Armoiries

Armoiries de Saint-Simon

Armoiries de Saint-Simon

Armoiries de Saint-Simon

Blason

Le sinople (vert) à une croix pleine d’or, accompagnée au chef dextre d’une fleur de lys et au canton senestre de pointe, d’une feuille d’érable; au centre, une chapelle.

Explications :

Saint-Simon est une paroisse rurale où l’on trouve de la verdure. Aussi le champ de l’écu est-il vert : au chef (en haut), ce sont les collines qui grimpent vers le 2e rang; celles de la pointe (en bas), rappellent les collines du nord, vers la mer.

La pièce honorable est la croix d’or représentant la foi qui a étendu son influence sur toute cette paroisse pendant plus de 150 ans. Elle rappelle également la moisson de labeur, d’amour et de vie chrétienne que nos pères ont laissée en héritage. Aussi, évidemment, elle symbolise les moissons de blé et autres céréales dorées au soleil qui ont poussé leur prolongement jusqu’au 22e Rang, sans oublier les moissons de bois dont la cueillette s’est faite même sur le versant abrupt des collines.

La fleur de lys rappelle l’origine française de la paroisse, tandis que la feuille d’érable évoque à la fois le Canada et les érablières de la paroisse.

La petite chapelle, au centre de la croix, signale la première chapelle de Saint-Simon.

La devise de Saint-Simon est « Fidèles toujours ».

Municipalité de Saint-Simon

Cette municipalité du Bas-Saint-Laurent occupe une étendue de 75 km carrés dans l’extrémité nord-ouest de la MRC des Basques, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Trois-Pistoles.

Originellement, ce territoire, arrosé dans sa section nord-ouest par la rivière Centrale, faisait partie du territoire compris entre la seigneurie des Trois-Pistoles et les terres du Bic.

Les premiers colons, des gens de Trois-Pistoles, s’installent à cet endroit au début du XIXe siècle, quelques années après le défricheur Régis Jean de Saint-Jean-Port-Joli, arrivé là en 1796.

La paroisse de Saint-Simon-de-la-Baie-Ha ! Ha! Sera fondée en 1823, érigée canoniquement en 1828 et civilement en 1835. Son nom rappelle saint Simon, apôtre du Ier siècle, et souligne que le territoire était enclos dans la seigneurie Nicolas-Rioux, parfois orthographiée Nicolas-Riou, également dénommée de la Baie-du-Ha! Ha ! Sur le plan municipal, la municipalité de la paroisse de Saint-Simon-de-la-Baie-Ha ! Ha ! Voit le jour en 1845, est abolie en 1847 et devient partie de la municipalité de comté. Elle reçoit son nom et son statut actuels en 1855. En 1858, Saint-Mathieu a été formée par détachement de Saint-Simon.

Le bureau formée par détachement de Saint-Simon. Le bureau de poste, établi en 1848, se voit attribuer le nom de Saint-Simon-de-Rimouski, le dernier constituant évoquant l’ancien comté auquel ressortissait la municipalité. Autrefois, à partir de Saint-Simon, les chemins de colonisation ont permis de joindre la seigneurie Nicolas-Rioux aux cantons de l’intérieur et ont accordé ainsi de l’importance à Saint-Simon, dotée d’une gare. Jadis agricole, forestière et axée sur la pêche, l’économie actuelle se fonde sur l’exploitation de la tourbe et la pêche. Quelques chalets construits en bordure du fleuve forment le centre de villégiature de Saint-Simon-sur-Mer. Tout comme les Beaucerons, les gens de Saint-Simon ont été affublés du blason de Jarrets-sur-Mer.

Tout comme les Beaucerons, les gens de Saint-Simon ont été affublés du blason de Jarrets Noirs, car au milieu du XIXe siècle ils allaient s’approvisionner à Trois-Pistoles, à l’arrivée des goélettes. Ils devaient emprunter un étroit sentier entre le fleuve et la montagne, probablement boueux souvent, de telle sorte que leurs jambes maculées les faisaient comparer aux Jarrets Noirs de la Beauce.

armoiries de st simon

Armoiries de Saint-Simon. Image libre de droits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *