Armoiries

Armoiries de St-André-d’Argenteuil

Armoiries de St-André-d’Argenteuil

Armoiries de Saint-André-d’Argenteuil

Voici la signification des armoiries de la Municipalité de Saint-André-d’Argenteuil:

  • La croix en X représente la croix de Saint-André.
  • Les deux fleurs de lys représentent la province du Québec.
  • Le câble signifie l’union des deux municipalités Paroisse et Village Saint-André.
  • Le gouvernail du bateau signifie la navigation.
  • La ligne bleue signifie les rivières.
  • Les deux éclairs représentent les centrales hydroélectriques.
  • Le rouge, le blason de d’Ailleboust, premier seigneur de la seigneurie. Le premier seigneur d’Argenteuil venait du village d’Argenteuil-sur-Armançon en Bourgogne en France. Sa famille avait été liée aux activités du château d’Ancy-le-Franc.
  • Les deux étoiles en or représentent la noblesse.
  • Le chevron en or signifie la construction.
  • La gerbe de blé signifie l’agriculture.

La devise de la municipalité de Saint-André-d’Argenteuil : VITA PER AQUAM (la vie par l’eau) signifie le développement de St-André par les rivières.

D’après le site web de Saint-André-d’Argenteuil : saintandredargenteuil.ca.

Saint-André-d’Argenteuil

Établie à peu de distance de Lachute, en face de Pointe-Fortune, la municipalité de Saint-André-d’Argenteuil profite de la proximité du lac des Deux Montagnes et de Mirabel, plus à l’est. L’inclusion de ce territoire dans la seigneurie d’Argenteuil, concédée par le gouverneur Frontenac, en 1682, à Charles-Joseph d’Aileboust Des Muceaux, justifie, en partie, la dénomination qui lui a été attribuée.

Toutefois, la municipalité de paroisse érigée en 1855 portait le nom de Saint-André, bien que l’usage ait toujours retenu la forme Saint-André-d’Argenteuil. Cependant, celle-ci prenait la relève de la municipalité d’Argenteuil, créée en 1845 et abolie deux ans plus tard. Saint-André, qui provient de la traduction française de l’appellation de la paroisse protestante fondée en 1822 et érigée canoniquement en 1830, St.Andrews, souligne que les premiers colons, des Écossais, ont voulu adopter le patronyme de leur patron national. Par ailleurs, l’église de la Christ Church avait été bâtie entre 1819 et 1821, puis consacrée en 1829. Anciennement, les Andréens tiraient leur subsistance de la forêt et ils soulignent volontiers que la première usine à papier du Canada a été construite sur leur territoire en 1803.

Lieu-dit Coteau-des-Hêtres

C’est sur un petit coteau, élevé d’à peine 75 m et orienté est-ouest, que le lieu-dit de Coteau-des—Hêtres, situé entre Lachute et Saint-André-Est, a été identifié. Ce toponyme adopté en 1970 est l’adaptation du nom de Beech Ridge qui identifiait depuis longtemps cet endroit. Déjà en 1829, plusieurs pionniers venus de la Nouvelle-Angleterre y étaient établis, parmi lesquels Donald Laynachan, Samuel Rennie, Thomas Smith et James Cowan. La désignation de Beech Ridge n’a donc pas dû tarder à entrer dans l’usage après le début du peuplement.

Presqu’île Robillard

Remarquable par sa forme de crochet tourné vers l’est, cette pointe basse, étroite et longue de 4 kilomètres, constitue le prolongement de la rive gauche de l’embouchure de la rivière du Nord, affluent de la rivière des Outaouais. Ce toponyme récent, accepté officiellement en 1970, rappelle le souvenir d’un ancien propriétaire terrien, Élisée Robilard, qui fut conseiller municipal de Saint-André-d’Argenteuil et maire pendant le mois de mai 1938. Le même spécifique identifie également un chemin qui longe Terrasse-Robillard, centre de villégiature bordant la rivière sur au moins 2 kilomètres. Variante : Île aux Nois.

armoiries de saint-andré-d'argenteuil

Armoiries de saint-andré-d’argenteuil. Image libre de droits.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *