Armoiries

Logo de La Macaza

Logo de La Macaza

Description du Logo de la municipalité de La Macaza

Ce logo dans un triangle isocèle tronqué représente le L et le M de La Macaza.

La ligne à l’intérieur du L représente la route qui mène vers La Macaza qui est au Nord dont on voit le N.

On y voit la voie ferrée qui a contribué à sa colonisation.

Les dormants représentent ses différentes ethnies soient : Français, Anglais, Polonais, Juifs, Allemands, Ukrainiens, Russes, Hongrois, Italiens et autres.

Le sapin représente sa forêt, sa villégiature.

On y voit aussi son pont couvert qui fait partie de son patrimoine.

Les deux lignes du bas représentent son ruisseau Chaud et Froid et forment ainsi la Rivière Macaza.

Le creux des vagues représente ses cinq lacs suivants: Lac Chaud, Lac Macaza, Lac Caché, Lac Clair et Lac Mitchell.

Canton de Nantel

Ce canton, proclamé en 1917, qui se rattache à la MRC d’Antoine-Labelle, renferme une partie du parc du Mont-Tremblant ainsi qu’une partie de la municipalité de La Macaza. Situé à 80 km au nord-ouest de Saint-Jérôme, son territoire, arrosé par les rivières Cachée et Macaza, est baigné par les lacs Caché, Sapin et Rossi. La désignation évoque Guillaume-Alphonse Nantel (1852-1909), député conservateur de Terrebonne à l’Assemblée législative entre 1882 et 1900, qui fut successivement commissaire des Travaux publics (1891-1896), des Terres et Forêts (1896, 1897), des Terres, Forêts et Pêcheries (1897). De 1878 à 1888, il fut rédacteur de l’hebdomadaire Le Nord, « organe des Pays d’En-Haut dont sa famille était devenue propriétaire en 1881. Collaborateur du journal La Presse, il devint, in 1898, directeur de La Minerve, journal qui devait cependant disparaître à la fin de mai 1899.

Historique de la municipalité de La Macaza

Territoire détaché de la municipalité de Marchand et officiellement érigé comme municipalité en 1930, La Macaza se situe dans les Laurentides, à mi-chemin entre Labelle et L’Annonciation ; on y accède par la rive est de la rivière Rouge. Établie véritablement en 1904, avec la fondation de la paroisse de Notre-Dame-du-Divin-Pasteur, érigée canoniquement en 1921, même si les premiers Macaziens avaient ,arqué les lieux de leur présence en 1866, la municipalité a d’abord connu une fébrile activité agricole avant que ses citoyens ne s’orientent majoritairement vers l’exploitation forestière. Pays de lacs et de forêts, La Macaza reçoit un flot de villégiateurs chaque année et s’est montrée ouverte à l’accueil des immigrants puisque plusieurs ethnies y sont représentées. Selon les « Noms géographiques de la province de Québec » (1921), « Macaza est le nom d’un ancien chef sauvage de la région ». Pierre-Georges Roy, qui partage cette opinion, prétend qu’il s’agit du nom d’un vieil Amérindien qui campait sur les bords du lac Macaza. Suivant une autre hypothèse, un ancien curé y aurait vu une transposition de l’italien « mia caza », ma maison, sans motif valable. Le lac et la rivière Macaza sont mentionnés sur un plan de la rivière Rouge dressé en 1864.

logo la macaza

Logo de La Macaza, image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *