Armoiries

Emblèmes de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Emblèmes de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Emblème flore et emblème animalier de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Emblème floral

L’emblème floral de la Municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est la Mertensie maritime. La Mertensia maritima est une plante vivace de la famille des Boraginacées.

Cette plante possède différents noms communs : Mertensie maritime, Huître de terre, Pulmonaire de Virginie, Sanguine de mer ou encore en anglais : Oysterleaf ou Sea lungwort. Cette plante comestible au goût iodé possède des feuilles d’une couleur bleu-vert, légèrement croquantes qui exhalent le parfum très caractéristique de l’huître. En effet, la ressemblance gustative avec le mollusque est vraiment frappante. Les feuilles de Mertensia maritima sont utilisées en cuisine souvent en association avec des plats de poissons. La Mertensia maritima peut être mangée crue, cuite ou conservée dans du vinaigre comme les salicornes.

Considérant qu’une plante typique de bord de mer croît le long des rivages de l’île Verte et possède plusieurs particularités;

Lors de la séance du 4 avril 2000, les membres du conseil ont choisi à l’unanimité la Mertensie maritime (Mertensia maritima)comme emblème floral.

Emblème animalier

L’emblème animalier de la Municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est la Bernache cravant.

La bernache cravant abondait jadis dans le secteur sud de l’Île où l’on faisait la récolte de la zostère appelée aussi l’herbe à Bernache (la babernache). Puis la bernache cravant a disparu du secteur de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs en même temps que la zostère (la mousse de mer).

À l’heure actuelle, cet oiseau réinvestit de plus en plus le milieu, au fur et à mesure que la zostère reprend sa place. Fait très intéressant, lors de ses migrations, la bernache cravant utilise un couloir qui se situe exclusivement au-dessus de l’Île Verte.

Lors de la séance du 7 avril 2015, les membres du conseil ont choisi à l’unanimité la Bernache cravant comme emblème animalier.

Historique de la municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Le territoire insulaire de cette municipalité qui comprend l’île Verte, à 6 km de la municipalité du village de L’Isle-Verte en face duquel il se situe et à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Rivière-du-Loup, incite tout naturellement ses citoyens à l’exercice de la pêche, activité économique principale.

La présence de nombreux fumoirs à poissons en témoigne d’ailleurs éloquemment. Notre-Dame-des-Sept-Douleurs provient du démembrement de la paroisse de La Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste-de-l’Isle-Verte. Quoique l’on ne fasse remonter sa constitution qu’à janvier 1912, la municipalité a bel et bien été érigée le 18 novembre 1874, ce qui rend compte d’ailleurs de sa désignation, car le 18 novembre est le jour de la fête de Notre-Dame des Sept Douleurs dans le calendrier liturgique. Cependant, comme la première séance du conseil n’eut lieu que le 5 février 1912, on peut raisonnablement croire que ce long délai explique la tradition de fixer à cette date l’érection municipale, l’entité n’existant auparavant que sur papier. Or, la vie de l’île étant réglée par des coutumes ancestrales, les gens n’avaient guère besoin de surimposer une gestion municipale. La communauté formant un isolat, l’indice de parenté et d’endogamie y était et demeure fort élevé. Ainsi, la question municipale se résumait presque à une autre affaire de famille ont on pouvait bien se passer. Étant donné que la variante en usage du nom de la municipalité est Île-Verte, confusion entre l’entité géographique, mentionnée dans l’acte de concession de la seigneurie de l’Île-Verte en 1674, et l’entité administrative, les autorités municipales ont enchâssé cette appellation dans le gentilé dérivé Verdoyant créé en 1986 et qui rappelle le vert et la forêt, importante anciennement. L’île est par ailleurs mentionnée dans les « Relations des Jésuites » de 1663, par suite du naufrage qui oblige le père Henri Nouvel à y séjourner une dizaine de jours. La présence du plus ancien phare du Québec (construit en 1809) sur l’île Verte suscite l’intérêt des touristes et les incite à parcourir le territoire de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

Mertensia maritima. Crédit photo : Marie Leblanc.
Mertensia maritima. Crédit photo : Marie Leblanc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *