Bas-Saint-Laurent

Circuit du Témiscouata

Circuit du Témiscouata

Circuit patrimonial et culturel du Témiscouata

Parcourir le circuit patrimonial et culturel de la région de Témiscouata constitue une belle façon de s’imprégner de l’histoire. Ce circuit propose un véritable voyage à travers les époques : de l’âge préhistorique à l’époque de la Nouvelle-France, de l’après-Conquête jusqu’au développement du chemin de fer dans la région.

Dans la région, églises, presbytères, chapelles, écoles de rang tiennent une place de choix dans le patrimoine bâti, mais le passé industriel a laissé des éléments particulièrement intéressants, dont le village Fraser à Cabano qui constitue un petit quartier près du lac qui abritait autrefois les travailleurs d’origine écossais qui travaillaient pour la compagnie Fraser Mills. Ce quartier historique regroupe une trentaine de bâtiments datant du début du XXe siècle.

À l’époque, de riches Américains, conquis par la beauté des lieux et par l’abondance du gibier, sont venus ici en grand nombre et ont transformé le paysage architectural. De grands hôtels et de magnifiques résidences secondaires – dont l’Auberge Marie Blanc, magnifique maison patrimoniale chargée de l’histoire – ont été érigés sur les rives des lacs Témiscouata et Pohénégamook.

Par ailleurs, c’est la vocation de transit entre la vallée du Saint-Laurent et l’Atlantique qui a de tout temps façonné l’identité du Témiscouata. Les gares de Cabano, Dégelis et Rivière-Bleue relatent, quant à elles, la grande aventure du chemin de fer. Dans l’ancienne gare de Rivière-Bleue, le centre d’artisanat le Riverain invite à découvrir une série de sculptures et œuvres thématiques inspirées de l’histoire.

Le Fort Ingall confirme avec éloquence l’importance stratégique de la région. Il fut construit au début du XIXe siècle pour protéger la route militaire et postale entre Québec et Halifax. Ce fort servait aussi de lieu de transit et de repos pour les voyageurs. Un dortoir aménagé comme à l’époque et un petit camping sur la berge du lac Témiscouata poursuivent cette vocation.

À Saint-Jean-de-la-Lande, le pont couvert Romain-Caron est le dernier du genre dans la région.

Au fait, au Témiscouata, les vacanciers entrent dans le monde fascinant des créateurs et artisans. En suivant l’itinéraire, on découvre les trésors qui recèlent les ateliers et salles d’exposition des créateurs de la région.

Lac Baker

En passant par la rivière Baker, son émissaire, les eaux de ce lac, dont la très grande partie se trouve au Nouveau-Brunswick, alimentent la rivière Saint-Jean. Au Québec, le lac Baker arrose le canton de Robinson, au Témiscouata, à environ 20 km au sud du lac Témiscouata et de l’ancienne ville de Cabano.

Approuvé en 1949, ce toponyme rappelle le marchand de bois américain John Baker (1796-1868), propriétaire de scieries le long de la rivière qui porte son nom. Il est aussi connu pour son engagement politique en faveur du rattachement du Madawaska aux États=Unis. Après avoir passé un certain temps en Gaspésie, il s’établit au Nouveau-Brunswick en 1817 et devient rapidement le chef de la colonie américaine de Madawaska.

En 1827, à l’époque où la tension monte entre le Maine et le Nouveau-Brunswick au sujet de la délimitation de la frontière, Baker, surnommé général par ses amis, prend appui sur ses compatriotes résidant dans la région et proclame le Madawaska territoire américain. Arrêté par les autorités de Fredericton, la justice le condamne à quelques mois de prison et à l’amende. Il poursuit cependant ses activités pro-américaines jusqu’au traité de 1842, qui fixe la frontière entre le Canada et les États-Unis. Baker demeure au Canada jusqu’à sa mort et, en 1895, le gouvernement du Maine transfère ses restes à Fort Fairfield, où l’attend un monument commémoratif. Ce nom paraît dans le Dictionnaire des rivières et lacs de la province de Québec de Rouillard, en 1914, et il avait été signalé par l’arpenteur F.-A. Têtu dès 1881. Une centaine de familles, presque toutes d’origine acadienne, étaient établies autour de ce lac vers la fin du XIXe siècle.

Fort Ingall

Vue aérienne du fort Ingall. Photo : Musée de Témiscouata.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *