la pâte.

Lac Barbarin

À environ 6 kilomètres au sud-ouest du mont Logan, ce petit plan d’eau du canton de Joffre, dans la péninsule gaspésienne, alimente la rivière Cap-Chat Est, affluent de la Cap-Chat. Ce toponyme évoque Arsène-Louis Barbarin (1812-1875). Avocat né à Marseille, il rentre chez les Sulpiciens et il est ordonné en 1841. Un an plus tard, il arrive au Canada et enseigne au collège puis au Grand Séminaire de Montréal. Vicaire de la paroisse Notre-Dame en 1853, il retourne en France en 1874 et, malade, il meurt à l’abbaye des Prémontrés, près de Tarascon, en Provence. Ce nom a été approuvé en 1968. Variantes : Lac Bromley et Lac Tarzan.

Mont Matawees

De 1066 mètres d’altitude, ce mont des Chic-Chocs, hauts reliefs des monts Notre-Dame, est situé dans la réserve faunique de Matane, à quelque 25 kilomètres au sud de Cap-Chat et à 3 kilomètres environ au sud-ouest du mont Logan qui le domine de 61 mètres. Matawees, nom de langue micmaque signifiant porc-épic, a été attribué par le géologue William E. Logan en 1844. Cet explorateur écrit en effet : « une autre montagne, à laquelle nous donnâmes le nom de Matttaouisse mot qui, en micmac, signifie un porc-épic, par la raison que nous avions tué un de ces animaux ».

Canton Cuoq

À une trentaine de kilomètres au sud-est de Matane est situé le canton de Cuoq, de forme irrégulière et presque deux fois plus grand que la plupart des cantons. La vallée profonde qui le traverse d’est en ouest s’articule autour de la rivière et du lac Matane qui en est l’une des sources, à l’est. Plusieurs autres petits affluents découpent ce plateau des Chic-Chocs dont certains sommets s’élèvent à près de 700 mètres, dans ce canton. Le lieu-dit de Poste-John, un ancien dépôt de compagnie forestière, qui regroupe une dizaine de maisons, occupe l’ouest du canton. Le canton est dédié à Jean-André Cuoq (1821-1898), sulpicien français renommé pour ses savants travaux sur les langues autochtones. Il a passé 51 ans de sa vie comme missionnaire à Kanestake, près d’Oka, y étudiant les langues algonquine et iroquoise. Il a publié une dizaine d’ouvrages religieux et philologiques font appréciés, entre autres, un Lexique de la langue iroquoise (1883) et une brochure intitulée “Jugement erroné de M. Ernest Renan sur les langues sauvages (1863 et 1869). Il s’agit d’un recueil de quelques articles publiés dans le Journal de l’Instruction publique, destinés à réhabiliter les langues amérindiennes, en particulier l’iroquoise, dénigrées par Renan. Le nom de ce canton est signalé dans “Noms géographiques de la province de Québec”, en 1926. Proclamé en 1940.

Canton de Faribault

Orienté du nord-ouest au sud-est, le canton de Faribault est situé au sud de Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie. Son terrain, qui n’est qu’à 228 m d’élévation près de sa limite nord, prend subitement de l’altitude et atteint, au mont Logan, 1127 m. Le plateau, légèrement marécageux en son centre, contient, dans son ensemble, peu de lacs et est irrigué notamment par le ruisseau aux Saumons, affluent de la rivière Cascapédia. Cette unité territorial, qui s’inscrit à la fois dans le parc de la Gaspésie et dans la réserve faunique de Matane, porte, depuis 1927, le nom de Georges-Barthélemi Faribault (1789-1866), avocat qui fut avant tout bibliographe et assistant-greffier de la Chambre des députés (1835-1855). Il a publié, au cours de cette période, un ouvrage qu’il affectionnait, considéré comme la première bibliographie canadienne, intitulé « Catalogue d’ouvrages sur l’histoire de l’Amérique, et en particulier sur celle du Canada , de la Louisiane, de l’Acadie, et autres lieux ; avec des notes bibliographiques, critiques et littéraires (1837). On lui doit aussi un ouvrage sur la Côte-Nord, dans lequel il traite d’anciens vestiges sur l’île aux Basques (1849). L’un des fondateurs, en 1826, de la Société historiue et littéraire de Québec, dont il a été le secrétaire-archiviste perpétuel, il a été engagé pour reconsituer les collections de la bibliothèque du Parlement après les incendies de 1849 et de 1854. À son décès, il légua au Séminaire de Québec et à l’Université Laval, récemment fondée, sa riche collection personnelle d’ouvrages et d’archives. Proclamé en 1940.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *