Armoiries

Armoiries de Mandeville

Armoiries de Mandeville

Armoiries de Mandeville

Les armoiries de la Municipalité de Mandeville s’entourent d’un rinceau de feuilles d’érable qui exprime l’union entre les mandevillois du village et de la campagne environnante.

La devise «Tous ensemble en avant» est inscrite au listel que l’on voit au bas de l’écu, tout comme le nom de la municipalité.

L’arbre et les montagnes symbolisent les forêts, source de revenus de grand nombre de nos familles, une industrie intimement liée à l’histoire de la municipalité.

La tête d’orignal souligne l’abondance du gibier qui peuple les forêts de la Réserve faunique Mastigouche et les montagnes environnantes.

L’eau et les poissons indiquent une autre richesse naturelle de la municipalité, composées de nombreux lacs et cours d’eau.

Armoiries de Mandeville

Le rouet, quant à lui, indique clairement que le travail artisanal a son importance dans notre communauté.

(description tirée du site Web de Mandeville :  mandeville.qc.ca).

Municipalité de Mandeville (Anciennement Saint-Charles-de-Mandeville)

Blottie au pied des Laurentides, à 25 kilomètres au nord de Saint-Gabriel-de-Brandon, Mandeville constitue une véritable paradis de chasse ou de piégeage (ours, orignal, loup, lynx) et de pêche (maskinongé, truite, achigan), parsemé de lacs et arrosé par la rivière Mastigouche. La réserve faunique Mastigouche, située à proximité, offre 175 kilomètres carrés d’espace vert et d’air aux villégiateurs. On a avancé deux hypothèses pour élucider, en partie, le nom de cette municipalité de la région de Lanaudière. Suivant certains, on aurait voulu célébrer le souvenir d’un ancien missionnaire l’abbé Saint-Charles Gingras (1839-1903). Selon d’autres, Saint-Charles évoquerait l’abbé Charles Turgeon, curé de la paroisse de Saint-Didace, qui a largement oeuvré à Saint-Charles-de-Mandeville, appellation attribuée au bureau de poste en 1905, évoque Maximilien Mandeville, né en 1811, plus communément prénommé Maxime, l’un des premiers colons s’établir sur les bords du lac Maskinongé vers 1824, non loin du site municipal présent. Le peuplement débute en 1837, grâce à l’arrivée massive de Maskinongeois, de Berthelais et de Sorelois qui s’installent dans une partie du territoire de Saint-Didace, qui devient, à compter de 1984, la mission de Saint-Charles-de-Mandeville. Érigée en paroisse en 1903, cette entité donnera son nom, à la municipalité rurale établie officiellement en 1905. L’usage courant ne retient que l’appellation Saint-Charles. Les Mandevillois s’enorgueillissent de posséder l’un des plus importants observatoires d’astronomie du Québec.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *