Armoiries

Armoiries de L’Avenir

Armoiries de L’Avenir

Armoiries de L’Avenir

L’Avenir, un beau coin du Centre du Québec, est situé dans le canton de Durham, municipalité régionale de comté de Drummond. La ville porta comme premier nom L’Avenirville.

Au XIXe siècle, L’Avenir était reconnu au Québec pour son effervescence culturelle. C’est à L’Avenir que grâce au nombre et à la qualité des animaux, la meilleure exposition annuelle de la Société d’Agriculture de Drummond se tenait à l’époque.

Origine des armoiries de L’Avenir

Création originale de messieurs Fernand Trahan et Jean-Louis Poirier, l’emblème veut rappeler aux citoyens leurs origines et leur fierté.

  • Le brun : Couleur de notre sous-sol, riche en sable et gravier ;
  • Le vert : Couleur du feuillage de nos boisés ;
  • Le bleu : Couleur de la magnifique rivière St-François ;
  • L’épi de blé : Rappelle l’agriculture qui se pratique chez-nous ;
  • La feuille d’érable avec le seau et la goutterelle : Rappelle la réputation d’excellence de nos acériculteurs ;
  • Le livre : Rappelle le passage de J.B. Dorion et l’implantation de son imprimerie chez-nous. Le nom de la municipalité origine de son journal ;
  • Les clés : Rappellent nos origines religieuses et notre Saint patron, Saint-Pierre ;

Les feuilles d’érable disposées tout le tour du blason rappellent notre appartenance à la grande famille canadienne.

armoiries de l'avenir

Armoiries de la municipalité de L’Avenir. Image libre de droits.

Armoiries de L’Avenir. Source de l’image : municipalitelavenir.qc.ca.

Historique de la municipalité de L’Avenir

À 20 km au sud-est de Drummondville et à mi-chemin entre cette ville et Richmond, sur la rive ouest du Saint-François, dans le canton de Durham, Lavenir se dresse dans un décor de riches pâturages et de fermes prospères. Les débuts du village sont marqués par l’arrivée des premiers colons en 1823, parmi lesquels on retrouve une proportion significative d’anglophones. En 1862, la municipalité de l’Avenir est érigée et celle du village du même nom voit le jour en 1931. Elles fusionnent en 1976 pour former le territoire municipal que nous connaissons aujourd’hui. C’est curieusement à un journal que le village doit son nom. En effet, en 1847, Jean-Baptiste-Éric Dorion (1826-1866), surnommé « l’enfant terrible en raison de ses positions musclées, fondait un journal au titre plein d’espoir de L’Avenir.

Véhicule des esprits forts de l’époque, il cessait de paraître en 1852. Né à Sainte-Anne-de-la-Pérade, Dorion s’établit bientôt à Montréal et fonde le journal qui devient l’arme privilégiée de sa bataille contre l’intransigeance du clergé et de sa lutte pour l’annexion du Canada aux États-Unis.

Il toucha aussi à la politique comme député de Drummond (1854-1857 et 1861-1866) et fonda en outre Le Défricheur (1862). C’est à la demande de ce journaliste que le nom de L’Avenirville a été attribué au bureau de poste, lorsqu’il s’établit dans les Bois-Francs en 1853. L’appellation s’est imposée tout naturellement lors de l’érection de la municipalité, d’autant que Dorion prévoyait une grande prospérité pour ce site et pour les L’Avenirois. L’espoir placé dans le futur ne pouvait être mieux véhiculé que par le mot « avenir ». L’Avenir a été et demeure le site d’importantes expositions agricoles annuelles organisées par la Société d’agriculture du comté de Drummond.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *