Armoiries

Armoiries de Saint-Hyacinthe

Armoiries de Saint-Hyacinthe

Armoiries de la ville de Saint-Hyacinthe

Élaborées en 1956, les armoiries de la Ville de Saint-Hyacinthe sont restées identiques après la fusion de 1976. Conçues par le Collège canadien des armoiries, elles présentent un blason formé d’un écu que surmonte une couronne formée de 7 tours et encadré de 2 branches d’érable feuillées.

La couronne rappelle l’importance de la Ville.

L’écu, divisé en quatre quartiers, est frappé au centre de la croix patriarcale, rappelant la présence du siège épiscopal et de nombreux centres d’enseignement.

Les différents quartiers présentent : une fleur de lys, symbole de l’origine française de la population; une roue dentée, démontrant la force de l’industrie et du commerce; une rivière représentant la Yamaska, et une herse, consacrant la vocation agricole de la région maskoutaine.

La devise latine se traduit comme suit : «  Nous revivons par amour et courage « , en rappel des épreuves du passé.

Ancienne municipalité de paroisse de Saint-Thomas-d’Aquin, aujourd’hui partie de Saint-Hyacinthe

Ce territoire tout en longueur se blottit le long de celui de Saint-Hyacinthe dont le noyau habité se retrouve à 5 kilomètres plus au sud-est. Rattachée à la MRC des Maskoutains, cette ancienne municipalité prend place immédiatement au sud-est de La Présentation. Détachée de Notre-Dame-du-Rosaire ou Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe et La Présentation, la paroisse de Saint-Thomas d’Aquin a été érigée canoniquement et civilement en 1893, année de la création de la municipalité de paroisse. Le bureau de poste local portait déjà cette appellation depuis 1891.

Les Aquinois doivent leur dénomination collective au fait que des Dominicains desservaient la mission entre 1889 et 1891. Or, saint Thomas d’Aquin (1225-1274) demeure le représentant le plus célèbre de cette congrégation. Théologien et philosophe d’origine italienne, une bonne partie de sa carrière s’est passée en France où il fut régent de l’Université de Paris. En 1879, le pape Léon XIII adopte son œuvre, universellement connue sous le nom de « thomisme », comme base officielle de la philosophie chrétienne.

Armoiries de la ville de Saint-Hyacinthe

Armoiries de la ville de Saint-Hyacinthe. Image libre de droits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *