Armoiries

Armoiries de Saint-Mathias-sur-Richelieu

Armoiries de Saint-Mathias-sur-Richelieu

Armoiries et devise de Saint-Mathias-sur-Richelieu

Les armoiries de Saint-Mathias-sur-Richelieu sont particulières, en ce sens qu’elles parlent de nous. Elles sont divisées en quatre (4) parties distinctes :

Le 1er quartier représenté par la coquille symbolise les croisades et pèlerinage. Représentée de dos, celle-ci est également l’emblème de l’hospitalité

Le 2e quartier est désigné par la rose, emblème de la jeunesse, de la beauté, de la délicatesse des sentiments des individus et de leurs joies de vivre dans l’harmonie

Le 3e quartier, une fleur de lys symbolisant la France et le Québec

Le 4e quartier évoque un champ vert et une herse représentant ainsi tous les agriculteurs de la municipalité.

Au centre du blason, deux (2) branches de palmier symbolisant l’immortalité de l’âme, sont surmontées d’une étoile, emblème de l’espérance.

La devise de Saint-Mathias-sur-Richelieu « Tout par mon labeur » exprime un très haut idéal de la lutte pour le bien-être de tous par un travail constant.

Le concept qui a donné naissance au logo de la municipalité de Saint-Mathias-sur-Richelieu repose sur trois thèmes :

La terre : (l’arc-en-ciel) pour son environnement vert, ses plaines et son agriculture ;

La rivière : (les vagues) qui longe ses rives ;

Le vent : (les voiles) pour son attrait récréatif et touristique.

L’arc-en-ciel en arrière-plan, représente l’environnement vert qui symbolise la municipalité, son agriculture très présente, ses valeurs qui reposent sur la terre depuis son existence. Ses plaines et grandes étendues agricoles nous offrent de très beaux arcs-en-ciel lors des pluies chaudes d’été.

Le nom de Saint-Mathias assis sur les vagues de la rivière Richelieu allait de soi, puisque la municipalité longe cette majestueuse rivière sur la rive droite et quand nous pensons à la rivière, nous pensons inévitablement à sa vocation récréative et touristique, à la marina, au Parc des Voiles. Les vents sont représentés ici par les trois voiles bleues, couloirs qu’empruntent, au grand émerveillement des mathiassois, plusieurs volatiles lors de leur migration, au printemps et à l’automne. On peut également y admirer les amateurs de voiles et véliplanchistes.

Saint-Mathias-sur-Richelieu

Cette municipalité montérégiene a été implantée dans l’extrêmité ouest de la MRC de Rouville, à 4 km au nord de Richelieu et à 40 km de Montréal. Bornée à l’ouest par la rivière Richelieu, ce qui justifie sa dénomination en partie, elle est traversée par la rivière des Hurons. À l’époque de la fondation de la paroisse de L’Immacule-Conception-de-la-Pointe-à-Olivier, en 1739, date de la construction d’une chapelle, le territoire était identifié comme Pointe-à-Olivier depuis environ 1700, désignantion populaire ayant eu tendance à persister et qui fait allusion à la pointe qui marque l’embouchure du bassin de Chambly. Le nom de cette entité évoquerait Laurent Périer, dit Olivier qui épouse, en 1690, Marie Besset, fille de l’un des premiers censitaires de la partie est de la seigneurie de Chambly, ey qio aurait été propriétaire de ce terrain. Puis, vers 1772, on parle de Saint-Olivier, appellation qui avait l’avantage d’évoquer monseigneur Jean-Olivier Briand, évêque de Québec (1766-1784) au moment de la mise en chantier de l’église paroissiale, tout comme elle reprenait en partie la dénomination originelle.

La peu de dévotion qui animait les paroissiens à l’endroit de saint Olivier entraîne, en 1809, le remplacement de cet hagionyme par Saint-Mathias, choix de monseigneur Plessis, suivant Hormidas Magnan, en l’honneur de l’apôtre du Ier siècle qui succédera à Judas après l’Ascension du Christ. Il aurait évangélisé la Cappadoce. Ainsi, en 1830, lors de l’érection canonique de la paroisse, détachée de Saint-Jospeh-de-Chamblu, l’appellation s’était-elle bien implantée, comme en fait foi le nom du bureau de poste à compter de 1828, Saint-Mathias, qui supplante celui de Pointe-Olivier (1826-1828).

Sur le plan municipal, la municipalité de Saint-Mathias-de-Chambly voit le jour en 1845 et rappelle sa localisation dans la seigneurie de Chambly, concédée en 1672 à Jacques de Chambly, qui mourra en 1687. Militaire au régiment de Carrignan-Salières lors de sa venue au Canada en 1665, il occupera entre autres fonctions celle de gouverneur de la Grenade (1679). Abolie en 1847, cette municipalité se verra substituer celle de Saint-Mathias en 1855, que les Mathiassois transforment en Saint-Mathias-sur-Richelieu en 1988. On relève, au cours de l’histoire locales, les dénominations ponctuelles Chambly-Est, allusion à la seigneurie dans laquelle le territoire étais enclos, et de Saint-Mathias de Rouville, cette dernière tirée du comté, puis de la division de recensement dans lesquels la municipalité a été enclose tour à tour.

Armoiries de Saint-Mathias-sur-Richelieu

Armoiries de Saint-Mathias-sur-Richelieu. Image libre de droits.

Logo de Saint-Mathias-sur-Richelieu

Logo de Saint-Mathias-sur-Richelieu. Image libre de droits.

Concepteur du logo : M. Normand Thibeault jr

Héritage de M. Patrice Viens, maire de 2005 à 2009

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *