Armoiries

Armoiries de Saint-Épiphane

Armoiries de Saint-Épiphane

Armoiries de St-Épiphane

C’est en 1894 que cette municipalité de la région du Bas-Saint-Laurent a pris le nom de paroisse de Saint-Épiphane. Cette dénomination souligne l’apport d’un bienfaiteur de la fabrique, l’abbé Épiphane Lapointe (1822-1862).

C’est en 1840 que les premiers colons, venus pour la plupart de Rivière-du-Loup, de Saint-Arsène et de L’Isle-Verte, s’établissent sur le territoire de la future Municipalité. Dès 1842, une mission assure les secours de la religion aux rares habitants qui fondent une paroisse sous le nom de Saint-Épiphane en 1863, érigée canoniquement en 1870.

Le territoire paroissial avait été constitué à même ceux de Saint-Jean-Baptiste-de-l’Isle-Verte et de Saint-François-Xavier-de-Viger. Sur le plan municipal, on assiste, en 1855, à la création de la Municipalité du canton de Viger, dont le nom rappelle le souvenir de Denis-Benjamin Viger (1774-1861). En 1894, la Municipalité du canton de Viger devenait la Municipalité de la paroisse de Saint-Épiphane.

Anciennement, les Malécites, Amérindiens proches des Micmacs, habitaient une réserve implantée à proximité de Saint-Épiphane.

Le champ de l’écu est formé de trois triangles qui symbolisent les activités de Saint-Épiphane.

Le triangle vert et ses arbres illustrent la forêt et le commerce du bois qui demeurent une des richesses du milieu.

Le triangle bleu couvert de gouttes rappelle la florissante industrie du lait.

Enfin, le triangle rouge souligne la vitalité des loisirs et de leur organisation.

Saint-Épiphane, note historique

Installée presque au centre de la Municipalité régionale de comté de Rivière-du-Loup, à 25 kilomètres au nord-est de la ville de Rivière-du-Loup, à la hauteur de Saint-Georges-de-Cacouna, plus à l’ouest, cette municipalité est née en 1840, avec l’arrivée des premiers colons. Ces ancêtres des Éphiphanois, venus pour la plupart de Rivière-du-Loup, de Saint-Arsène et de l’Isle-Verte, se sont établis dans le canton de Viger. Dès 1842, une mission assurait les secours de la religion aux rares habitants qui fondent une paroisse sous le nom de Saint-Éphiphane en 1863, érigée canoniquement en 1870. Le territoire paroissial avait été constitué à même ceux de Saint-Jean-Baptiste-de-l’Isle-Verte et de Saint-François-Xavier-de-Viger.

Sur le plan municipal, on assiste, en 1855, à la création de la municipalité du canton de Viger, dont le nom rappelle le souvenir de Denis-Benjamin Viger (1774-1861), qui fut, de 1843 à 1846, coprésident, avec William Henry Draper, du Conseil exécutif du Canada-Uni, et qui a généreusement contribué à la construction d’une chapelle locale. Son patronyme identifie une entité cantonale, proclamée en 1861, à laquelle la municipalité appartient. Cet éminent journaliste, devenu politicien, a joué un rôle important dans l’histoire des idées au Canada, notamment en s’appuyant sur des journaux comme Le Spectateur, La Minerve et L’Aurore des Canadas. En 1894, la municipalité de la paroisse de Saint-Épiphane, en rappel de la paroisse et recevait le statut de municipalité en 1991. Cette dénomination souligne l’apport d’un bienfaiteur insigne de la fabrique, l’abbé Épiphane Lapointe (1822-1862). Ordonné prêtre en 1850, il assume la responsabilité de la paroisse de Pasbéiac, de 1851 à 1855, et devient curé de Rimouski en 1861. Il meurt l’année suivante à l’âge de 40 ans de la fièvre typhoïde. Son saint patron évoque soit un évêque de Chypre du IVe siècle, soit l’évêque de Pavie (564-496). Anciennement, les Malécites, Amérindiens fort proches des Micmacs, habitaient une réserve implantée à proximité de Saint-Épiphane.

Armoiries de Saint-Epiphone

Armoiries de Saint-Épiphane.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *