Armoiries

Armoiries de Lejeune

Armoiries de Lejeune

Armoiries de la municipalité de Lejeune

Les armoiries se veulent le reflet de notre milieu de vie et incarnent par le fait même notre devise:

SOLIDARITÉ

TÉNACITÉ

SÉRÉNITÉ

Chaque activité y est dûment représentée:

L’agriculture qui a marqué le début de notre paroisse et qui y occupe encore une place de premier plan y est représentée par des épis de blé à pleine maturité.

Que dire de l’acériculture qui est devenue une force majeure dans notre milieu, sans négliger pour autant l’apport du travail forestier quie est la pierre angulaire de notre économie. La feuille d’érable symbolise ces secteurs d’activités.

Nous ne pourrions passer sous silence l’apport du tourisme et du loisir dans l’économie de notre région. C’est pourquoi le chevreuil et le poisson sont omniprésents dans ce logotype.

Quant au soleil, il personnifie la joie de vivre qui nous habite.

(Texte tiré intégralement de la description faite lors de la première présentation des armoiries).

Historique de la municipalité de Lejeune

Cette municipalité forme avec Saint-Juste-du-Lac et Auclair, plus à l’ouest, le JAL, une région géographique dont le territoire se situe à l’est du lac Témiscouata.

Formée des initiales des localités constituantes, cette abréviation témoigne du regroupement de municipalités de l’arrière-pays du Bas-Saint-Laurent pour des fins économico-administratives et d’aménagement territorial. Composé de vallons, de forêts, de champs, le décor lejeunois respire la paix en harmonie avec la nature. La rivière Squatec constitue la limite ouest de cette étendue habitée. Colonisé à compter de 1931, ce territoire sera érigé en municipalité, en 1964, sous le nom de Saint-Godard-de-Lejeune. Lejeune étant le nom du bureau de poste ouvert en 1933.

La paroisse érigée canoniquement en 1868, prendra quant à elle le nom de Saint-Godard, tout simplement. On assistera au changement du nom de la municipalité en celui de Lejeune au début de 1991. On ignore le motif d’attribution de Lejeune, bien que l,on soupçonne qu’il puisse s’agir du père Paul Le Jeune (1591—1664), jésuite qui, accompagné d’un groupe d’Amérindiens, séjourna dans la région durant l’hiver 1633-1634.

Le père Le Jeune était alors supérieur des Jésuites, à Québec. Quant à Saint-Godard, qui constituait une desserte dès 1937, ce nom rappelle un prêtre des Ve-VIe siècles, sacré évêque le même jour que saint-Médard, en 530. Ces frères jumeaux, suivant la légende, ont également été élevés à la prêtrise au même moment. Comme saint Médard était déjà titulaire d,une paroisse du diocèse du Bas-Saint-Laurent, saint Godard ne devait pas demeurer en reste.

Armoiries de Lejeune

Armoiries de la municipalité de Lejeune.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *