Armoiries

Armoiries de Dorval

Armoiries de Dorval

Armoiries de Dorval

C’est en 1668 que l’abbé François Salignac de Fénelon créa une école et une mission pour les Indiens sur l’emplacement actuel de Dorval. La mission fut appelée « La Présentation ».

Dans les armoiries de la Cité de Dorval, l’aigle a été introduit à titre symbolique. En effet, il représente, d’une manière héraldique, le port aérien de Dorval. Il est l’emblème de la force, de la majesté et de la puissance. Trois bandes vertes sur fond « or » symbolisent la loyauté, la générosité et la gloire.

En 1691, Jean-Baptiste Bouchard d’Orval acquiert le domaine de La Présentation. Le nom «d’Orval» était le nom d’un hameau où il était né dans l’Aisne, province de l’Île de France. C’est pourquoi la Couronne française domine les armoiries. Cette couronne est stylisée pour représenter la Fort de La Présentation.

Armoiries de Dorval

Armoiries de la Ville de Dorval. Image libre de droits.

Les feuilles d’érable représentent le Canada. Le vert est la couleur de la nature, de la jeunesse et de l’optimisme. Les feuilles sont bouclées d’un ruban rouge, le rouge étant le symbole de la justice, du courage, de l’héroïsme et de la force au service des causes justes.

La devise latine signifie « Moi, je suis la porte du monde ». Cette devise va de pair avec l’aigle, le roi des airs. Elle rappelle l’activité du port aérien de Dorval.

D’après le site officiel de Dorval :  ville.dorval.qc.ca.

Historique de Dorval

Municipalité de village établie en 1892, transformée en ville en 1903 et en cité en 1956, Dorval constitue l’une des plus importantes entités municipales de l’ouest de l’île de Montréal, en face du lac Saint-Laurent, surtout parce que l’on y retrouve l’aéroport international Pierre-Elliott Trudeau depuis 1943 ainsi qu’une forte concentration d’industries pharmaceutiques.

Les Dorvalois doivent leur nom à Jean-Baptiste Bouchard Dorval ou d’Orval (vers 1658-1724) qui achète, en 1691, des terres à Fort Gentilly, dénommé par la suite Fort La Présentation, lequel avait été bâti par les Sulpiciens en 1670, sur le territoire de Dorval. L’élément Orval – nom d’une commune du Cher aujourd’hui – que Jean-Baptiste Bouchard rajoute à son patronyme pour le distinguer des autres Bouchard de la Côte-de-Beaupré n’a pas encore livré son secret, même si on a avancé qu’il pourrait s’agir du lieu de naissance de Bouchard, qui a pourtant vu le jour à Château-Richer. Son ancêtre, Claude Bouchart (d), aurait été chirurgien des missions huronnes de 1639 à 1650.

Le bureau de poste local recevra le nom de Dorval dès 1878 et inspirera, de même que la gare, le nom de la municipalité primitive, auparavant lieu-dit sur les terres anciennes de Bouchard, dont on affirme qu’il fut surtout trafiquant.

En 1895, la paroisse de La Présentation-de-la-Sainte-Vierge était érigée canoniquement et son nom sera repris pour identifier la municipalité de paroisse créée la même année, laquelle verra son nom modifié en celui de Côte-de-Liesse en 1954. En 1957, le territoire de cette dernière localité sera réparti entre les municipalités de Dorval, de Lachine et de Saint-Laurent.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *