Armoiries

Armoiries d’Otterburn Park

Armoiries d’Otterburn Park

Armoiries d’Otterburn Park

(symbole social)

À Otterburn Park, le symbole social remplace les anciennes armoiries comme identification visuelle de la municipalité. Le symbole social d’Otterburn Park fut adopté par le conseil municipal à son assemblée régulière du 10 mars 1980.

Il est l’oeuvre d’un résident otterburnois, artiste peintre et sculpteur, monsieur Slawek Gorecki.

C’est une composition asymétrique d’éléments organiques. Les trois éléments de base de la nature: le ciel, la flore et l’eau y sont représentés avec une égale importance.

  • Le pommier et l’érable sont les arbres les plus représentatifs d’Otterburn Park. À cause de leur présence dominante à Otterburn Park, une feuille de chaque arbre constituent deux éléments significatifs.
  • À ces éléments naturels se rattachent bien des activités d’ordre social et culturel qui démontrent qu’il y a une société saine dans un environnement sain.
  • La branche se métamorphose en contour du mont Saint-Hilaire qui passe alors aux deuxième plan mais dont la présence est indéniable.
  • L’eau: élément purificateur, source de loisirs et de vie possède également une fonction dynamique à l’intérieur du dessin.
  • Le cercle, en bordure du logo, symbolise les cycles de croissance de la nature et du genre humain. L’élément dominant de ce sigle est la nature qui représente une société en santé, au sein d’un environnement en santé.

L’effet global de vitrail se veut une référence historique à la ville moyenâgeuse d’Otterburn Park en Angleterre et vient caractériser le logo. Pour cette raison les contours et les lignes sont très marqués et les couleurs vives appuient le style.

Armoiries d’Otterburn Parc (symbole social)

Logo d’Otterburn Park.

D’après le site internet d’Otterburn Park : ville.otterburnpark.qc.ca.

Historique de la ville d’Otterburn Park

À 59 km au sud de Sorel et à environ 30 km au sud-est de Montréal, entouré de Beloeil, Mont-Saint-Hilaire et McMasterville, on trouve le territoire montérégien en forme de rectangle d’Otterburn Park qui donne sur le Richelieu. En dépit de leur relative jeunesse sous cette dénomination, 1953, les lieux étaient déjà habités à la fin du XVIIIe siècle avec la fondation de la paroisse de Saint-Hilaire, municipalisée en 1855, laquelle prenait la relève de la municipalité de Rouville, créée en 1845 et abolie deux ans plus tard. Le statut de municipalité de paroisse a été maintenu pendant près de cent ans, jusqu’en 1953, avant d’être modifié en celui de municipalité sans autre désignation, à la faveur de la transformation dénominative en Otterburn Park.

En 1969, l’endroit obtenait le statut de ville. Le constituant Otterburn Park remonte au nom d’une ville du comté de Northumberland au nord de l’Angleterre, près de l’Écosse, Otterburn, où s’était déroulée, en août 1388, la bataille de Chevy Chase, mettant aux prises des Douglas d’Écosse et les Northumberland d’Angleterre, épisode romantique et chevaleresque sans grand intérêt militaire. Or, cette ville est le lieu de naissance de Joseph Hickson (1830-1897), gérant général de la compagnie du Grand-Tronc au milieu du XIXe siècle. Celui-ci fait construire une gare ferroviaire au sud du village de Saint-Hilaire et, en 1871, lorsque Bruce F. Campbell, le fils du seigneur de Rouville, Thomas Edmund Campbell (vers 1809-1872), fait aménager à cet endroit un vaste parc, il veut l’identifier sous la dénomination de Hickson Park. Joseph Hickson lui suggère plutôt de retenir le nom de son lieu natal, Otterburn.

Aujourd’hui résidentielle, Otterburn Park, peuplée à la fin du XIXe siècle par un petit nombre de catholiques anglophones, a connu rapidement une grande popularité si l’on en juge par les nombreux pique-niques et excursions qu’on y organisait vers 1880, les gens étant séduits par le décor champêtre et la beauté du parc créé par Bruce Campbell. C’est à compter de 1912 surtout que la municipalité se développe autour du parc. En 1919, une desserte identifiée comme Notre-Dame-du-Bon-Conseil-d’Otterburn Park est établie alors que la première église protestante, la United Church, est bâtie au cours de 1919 et 1920. Un bureau de poste est ouvert en 1921 sous le nom d’Otterburn Park.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *