Bas-Saint-Laurent

MRC de la Matapédia

MRC de la Matapédia

Municipalité régionale de comté de la Matapédia

La Municipalité Régionale de Comté de La Matapédia (code 070), créée en 1982, est située au point d’ancrage de la péninsule gaspésienne dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent. La population de La Matapédia tourne autour de 19 000 personnes et sa superficie es de 5 376 kilomètres carrés en terres fermes.

La caractéristique topographique de la MRC de La Matapédia est la présence d’une vaste et large vallée qui s’étend à partir du lac Matapédia d’une superficie de 37 kilomètres carrés jusqu’à la Baie-des-Chaleurs en se resserrant graduellement entre des falaises abruptes. La vallée est parsemée des plans d’eau et des boisées.

Le réseau hydrographique de la zone est dominé par le bassin de drainage du lac et de la rivière Matapédia et l’ensemble du territoire est parsemé de plus de deux cents lacs de multiples dimensions dont le plus important est le lac Matapédia.

Outre la rivière Matapédia, d’autres importantes rivières connues à l’échelle internationale pour la pêche au saumon, serpentent le territoire de la MRC. À titre d’exemple, citons les rivières Patapédia et Causapscal qui constituent une réserve faunique.

Les étés d’ici sont plutôt cléments et secs, tandis que les hivers la neige est abondante, mais les vents sont relativement faibles, le fait expliqué par la présence des chaînes de montagnes bordant la vallée

Depuis les années 1950, la population de la MRC de La Matapédia connaît une forte baisse. En 1961, la région regroupait plus de 35 mille résidants (rappelons qu’aujourd’hui moins de 19 mille personnes y résident).

Vallée de la Matapédia

D’une longueur d’environ 79 kilomètres et orienté sud-sud-est à travers les Appalaches, la rivière Matapédia s’alimente au lac du même nom situé à 25 kilomètres au sud du Saint-Laurent, ainsi qu’aux rivières Causapscal et Assemtquagan sur la rive gauche, Humqui, Minikek et du Moulin sur la rive droite, ses principaux tributaires. Encadrée par un relief se situant autour de 425 mètres de hauteur et pouvant atteindre des sommets de 640 mètres à l’est de Causapscal et même de 960 mètres à l’ouest du lac Matapédia, la vallée proprement dite commence son parcours à 156 mètres d’altitude au lac Matapédia et descend graduellement vers le sud, jusqu’à la rivière Ristigouche.

Traditionnellement exclue de la région gaspésienne dont elle constitue néanmoins le prolongement, à l’ouest, la région de Matapédia dispose d’ailleurs d’une histoire moins ancienne que celle de la Gaspésie. Le peuplement permanent de la vallée toucha d’abord, au milieu du XIXe siècle, les deux extrémités de la vallée, qui établit un lien entre le Saint-Laurent et la baie des Chaleurs. Elle fut ouverte à la colonisation intérieure après la construction du chemin Kempt en 1832 – refait de 1857 à 1867 – de même qu’après celle du chemin de fer de l’Intercolonial, échelonnée de 1867 à 1876. À vrai dire, le peuplement a pris son essor à la fin du XIXe siècle avec l’installation des compagnies forestières et des scieries dans la vallée.

De 1700 âmes en 1880, la vallée est passée à 8 000, à l’aube du XXe siècle. De nos jours, habitée par 33 000 personnes, cette région, qui compte un arrière-pays en partie habité et en partie couvert de forêts, est en pleine expansion agricole et industrielle. En 1895, Arthur Buies publiait une brochure intitulée « La Vallée de la Matapédia » ; il s’agissait probablement de la première mention de ce toponyme, en partie d’origine micmaque, tel qu’il fut officialisé par la Commission de toponymie en 1991.

Canton de Boutet

Proclamé en 1921 et situé dans les limites du Territoire Non Organisé de Ruisseau-des-Mineurs, beaucoup plus grand que la moyenne, le canton de Boutet prend place entre le fleuve Saint-Laurent et la baie des Chaleurs, dans les monts Chic-Chocs. Formant un parallélogramme et couvrant une partie des réserves fauniques de Matane et de Dunière, il rappelle la mémoire de Martin Boutet de Saint-Martin, né vers 1612 en France, arrivé en Nouvelle-France parmi les engagés de 1643 et décédé à Québec vers 1683.

Premier instituteur laïc à Québec, il fut professeur et directeur de chant choral, arpenteur et professeur de navigation d’autant plus émérite qu’il a oeuvré comme tel sans rémunération et sans titre officiel pendant dix-sept ans, avec un succès largement reconnu. Après 1659, les Jésuite, chez qui il oeuvrait, le prirent en charge.

Adresse de la MRC de La Matapédia :

123, rue Desbiens, local 501
Amqui
G5J 3P9

Téléphone : 418 629-2053.

vue de matapedia

Photo aérienne d’Amqui en direction ouest vers Val-Brillant. Photo : © ville.amqui.qc.ca.

matapedia

Inondation de la rivière Matapédia vers 1910, source de l’image Musée McCord.

18 municipalités sont regroupées aujourd’hui dans cette MRC :

Code                      Municipalité

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *