Armoiries

Armoiries de Maskinongé

Armoiries de Maskinongé

Armoiries de Maskinongé

Maskinongé est une municipalité du Québec située dans la MRC de Maskinongé dans la région administrative de la Mauricie.

Historiquement, la municipalité de paroisse de Saint-Joseph-de-Maskinongé fut constituée le 1er juillet 1855, lors du découpage original de la province. Le 10 octobre 1931, la partie urbaine de Saint-Joseph-de-Maskinongé se détache et prend le nom de municipalité de village de Maskinongé. Le 25 avril 2001, les deux municipalités se fusionnent et deviennent la municipalité de Maskinongé.

Située à mi chemin entre Montréal et la ville de Québec (à 90 minutes environ de route), la municipalité de Maskinongé vous séduira par son arrondissement central et la beauté qui en émane. La portion du territoire au sud de la route 138 (Chemin du Roy) fait partie de la réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre.

Le territoire de Maskinongé comprend deux habitats fauniques, soit l’aire de concentration d’oiseaux aquatiques de la Baie Maskinongé et l’habitat du rat musqué de la Baie de Maskinongé. De plus Maskinongé possède un écosystème forestier exceptionnel connu sous le nom de forêt rare du Lac-Saint-Pierre. La rivière Maskinongé, d’une longueur de 52 kilomètres, traverse son territoire.

Devise de la municipalité de Maskinongé :

Fleur de la municipalité : Le pétunia.

Historique du hameau Lebrun

C’est au pied des contreforts des Laurentides que s’est développé le hameau de Lebrun, dans la municipalité de Maskinongé (paroisse de Saint-Joseph-de-Maskinongé).Également connu sous le nom de Pied-de-la-Côte, qui est celui de la concession, il s’est caractérisé par l’activité d’un magasin général à partir du milieu du XIXe siècle. Son rayonnement couvrait plusieurs paroisses, car il était situé en bordure de l’ancien chemin du Roi et près des routes de pénétration de l’arrière-pays. L’activité commerciale y a connu son apogée vers 1920 avec l’entreprise Lebrun et Frères ; c’est à cette époque que s’est répandue l’appellation Village-des-Lebrun. En 1931, le magasin général abritait le bureau de poste et ce dernier prit le nom de Lebrun. Ce complexe commercial a été classé site historique par le gouvernement du Québec en 1981. Le hameau était toutefois habité depuis le XVIIIe siècle alors qu’une chapelle y a été construite vers 1763. Les documents de l’époque indiquent que cet endroit était appelé L’Ormière, ce nom étant resté accolé à la rivière qui arrose le hameau.

Historique de Saint-Joseph-de-Maskinongé

Traversé en son centre par la rivière Maskinongé, riverain du lac Saint-Pierre dans sa partie sud-est, le territoire de cette municipalité de paroisse occupe une étendue de près de 75 km carrés, à 10 km à l’ouest de Louiseville. Vers 1700, Joseph Petit, dit Bruneau ou Bruno (1645-1724) s’installe dans la seigneurie de Maskinongé, à l’endroit où s’implantera la paroisse de Saint-Joseph-de-Makinongé (nom orthographié à l’époque Masquinongé) en 1714.

Vers 1710, une première vague de pionniers donnent le coup d’envoi de la colonisation du territoire en érigeant l’église en bas de la rivière Maskinongé, du côté sud-ouest. À cette époque, les seigneuries de Carufel et de Maskinongé se partagent l’étendue paroissiale. Érigée civilement en 1722 et canoniquement en 1833, la paroisse donnera son nom à la municipalité de paroisse créée en 1855. Cependant, une première municipalité, répondant au nom de Maskinongé, avait été établie en 1845, avant de devenir partie de la municipalité de comté en 1847. Tout en constituant un hommage au fondateur de l’endroit le nom Saint-Joseph témoigne aussi de la ferveur des Récollets à l’égard du père de Jésus choisi en 1624 comme patron de la Nouvelle-France. Quant à la seigneurie de Maskinongé, concédée aux frères Pierre-Noël Legardeur de Tilly et Jean-Baptiste Legardeur de Saint-Michel par Talon 1672, son nom évoque les mots algonquins «mask » et « kinong », brochet difforme. À noter qu’en 1686, Pierre-Noël Legardeur cédera à Joseph Petit, dit Bruno un territoire qui deviendra la seigneurie de Petit-Bruno, détachée de la seigneurie de Maskinongé. La dénomination courante, Maskinongé, suscite beaucoup de confusion entre la municipalité de la paroisse et la municipalité du village de Maskinongé mais cristallisé le sentiment d’appartenance des citoyens qui se reconnaissent Maskinongeois.

armoiries de maskinongé

Armoiries de Maskinongé.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *