Armoiries

Armoiries de Marston

Armoiries de Marston

Armoiries de Marston

Autorité héraldique du Canada :

Symbolique des emblèmes héraldiques de la municipalité du canton de Marston tes que concédés par Claire Boudreau, Héraut d’Armes du Canada, le 15 décembre 20120 et consignés dans le volume XI, page 21 du registre public des armoiries, drapeaux insignes du Canada.

Armes : Le vert évoque la nature et le blanc la paix, rappelant ainsi la devise. Le sautoir honore les premiers colons écossais qui peuplèrent le canton de Marston et la fleur de lis les origines françaises des habitants actuels de la municipalité, en plus de situer celle-ci au Québec. L’hydrangée paniculée est l’emblème floral de la municipalité.

Cimier : Le huard niche dans un secteur du lac Mégantic en bordure du Canton de Marston. Son cri évoque la nature et la paix et rappelle la devise. La couronne à l’ancienne évoque la rivière Victoria qui traverse la municipalité et qui a été nommée en l’honneur de la reine Victoria. Les feuilles d’érable rappellent l’importance de la forêt et de l’acériculture pour ses habitants.

Devise : Nature et Paix. Cette devise est utilisée par la municipalité depuis de nombreuses années.

Concept original de Manon Labelle, héraut Miramichi, assistée par les hérauts de l’Autorité héraldique du Canada.

Artiste-peintre : Ilona Jurkiewicz

Calligraphie : Shirley Magione.

Historique de la municipalité de Marston

Nombre de lieux estriens sont identifiés à l’aide de dénominations de sources anglaises et il en va ainsi pour un canton proclamé en 1866 et une municipalité établie sept ans plus tard à l’ouest de Lac-Mégantic, près de Milan. Ce nom évoque probablement le village anglais de Marston Moor, sis à 10 km à l’ouest de York, dans le Yorkshire (Angleterre). Ce lieu demeure célèbre par la victoire des généraux parlementaires Fairfax et Leslie sur les troupes royales en 1644. Il s’agit d’un épisode de la Révolution anglaise qui opposait les royalistes, soutenant Charles Ier, et les parlementaires réclamant son abdication. La suggestion selon laquelle Marston rappellerait le dramaturge anglais John Marston (1575-1634) n’a reçu jusqu’à présent que fort peu de crédit. Cette municipalité a été créée à la suite du démembrement de la municipalité du canton de Whitton, établie en 1861, qui a en outre donné naissance à la municipalité de Hampden, ainsi qu’à celle renouvelée de Whitton, amputée d’une bonne partie de son territoire initial. Avec environ 500 Marstonnais, cette entité occupe un espace qui s’étend sur près de 72 km carrés.

Canton de Marston

Proclamé en 1866, traversé par la rivière Victoria, qui prend sa source dans les environs du mont Mégantic, le canton de Marston est délimité du côté est par la rive occidentale du lac Mégantic et fait partie de la MRC du Granit.

De relief montagneux et encore largement boisé, le canton est relativement peu habité même s’il renferme les municipalités de Marston et de Piopolis. Mentionné dès 1795 sur la carte de Gale et Duberger, il tire vraisemblablement son nom de Marston Moor, dans le Yorkshire anglais. Ce sont des Écossais qui seront les pionniers du canton vers le milieu du XIXe siècle, plusieurs provenant des Hébrides et parlant à peine l’anglais. Après 1871, les sociétés de colonisation ont encouragé des zouaves canadiens-français à s’établir dans ce qui allait devenir Piopolis. La recherche de l’or, entreprise dès l’ouverture du canton, a donné peu de résultats tangibles.

nature et paix

Armoiries du canton de Marston. Source de l’image : Site Web de Marston.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *