Armoiries

Armoiries de Farnham

Armoiries de Farnham

Armoiries de Farnham

Ornements intérieurs : De sinople à un pal ondé d’argent, chargé d’une rose de gueule, accosté au dextre d’une gerbe de blé d’or, au senestre de deux roues dentées posées en pal du même.

Ornements extérieurs : L’écu timbré d’une couronne murale d’or à sept tours crénelées. Le tout soutenu par deux branches d’érable de sinople, feuillées de même, tigées et boutonnées d’or, croisées en pointe en sautoir et liées par un ruban de gueule, retenant un listel de parchemin d’or, chargé de la devise en lettres romaines: Bonorum Laborum Gloriosus est Fructus.

Explication des termes héraldiques :

  • De sinople : couleur verte en héraldique. Le sinople est représenté, en gravure, par des hachures diagonales alternant de dextre à semestre.
  • À un pal ondé : le pal est une figure héraldique de premier ordre. Dans ce cas, le pale est ondé, car il représente la situation géographique de la Cité de Farnham aux abords de la rivière Yamaska.
  • D’argent : deuxième métal employé en héraldique. Il est représenté, en gravure, par le blanc plein.
  • D’une rose : la rose est placée en mémoire à la famille de George Alsopp.
  • De gueule : couleur rouge en héraldique. Le gueule symbolise la charité, la justice.
  • Au dextre : côté gauche de l’écu vu de face.
  • D’une gerbe de blé : symbole de l’agriculture. Elle rappelle les premiers cultivateurs de la région de Farnham.
  • D’or : premier métal employé en héraldique. Il est représenté, en gravure, par un pointillé en quinconce. L’or signifie : éclat, justice, foi, force et constance.
  • Au semestre : côté droit de l’écu vu de face.
  • Deux roues dentées : les roues dentées représentent l’industrie de la place.
  • Posées en pal : c’est-à-dire l’une au dessus de l’autre comme le pal qui descend du haut en bas de l’écu.
  • Du même : du même métal que le précité, c’est-à-dire l’or.
  • Couronne à sept tours : indique la cité.

Ville de Farnham

À la limite orientale de la vaste plaine de Montréal, au sud du Saint-Laurent et aux portes de l’Estrie, on retrouve la ville de Farnham, établie sur les berges de la Yamaska, au sud-ouest de Granby. Elle tire son nom de celui du canton proclamé dès 1799, cette dénomination ayant été attribuée parce que son premier concessionnaire, Samuel Gale (1747-1826), arpenteur et fonctionnaire qui avait reçu 3 885 ha de terre avec ses beaux-frères et ses neveux, était originaire des environs de la petite ville de Farnham en Angleterre, dans le comté de Surrey. Ce nom, qui remonte à la forme ancienne Feornham, habitat de la fougère, a servi de toponyme dans les anciennes colonies anglaises d’Amérique et on le rencontre également comme patronyme.

Au cours des ans, cette ville a connu quelques modifications de statut : d’abord érigée en 1862 sous le nom de municipalité du village de Farnham-Ouest – West Farnham peut également être relevé et marque la position des lieux dans la partie ouest du canton, – elle devenait la ville de Farnham en 1876, puis la cité de Farnham en 1956, pour finalement redevenir la ville de Farnham en 1978. Les premiers Farnhamiens, des Loyalistes, se sont installés en ces lieux dès 1800 et le développement a été assuré par la construction de moulins à scie et à farine en 1827, puis par celle de la voie ferrée La Prairie-Saint-Jean (1835-1836), qui a eu d’importantes répercussions sur l’avenir de Farnham. La petite communauté s’est consolidée avec l’établissement de la mission de St.James the Apostle en 1847 et de la paroisse de Saint-Romuald-de-Farnham érigée canoniquement en 1851, puis civilement en 1854. De nos jours, Farnham est un centre commercial et industriel actif au sein d’une région agricole prospère. La ville est connue également par la présence, à proximité, d’un important camp militaire pour l’entraînement des réservistes.

Armoiries de Farnham

D’après le site Web de la ville de Farnham : ville.farnham.qc.ca.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *