Armoiries

Armoiries de St-Janvier-de-Joly

Armoiries de St-Janvier-de-Joly

Armoiries de Saint-Janvier-de-Joly

Description héraldique

Sur écu français ancien, écartelé en sautoir.

D’or, à l’ampoule remplie de sang de gueules posée sur croix et crosse d’argent en sautoir ;

De sinople, à Ia barre de fer au naturel ;

De sinople, à Ia gerbe d’or ;

D’azur, au moulin au naturel à Ia scie au naturel dans les ondes d’azur ;

Cimier À un aigle d’argent surmontant une couronne d’or ;

Deux branches d’érable de sinople croisées a Ia pointe, chargées d’une fleur de lis blanc.

Devise : Sur un listel d’or, la devise de sable : Foi et Courage

(Petit lexique : Héraldique : Vient de Héraut, annonceur, car on annonçait tout haut le blason (écu) d’un chevalier.

Ecu : Écusson, bouclier, blason sont pratiquement synonymes. La forme ogivale renversée est Ia plus ancienne, délaissée il y a quelques décades pour une forme plus carrée… On revient aux origines… C’est le support des armes, c’est-à-dire les meubles ou symboles ou signes héraldiques.

Écartelé : Divisé en quatre.

Sautoir : Croisé de manière à former un X

De gueules : rouge

Sinople : vert

D’azur : bleu

Au naturel : tel que vu dans Ia nature

Ondes : terme littéraire pour désigner l’eau

Cimier : au-dessus de l’écu

Listel : banderole déployée sous l’écu

De sable : noir

Explications des symboles et des couleurs :

L’écu français ancien et la couronne de baron signifient que notre territoire a été enlevé en Seigneurie au début de la colonie en 1693, alors que notre pays était sous la domination française et que le premier Seigneur avait eu un ancêtre ennobli.

Au sommet est mis en évidence, le patron de la paroisse, saint Janvier, évêque (crosse) et martyr (croix) avec l’ampoule sur fond or, qui contient son sang lequel vient en ébullition à chaque année le jour de sa fête le 19 septembre.

Au centre, sur fond vert, couleur de nos champs et nos forêts en été, nous y voyons Ia barre de fer symbole et du chemin de fer qui traverse d’est en ouest notre paroisse, et du commerce de fer qui nous a fait connaître aux quatre coins du Québec ; nous y voyons aussi la gerbe de grain (blé, avoine), symbole de l’industrie de base de Saint-Javier-de-Joly : l’agriculture.

À la base, c’est Ia Rivière Henri et le gros moulin à scie qui est a l’origine du développement de notre paroisse, avec ses trois cheminées qui s’estompent dans un ciel bleu.

À la cime, on remarque Ia couronne de baron et l’aigle qui se trouvaient sur les armoiries du Seigneur Chartier de Lotbinière, le premier propriétaire de notre territoire.

Comme soutien de l’écu, nous y retrouvons et des feuilles d’érable, car nous sommes fiers de notre beau et grand Canada, et, au point de rencontre des deux branches, une fleur de lis qui marque notre attachement et notre fidélité à notre belle province de Québec.

La devise Foi et Courage exprime les sentiments qui ont animé nos premiers colonisateurs pour passer à travers la crise économique et les épreuves de toutes sortes, tout au long de son histoire.

armoiries st janvier

Armoiries de Saint-Janvier-de-Joly.

Historique de Saint-Janvier-de-Joly

Au sud-ouest de Saint-Flavien et au nord-est de Val-Alain, dans la région de Lotbinière, à 20 km à l’ouest de Saint-Agapit, se situe la municipalité de Saint-Janvier-de-Joly. Cet espace administratif, qui fait partie des paroisses de colonisation ouvertes pendant la crise de 1930-1939 et qui a été peuplé par des gens des environs, compte plusieurs cours d’eau comme la rivière aux Ormes, la rivière aux Cèdres, la rivière Henri et la rivière aux Frênes, qui ne manquent pas d’attirer les amateurs de pêche locaux.

Parce que son territoire comprenait une partie de Lotbinière, la paroisse fondée en 1914 portait la dénomination de Saint-Janvier-de-Lotbinière, dont le premier segment a été retenu pour identifier la municipalité créée en 1944, par suite de son détachement de Saint-Édouard-de-Lotbinière et dont les autorités administraient le territoire de Saint-Janvier-de-Joly entre 1918 et 1944. Ce nom de saint célèbre la mémoire de l’abbé Janvier Lachance (1884-1952), missionnaire desservant à Rivière-Henri, secteur du territoire municipal, de 1914 à 1926, ainsi qu’à Saint-Edmond-de-Lotbinière qui deviendra Val-Alain par la suite.

Le constituant Joly, également retenu pour le bureau de poste ouvert en 1924, rappelle le souvenir de Henri-Gustavee Joly de Lotbinière (1829-1908), seigneur de Lotbinière de 1860 à 1908, nom qu’il ajoutera à celui de la famille après le décès de sa mère en 1888. Député de Lotbinière en 18961, premier ministre du Québec (1878-1879), Joly de Lotbinière assumera la fonction de lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique de 1900 à 1906. Les Jolyiens tirent leur substance à la fois de l’agriculture et grâce à certains produits manufacturés.

À lire également :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *