Armoiries

Armoiries de Sainte-Adèle

Armoiries de Sainte-Adèle

Armoiries de Sainte-Adèle

Un iris versicolore bleu symbolise notre province, le Québec.

Le soleil rouge sur fond d’or et le flocon de neige or sur fond bleu démontrent Sainte-Adèle au « Coeur des Saisons ».

On y remarque également l’eau bleue de ses quarante-huit lacs et rivières et ses montagnes d’un bleu foncé dont le Sommet Bleu surplombé de sa croix lumineuse.

Le rouge, couleur dominante de l’ancien logo de Mont-Rolland, symbolisant le travail et la charité, occupe une place importante dans l’écu central.

Sur ce fond rouge, le symbole du papier de couleur blanche dont l’industrie a marqué la vie économique et sociale de Mont-Rolland.

Sainte-Adèle, note historique

L’historique municipale de ce coin du pays de la région des Laurentides se révèle fertile en mutations. En effet, en 1855, la municipalité de la paroisse de Sainte-Adèle était érigée, suivie de celle de la municipalité du village homonyme en 1922, cette dernière faisant l’objet d’une annexion à la première en 1955.

L’année 1965 marque le changement, lequel est à nouveau modifié en celui de ville en 1973. Sainte-Adèle tire toutefois sa dénomination de la paroisse fondée en 1852 et érigée canoniquement en 1854. Agent des terres, député et l’un des premiers responsables de la colonisation des Pays-d’en-Haut, Augustin-Norbert Morin (1803-1865) achète 1 620 ha de terre dans le canton d’Abercromby et fait don du terrain pour la construction de l’église paroissiale. Par reconnaissance, on dénomme l’endroit Morinville, mais ce dernier obtient que le prénom de son épouse, née Adèle Rayomond, soit retenue pour identifier le nouvel établissement.

Morte sans postérité, elle avait pour frère monseigneur Joseph-Sabin Raymond (1810-1887), qui a joué un rôle important dans la fondation de la congrégation des Soeurs du Précieux-Sang en 1846.

Sainte-Adèle est surtout connie comme station touristique et de plein air, ancrée sur les flancs d’une montagne, dominant les collines et les vallées des alentours. Agrémenté de lacs, le territoire se retrouve à 80 km au nord de Montréal, à l’ouest de Mont-Rolland, près de Morin-Heights. Les Adélois soulignent avec satisfaction que leur ville constitue la porte d’entrée des Pays-d’en-Haut, populaires par la série radiophonique puis télévisée Les Belles Histoires des Pays-d’en-Haut de Claude-Henri Grignon, tirée d’Un Homme et son péché. D’ailleurs, un des personnages de Grignon, Seraphin Poudrier, symbole de l’avarice, a inspiré l’attraction populaire locale, le Village de Séraphin.

Armoiries de Ste-Adèle

Armoiries de Sainte-Adèle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *