Armoiries

Armoiries de Poularies

Armoiries de Poularies

Armoiries de la municipalité de Poularies

Le 9 décembre 1916, un canton abitibien reprend le nom de Poularies au blason portant le coq, l’arbre et l’étoile et ayant comme devise « Vigilant et Prompt » Soyons-en fiers.

La municipalité de Poularies est délimitée au nord par Macamic, au sud par Destor, à l’est par Taschereau et à l’ouest par Palmarolle. La municipalité est traversée du sud-est vers le nord par la rivière Loïs autrefois appelée MolesWorth qui se déverse dans le lac Macamic.

Ce fut par cette voie naturelle que les premiers colons s’éloignant du chemin de fer transcontinental vinrent se fixer sur les terres échelonnées le long de la rivière dans les rangs VI-VII-VIII et IX du canton Poularies.

Pourquoi je m’appelle Sainte-Rose de Poularies ?

Après que le territoire de l’Abitibi fut annexé à la province de Québec, à la fin du siècle dernier ou au début de celui que nous vivons présentement, nos autorités gouvernementales ont décidé de mettre cet immense territoire au service de la colonisation.

Pour ce faire, il fallait des noms pour cette multitude de cantons nouveaux.

En se remémorant les vieilles choses du passé oubliées pour plusieurs d’entre nous, cela a permis un choix judicieux d’une multitude de beaux noms français. Or on est venu à faire le choix parmi les officiers des régiments, dont plusieurs sont morts pendant ou après la bataille des Plaines d’Abraham, lors de la prise de Québec par les armées anglaises du général Wolfe en septembre 1759.

Un officier de l’armée française, M. de Poulariez a été envoyé des la France à M. le Marquis de Montcalm. Il est arrivé au pays en 1756 avec le général Montcalm et les troupes qui l’accompagnaient. Il était simple capitaine, mais il a été promu lieutenant-colonel en 1759 et est devenu commandant du Régiment Royal-Roussillon.

En 1759, pendant que Wolfe tentait de débarquer en bas de Québec, le colonel était en charge de la côte de Beaupré. Toutes les tentatives de Wolfe furent vaines.

À la bataille de Sainte-Foy, c’est le Régiment Royal-Roussillon, sous les ordres de M. de Poulariez, qui assure la victoire.

Le nom de Sainte-Rose vient du prénom de Madame Alcide Naud. En 1921, le 16 juin, Mgr J.A. Latulipe, évêque d’Haileybury faisait sa première visite à la mission de Sainte-Rose, dit à Monsieur et Madame Naud qu’il ne pouvait pas fixer l’emplacement de l’église sur leur lot, mais qu’il donnerait le nom de « Rose » à la paroisse.

En juin 1924, est fondée par monseigneur J. Napoléon Lévesque, p.d., Sainte-Rose de Poularies, même si la colonisation de Poularies a débuté en 1916. De 1918 à 1924, le territoire a fait partie de la municipalité des cantons unis de Royal-Roussillon et Poularies. La municipalité a été créée en 1924. Le premier maire fut monsieur Paul Baril.

Le territoire de Poularies couvre 193 kilomètres carrés. Il est situé dans la partie sud-est de l’Abitibi-Ouest et constitue, dans une certaine mesure, la limite de l’espace habité dans ce secteur. La route 101 traverse le territoire du nord au sud et fait que la municipalité est bien reliée aux secteurs de La Sarre et de Rouyn-Noranda.

Le territoire fait partie de la vaste plaine argileuse qui entoure le lac Abitibi. La partie nord et centrale est plus plane et a une altitude variant généralement entre 280 et 300 mètres. Par contre, la partie sud-est est plus accidentée et plus élevée. Elle est généralement située à une altitude supérieure à 300 mètres et l’on retrouve dans cette partie quelques collines dépassant 380 mètres.

Voir aussi :

Armoiries de Poularies.
Armoiries de Poularies. Source de la photo : Site Web de la municipalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *