Armoiries

Logo et armoiries de Pont-Rouge

Logo et armoiries de Pont-Rouge

Logo et armoiries de la ville de Pont-Rouge

Logo

Logo de la ville de Pont-RougeL’arrière-plan représente la solidité géophysique et administrative de la nouvelle ville. La forme rectangulaire de ce même fond accentue ce sentiment de force. Le nom de la ville est assis sur ce bloc de pierre et démontre toute la stabilité de la nouvelle entité.

En avant-plan on retrouve un « P » et un « R » stylisés. Ces deux formes représentent aussi la réunion des deux anciennes municipalités sur une même base solide. De plus, les formes réunies donnent le mouvement d’une vague de la rivière qui sillonne la ville lui conférant ainsi son identité et son aspect dynamique.

La couleur rouge vin a été choisie pour sa cohérence avec le nom de Pont-Rouge. L’or représente la culture riche et les nombreux athlètes à voir le jour dans la municipalité et le noir est associé au roc et à la stabilité économique de la nouvelle entité.

Le slogan « En mouvement vers l’avenir » démontre bien la transformation constante de la nouvelle municipalité qui établit ses bases solidement aujourd’hui, pour être encore plus fort demain. Le mouvement fait aussi référence à la rivière et ses rapides, omniprésents dans la municipalité. Elle illustre aussi l’aspect sportif toujours en force à Pont-Rouge.

L’ensemble donne un aspect jeune et harmonieux. Le mouvement y démontre l’action déterminée de se doter d’un endroit où il fait bon vivre. Pont-Rouge est une ville en pleine expansion et elle doit le démontrer à travers son image.

logo pont rouge

Logo de la ville de Pont-Rouge.

Armoiries et la devise « Unis pour grandir »

Unis pour grandir c’est :

  • Unis dans la vie économique, c’est assurer le progrès et le bien-être pour tous les citoyens de la ville de Pont-Rouge.
  • Unis dans la vie sociale, c’est le partage entre le confort et la pauvreté, entre la joie et les souffrances pour conférer à Pont-Rouge le titre de la ville du bonheur.
  • Unis dans la vie récréative et sportive, c’est avoir le centre de plein air le plus recherché de la province et le plus apprécié des touristes.
  • Unis dans la vie spirituelle, c’est celle de l’âme, de l’esprit et du cœur qui favorise dans ce coin paisible de la province, le bien-être et le goût de vivre des citoyens et des citoyennes.
armoiries pont-rouge

Armoiries de la ville de Pont-Rouge.

Quant au nom actuel de Pont-Rouge, qui identifie le bureau de poste instauré en 1868 et la gare du Canadien Pacifique en 1876, il paraît être attesté par la première fois dans une lettre de monseigneur Charles-François Baillargeon, adminstrateur du diocèse de Québec, au curé de Cap-Santé, le 22 août 1867, quelque temps seulement après la fondation de la paroisse.

Déjà à cette époque ancienne, les gens de Saint-Raymond, Portneuf, Saint-Basile, Cap-Santé, Grondines, Deschambault passaient par le pont enjambant la Jacques-Cartier au centre de la localité de Pont-Rouge et disaient couramment, « on passe par le pont Rouge:. Le nom de cet ouvrage, construit en 1822, lui vient du fait qu’il était complètement peint en rouge en 1838. À noter qu’un autre pont jeté sur la Jacques-Cartier en 1804, le pont Royal, appelé quelques années plus tard le pont Déry, deviendra le premier pont à péage au Québec. En fait, les gens de Cap-Santé et des environs ont contribué à la construction du pont Rouge pour ne plus avoir à payer.

Historique de Sainte-Jeanne-de-Pont-Rouge

Le territoire couvert par cette localité de la région de Portneuf se présente comme assez vaste et relativement peu peuplé. Entourant de touts parts le village de Pont-Rouge, Sainte-Jeanne-de-Pont-Rouge s’insère entre Pointe-aux-Trembles, au sud et Saint-Basile, au nord. Les débuts de la colonisation remontent, à cet endroit, à 1769, suivant Hormisdas Magnan, avec la fondation de la paroisse de Sainte-Jeanne-de-Neuville, dont l’érection canonique ne s’effectuera qu’en 1867, année centenaire de la canonisation de la sainte. Toutefois, cette date de 1769 paraît sujette à caution, car la paroisse ne figure ni dans la liste des paroisses de 1784 (monseigneur Briand), ni dans celle dressée sous lord Dorchester en 1790.

Stanislas Drapeau, en 1863, n’en souffle pas un mot. Le nom paroissiale passera à la municipalité de paroisse créée en 1868, lequel sera modifié en Sainte-Jeanne-de-Pont-Rouge en 1959. On a retenu le nom de sainte Jeanne de Chantal (1572-1641) parce que celle-ci est considérée comme la fille spirituelle de saint François de Sales.

Comme la paroisse a été détachée de Saint-François-de-Sales-de-la-Pointe-aux-Trembles, entre autres, l’adoption de cette appellation paraissait naturelle. Jeanne-Françoise Frémiot ou Frémyot épouse, en 1592, le baron de Chantal, Christophe de Rabutin. À la mort de son mari (1601), elle se rend à Dijon et y rencontre saint François de Sales qui établira, en 1604, la Visitation Sainte-Marie, congrégation dont les membres portent le nom de Visitandines, alliant la vie contemplative et le service des pauvres et des malades.

En 1619, l’ordre devient cloître et Jeanne est élue supérieure de la maison d’Orléans en 1626, poste qu’elle refuse pour demeurer à Annency. La proximité temporelle de sa canonisation survenue en 1767, et de l’établissement de la paroisse, en 1769, a également pu influer sur le choix dénominatif. Le constituant Pont-Rouge, évoque un pont construit en 1838, lequel était entièrement peint en rouge. Pour ce qui est de Neuville, qui figure dans le nom primitif, il rappelle l’appartenance du territoire à l’ancienne seigneurie de Neuville établie en 1653.

À lire également :

  • Ville de Pont-Rouge

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *