Armoiries

Armoiries de Champlain

Armoiries de Champlain

Armoiries de la municipalité de Champlain

La devise de la municipalité de Champlain : FIDÈLE, TENACE et FIER.

La description des armoiries de Champlain n’est pas accessible pour le moment, attendons que la municipalité la mettra en lumière un jour.

D’après l’historien René Beaudoin, résident de Champlain depuis 1985, la seigneurie de Champlain fut concédée à Étienne Pezard de La Touche le 8 août 1664 par le gouverneur Mésy et monseigneur de Laval. Toutefois, Samuel de Champlain s’arrête aux environs de la rivière Champlain en 1603 et le nom Champlain apparaît la première fois en 1632.

La première terre a été concédée le 16 août 1643 à Jacques Aubuchon de Trois-Rivières qui deviendra le premier défricheur avant de revendre le terrain en 1645.

La partie ouest de la municipalité, dans le Haut-de-Champlain, s’étend sur le fief Marsolet et le fief Hertel concédés le 5 avril 1644.

Historique de la municipalité de Champlain

La municipalité de Champlain est issue de la fusion, en 1982, des municipalités de la paroisse de La Visitation-de-Champlain (1845) et du village de Champlain (1917). C’est du nom de la seigneurie homonyme, laquelle avait été dénommée d’après la rivière Champlain, que la municipalité tire sa propre appellation. À noter que c’est le seigneur Étienne Pézard de La Tou (s) che Champlain. Selon la version populaire, ce nom aurait été attribué à cette municipalité de la région de la Mauricie située non loin de Batiscan par Samuel de Champlain (vers 1570-1635) qui, émerveillé par la beauté des lieux, se serait écrié : « Quel beau champ plein! », du latin « campus planus », champ plat. Cependant, on sait avec certitude que c’est le fondateur de Québec qui a été honoré ainsi… par lui-même puisqu’il identifie le cours d’eau sur la Table qui accompagne sa carte de 1632, Rivière de Champlain.

Excellent cartographe et explorateur, Champlain a occupé le poste de gouverneur de la Nouvelle-France entre 1612 et 1629 puis entre 1633 et 1635. Arrivé au pays en 1603, il fonde Québec en 1608, doit livrer bataille Anglais en 1628-1629 et se résoudre à la reddition. De retour à Québec en 1633, il rétablit le commerce des fourrures et pacifie les Iroquois. On lui doit, entre autres écrits, « Des Sauvages » (1603) et de précieux récits de voyages (1613, 1619 et 1632).

Avant tout endroit de villégiature et lieu de retraite de maints capitaines de bateaux, Champlain était composé, à l’origine, d’îlots de population regroupés en villages qui avaient noms Laborde, Sainte-Marie, Picardie, appellations et entités qui ont longtemps prévalu. La commune française d’Hiers-Brouage et Champlain ont convenu de liens de jumelage. Rappelons que Brouage est le lieu natal de Champlain.

Armoiries de la municipalité de Champlain

Armoiries de la municipalité de Champlain. Image libre de droits.

1 commentaire

  1. Micheline Raîche-Roy

    2010/06/10 at 7:07

    Lors d’un arrêt à la halte routière de Champlain, j,ai remarqué le nom de mon ancêtre Guillaume Pépin sur le monument, , avec la mention « juge ». Y aurait-il une publication ou des documents qui me permetraient d’en savoir plus ?
    La fille de Guillaume, Marie-Ursule a épousé mon ancêtre Louis Pinard. Dans toutes mes lectures, je n,avais jamais lu ce renseignement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *