Armoiries

Armoiries de L’Assomption

Armoiries de L’Assomption

Armoiries de L’Assomption

La croix centrale, représentant le patriarcat de Saint-Pierre, commémore le premier nom de L’Assomption, Saint-Pierre-du-Portage, ainsi appelé en hommage à son fondateur, l’abbé Pierre Le Sueur.

À gauche, le monogramme de la Vierge-Marie, choisi à cause de la prédilection marquée pour la Vierge-Marie de Jean-Jacques Olier de Verneuil, curé de Saint-Sulpice (1642) et fondateur de la Compagnie des Sulpiciens.

Les avirons croisés rappellent la dénomination donnée par les Indiens à l’origine, soit « lieu de portage ». La couronne extérieure confère la dignité de ville et les deux branches d’érable réfèrent à l’emblème du Canada.

armoiries assomption

Armoiries de L’Assomption. Image libre de droits.

Le vert, au fond de l’écusson, rappelle la vocation agricole antérieure.

Devise : « Nil magnum sine labore » « Rien de grand sans labeur »

D’après le site WEB de L’Assomption : ville.lassomption.qc.ca.

Historique de Saint-Gérard-Majella

Modeste municipalité à vocation agricole et résidentielle, Saint-Gérard-Majella se blottit près de la rivière L’Assomption, à proximité de L’Épiphanie, dans la région de Lanaudière. Les premiers Majeliens s’installent en ces lieux entre 1719 et 1747, venus de L’Assomption et de Saint-Sulpice. À cette époque le territoire est connu sous l’appellation du Haut-de-L’Assomption ou de la paroisse de L’Assomption qu’il conservera jusqu’en 1903.

La paroisse a d’abord vu le jour sous la dénomination de Saint-Pierre-de-Vaucluse, en 1904, en rappel, d’une part, de l’abbé Pierre Le Sueur (1684-1752), curé de L’Assomption de 1724à 1742 et, d’autre part, d’un lieu de France qui servira à identifier le bureau de poste local créé en 1881. Suivant Hormidas Magnan, le nom de Vaucluse a été choisi par l’ancien provincial des Oblats, Prisque Magnan, après sa visite de la chartreuse de Vaucluse, dans le Jura. Son nom actuel, adopté en 1905, a été retenu pour identifier la municipalité de la paroisse de Saint-Gérard-Majella établie en 1906 et dont la graphie sera rectifiée en Majella en 1982. En consacrant cette appellation, monseigneur Bruchési, évêque de Montréal, désirait perpétuer le souvenir de la canonisation de saint Gérard Majella (1726-1755), survenue en 1904 et de laquelle il avait été témoin.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *