Armoiries

Armoiries de Granby

Armoiries de Granby

Armoiries de Granby

Écartelé :

  • 1er quartier :  De sinople à une feuille d’érable d’or.

Sinople : Signifie renouveau, espoir et gaieté.

  • 2e quartier : Coupé au 1er de gueule, chargé d’un lion passant d’or. Au 2e d’azur, chargé de deux fleurs de lys d’argent.

Gueules : Signifie grandeur, audace et vaillance.
Azur : Signifie joie, savoir, loyauté et clarté.

  • 3e quartier : De gueule, au livre ouvert d’argent, chargé de l’Alpha et d’un
    Oméga de sable. Ce quartier signifiant le commencement et la fin en toutes choses, croyance, éducation, etc.
  • 4e quartier : D’or au caducée de sable. Le caducée avec les ailes représente le commerce et l’industrie.
Armoiries de Granby

Armoiries de Granby. Image libre de droits.

Sable : Signifie fermeté et vigilance.

Or : Signifie éclat, justice et constance.

Ornements extérieurs : L’écu timbré d’une couronne murale d’or à sept tours crénelées. Comme ornement inférieur ou en pointe à un listel d’or, chargé de la devise en lettres romaines, Pour y parvenir.

Historique de la ville de Granby

Tout en conservant intacte sa dénomination dans le temps, cette ville a connu pas moins de trois modifications de statut ; créée comme municipalité de village en 1859, elle est devenue cité en 1916, puis ville en 1971, ce qu’elle demeure toujours.

Son nom rappelle, suivant la majorité des chercheurs, John Manners (1721-1770), 4e duc de Rutland, baron de Belvoir et marquis de Granby, titre qui lui a octroyé le roi anglais George III et qui a été attribué comme appellation à une municipalité anglaise du Nottinghamshire, au centre de l’Angleterre.

C’est dans le comté de Nottingham que se trouve la forêt de Sherwood, repaire fameux de Robin des Bois. Le marquis de Granby s’est illustré à la bataille de Colluden (1745) et comme commandant des armées britanniques par la suite. Il a également représenté aux Communes les comtés anglais de Grantham (1741-1747) et de Cambridge (1754-1770). Il demeure possible toutefois que l’on ait pu emprunter le nom d’une paroisse et d’un village anglais de Bedfordshire, appellation signifiant « grand village, grande ville, de « grand » et de « by », lieu habité, village, ville. Aujourd’hui carrefour industriel très important et siège d’un jardin zoologique réputé, Granby est la quatrième ville en importance de la Montérégie, à mi-chemin entre Montréal et Sherbrooke, sur la Yamaska, même si elle a débuté modestement au commencement du XIXe siècle avec l’arrivée des premiers colons, les trois frères Frost du New Hampshire, en l’honneur desquels on a baptisé les lieux, un temps, Frost Village.

En 1863, les lieux comptaient 700 habitants dont 277 Canadiens français. Suivant la croyance populaire, le gentilé Granbyen aurait été attribué à la population locale par le célèbre chanteur français Maurice Chevalier, à l’occasion d’un spectacle qu’il donnait dans cette ville dans les années 1950.
La ville a pour surnom Princesse de l’Estrie/Cantons-de-l’Est, surtout par le passé, et Cité des parcs et du bien-être, titre qui souligne l’attention soutenue que portent les autorités municipales à la verdure et à la beauté du paysage. Granby constitue un centre régional d’importance pour le textile, le bois, le tabac, la production laitière, etc., activités auxquelles se greffe une vocation industrielle et touristique.

Circonscription électorale de Shefford

Nommée ainsi en 1829, située au pied des Appalaches, à 80 km au sud du lac Saint-Pierre, cette circonscription électorale d’une superficie de 500 km2 comprend neuf municipalités, la plus importante étant la ville d Granby (63% de la population locale).

L’économie repose sur environ 200 entreprises manufacturières en tête desquelles se trouvent les domaines du textile, de l’alimentation, des produits métalliques manufacturés et des vêtements. Quant à l’agriculture soutenue par environ 25% de la population active, elle y est très florissante. La production laitière est l’activité agricole prédominante et dépasse les cultures de foin, d’avoine et de maïs d’ensilage. La proximité du marché de Montréal et la présence de la Coopérative agricole de Granby facilitent l’écoulement de la production laitière. Par ailleurs, plusieurs agriculteurs se sont spécialisés dans l’élevage des porcs et des poulets.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *