Sociétés d'histoire

Société d’histoire de Ste-Germaine-Boulé

Société d’histoire de Ste-Germaine-Boulé

Société d’histoire et de généalogie de Sainte-Germaine-Boulé

Située à 28 kilomètres de La Sarre, la municipalité de Sainte-Germaine-Boulé a pris naissance en 1934 dans le cadre du mouvement de colonisation de l’Abitibi.

La Société d’histoire et de généalogie de Sainte-Germaine-Boulé a été fondée officiellement en mai 2006. Ses membres fondateurs sont Richard Bégin, Frédéric Audet, Yves Bégin, Régis Côté et Arnold Jalbert.

C’est le 29 janvier 2004 qu’un comité provisoire a été formé pour mettre en place un comité responsable des fêtes du 75e anniversaire de Sainte-Germaine-Boulé. Il fut décidé, à cette rencontre, de former une société d’histoire qui irait au-delà des fêtes. Le comité provisoire s’est installé dans les anciens locaux de la caisse populaire et la toute première activité à l’agenda de la société fut la préparation et la rédaction du livre commémorant le 75e anniversaire de Sainte-Germaine.

Parmi les activités réalisées par la société, on peut citer la préservation des archives, la rédaction de documents d’histoire, la conception de nouvelles armoiries de la municipalité, l’organisation du café rencontre des générations, la préparation des albums de photos historiques et la réalisation des entrevues des pionniers (la Société d’histoire et de généalogie possède de nombreux documents et photos touchant l’histoire de la municipalité et de ses pionniers. : album de photos des nécrologies et des  mariages), tenue d’un atelier de généalogie, création de l’ordre des bâtisseurs et d’autres activités importantes visant la préservation de la mémoire.

Site Internet de la Société d’histoire et de généalogie de Sainte-Germaine-Boulé : sgb-histoire.qc.ca.

Historique de la Municipalité de Sainte-Germaine-Boulé

À l’instar de nombreuses paroisses de l’Abitibi, c’est vers 1932-1933 que les premiers colons, venus de Dorchester, de Beauce et de Montmagny, investiront un territoire situé à une trentaine de kilomètres au sud de La Sarre, dans la partie sud du canton de Palmarolle, au nord-est de Duparquet. Cependant, le tout premier colon et défricheur du canton de Palmarolle sera Guimont Roy, un Lasorrois qui s’installe dans le Septième Rang en 1916. Dès 1935, une mission sera desservie par un prêtre, mais il faudra attendre jusqu’en 1952 pour que celle-ci accède au rang de paroisse officielle. En 1954, la municipalité de la paroisse de Sainte-Germaine-de-Palmarolle est érigée, laquelle prendra, après quelques mois seulement, le nom de Sainte-Germaine-Boulé et acquerra le statut de municipalité.

Le constituant hagionymique Sainte-Germaine, qui identifie le bureau de poste à compter de 1934, rappelle que les pionniers venaient en majorité de Sainte-Germaine-de-Dorchester, comme on identifiait, à l’époque, Sainte-Germaine-du-Lac-Etchemin. De son côté, le constituant Boulé – orthographié fautivement avec un seul “l” -, nom du bureau de poste depuis 1936, évoque la mémoire de l’épouse de Samuel de Champlain, Hélène Boullé (1598-1654), qui prendra le voile en 1645 sous le nom d’Hélène de Saint-Augustin. Quant au canton de Palmarolle, il porte le nom d’un officier du régiment de La Sarre, mort en 1760. Les rivières Poularies et Dagenais arrosent des terres passablement fertiles. Les Germainiens sont renommés pour les nombreux articles en laine qu’ils fabriquent, grâce à un élevage important de moutons, répartis dans plusieurs fermes ovines.

ste germaine boulé

Sainte-Germaine-Boule en 1941. Source de l’image : Site web de la société.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *