Armoiries

Armoiries de Saint-Alexis-des-Monts

Armoiries de Saint-Alexis-des-Monts

Armoiries de Saint-Alexis-des-Monts

Symbolisation des armoiries

Beauté naturelle de Saint-Alexis – « La nature vraie » – Nature enchanteresse – Environnement sain.

Municipalité à vocation touristique qui possède une très grande richesse faunique reflète le côté loisirs et touristique, qui depuis plus d’un siècle apporte aux chasseurs et pêcheurs, un sport de détente et de repos.

La population est caractérisée par de grands talents naturels pour les arts et la musique. Ensemble de structures sociales, artistiques et intellectuelles bien établies.

  • Amitié – simple et profonde
  • Fraternité – spontanée, chaleureuse, associée à la grandeur d’âme des gens.
  • Hospitalité – devenue us et coutumes depuis 1 siècle et reconnue outre-frontières.
  • Évoque nos nombreux lacs, les piscicultures et la faune qu’ils renferment.
  • Un idéal à atteindre.
  • Un regard vers l’avenir et une confiance inébranlable envers les individus.

Le blason est soutenu par deux cônes et jeunes plants de conifères symbolisant la vivacité et le reboisement forestier.

Armoiries de Saint-Alexis-des-Monts. Image libre des droits.
Armoiries de Saint-Alexis-des-Monts. Image libre des droits.

Hymne de Saint-Alexis-des-Monts Ohé Alexismontois

Paroles et musique de Jean-Louis Houle

C’est au nord de la province
C’est au coeur de la Mauricie
Une nature pour vous convaincre
Un décor de paradis
Vivant là-haut en montagne
Des gens fiers et très courtois
Bienvenue dans ma campagne
Ohé Alexismontois.

Plus élevé de la mer
Bien plus près du ciel aussi
Érigé par nos ancêtres
Plein de foi et de défi
À force de bras et de sueur
Valeureux coureurs des bois
Vous vivez là dans nos coeurs
Ohé Aleximontois.

La forêt sert de fond de scène
Au théâtre de nos vies
Chaque saison nous amène
Un paysage assorti
De l’air pur de nos savanes
L’eau qui coule autour de soi
Toute la faune de proclamer
Ohé Aleximontois.

Bouclier contre les tempêtes
Source d’espoir en demain
Lieux pour la chasse et la pêche
Refuge pour les citadins
Protégeons notre territoire
Dans la paix et dans la joie
Partageons oui notre histoire
Ohé Alexismontois.

Lac Minagami

Ce lac en forme d’as de pique est situé à 15 km au nord-ouest de Grand-Mère et au sud du parc national de la Mauricie. Il est alimenté par le lac Grenier et se déverse dans le ruisseau McLaren. Ce lac est célèbre pour son camp de vacances quo, chaque année depuis 1963, accueille, durant la période estivale, enfants et adolescents de la province et même de l’extérieur. Dès 1920, toute la correspondance du bureau de poste local était identifiée par Minogami et depuis 1963 il porte le nom de Lac-Minogami. Différentes significations ont été attribuées à ce toponyme d’origine amérindiennes dont « eau claire, eau bonne à boire, belle eau et c’est un lac bien fait, un beau lac pour voyager ». Les autochtones de Sanmaur connaissaient également ce lac sous le nom de Minogami. En 1964, la Commission de géographie acceptait que Lac Minogami remplace officiellement l’appellation aussi usité localement de Lac à la Truite, ou Trout Lake, qui paraissait sur certaines cartes, compte tenu du caractère homonymique de ce nom.

Canton De Calonne

Situé au nord de Saint-Alexis-des-Monts en longeant la frontière sud de la réserve faunique Mastigouche, ce canton est drainé par la rivière du Loup qui coule à l’est. Parmi les petites étendues d’eau qu’il renferme, se détache le lac Sacacoumie qui se déploie vers le centre nord. Plusieurs lacs de ce territoire sont fréquentés par une population majoritairement estivale. Le nom de ce canton honore la mémoire de Jacques-Ladislas-Joseph de Calonne (1743-1822), sulpicien qui fréquentait la cour et le milieu littéraire parisien avant d’être arrêté au début de la Révolution française, en 1789. Il émigre alors en Angleterre, puis vient demeurer à l’Île-du-Prince-Édouard (1799-1803), retourne à Liverpool pour régler ses problèmes de créances et exercer son ministère. Il s’installe ensuite au Bas-Canada en 1807, précisément à Trois-Rivières où il devient aumônier des Ursulines, et, à Pointe-du-Lac, comme curé de la paroisse de La Visitation de Pointe-du-Lac. L’emplacement choisi pour honorer ce personnage n’est donc pas très éloigné du lieu où il a vécu dans l’ascèse et la pauvreté jusqu’à sa mort. Proclamation en 1872.

Île des Cinq

Cette petite île est située dans le Saint-Maurice à 3,5 km au sud de l’embouchure de la rivière Matawin, soit à 70 km environ au nord-nord-ouest de Trois-Rivières. Ce spécifique est en usage dans le même secteur et sur la rive droite du Saint-Maurice pour identifier le Petit ruisseau des Cinq qui débouche vis-à-vis de l’île, le Petit lac des Cinq, source de ce ruisseau, le lac des Cinq – étendue d’eau beaucoup plus grande que la précédente – qui, après avoir passé par le lac du Portage, s’écoule au nord dans les rapides des Cinq de la rivière Matawin par le ruisseau des Cinq. Ce toponyme se retrouve sur un plan du comté de Champlain en 1931. L’abbé Napoléon Caron mentionne ce toponyme dans un livre « Deux voyages sur le St-Maurice 1887-88 » en ces termes « L’Île des Cinq, ainsi nommée à cause des 5 indiens qui y sont morts et qui y sont enterrés. »

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *