Abitibi-Témiscamingue

Quartier de Destor

Quartier de Destor

Quartier de Destor de la ville de Rouyn-Noranda

Traversé par la route 101, le quartier de Destor est un des quartiers les plus éloignés du centre-ville de Rouyn-Noranda. L’ancienne municipalité de Destor a fusionné avec la ville de Rouyn-Noranda le 1er janvier 2002.

Le nom d’un capitaine des grenadiers au régiment Royal-Roussillon de l’armée de Montcalm a été retenu pour identifier un canton de l’Abitibi proclamé en 1916, un bureau de poste qui a existé entre 1936 et 1969, puis une municipalité érigée en 1981, située à environ 37 kilomètres au nord du noyau urbain de Rouyn-Noranda, entre Sainte-Germaine-Boulé et Saint-Norbert-de-Mont-Brun. Les premiers Destorois, venus de Notre-Dame-du-Rosaire et de Saint-Grégoire-de-Montmorency, se sont installés dès 1935 sur ce territoire, à la faveur du plan Vautrin, suivant lequel de nombreux avantages étaient consentis aux colons qui acceptaient de s’implanter en Abitibi, dans le cadre du projet mis de l’avant par le ministre de la Colonisation dans le gouvernement Taschereau, Irénée Vautrin. La municipalité a été établie près de la ligne ferroviaire reliant Duparquet à la gare de Davangus, qui tire son nom de Dave Angus, découvreur et promoteur de la mine Beattie qui recelait un important gisement d’or et d’argent. Aujourd’hui, Davangus identifie un lieu-dit. Sur le plan religieux, la paroisse de Saint-François-de-Sales-de-Destor sera canoniquement érigée en 1954.

Ce quartier se situe le long de la faille géologique Porcupine-Destor, qui est à l’origine des mines qui ont fermé leurs portes.

Canton de Destor

Situé à une trentaine de kilomètres à l’est de la frontière du Québec et de l’Ontario et à environ 30 kilomètres au nord de Rouyn-Noranda, ce canton arpenté en 1916 était alors considéré comme impropre à la culture, à cause de la mince couche d’humus qui recouvrait le sol rocheux. Néanmoins, des colons y ont fondé la paroisse de Saint-François-de-Sales vers 1935, à l’est, et le hameau de Renault, à l’ouest, implanté le long de la route qui mène de Rouyn-Noranda à La Sarre.

Le nom de cette division géographique, située tout près et à l’ouest du parc national d’Aiguebelle (ce parc compte une des entrées dans le quartier de Destor), a été attribué en l’honneur d’un capitaine des grenadiers au régiment Royal-Roussillon. Il est d’ailleurs largement utilisé, car il désigne en outre un ruisseau, une baie, un lac et des collines qui surplombent de plus de 100 mètres le terrain avoisinant dont la surface se maintient autour de 350 mètres. Le nom du canton de Destor a été retenu par le ministre des Terres et forêts en 1907. Le canton a été proclamé en 1916.

Lieu-dit Davangus

Ce lieu-dit fait partie du territoire du quartier de Destor et est situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Rouyn-Noranda en Abitibi-Témiscamingue. En 1935, le plan de colonisation, appelé plan Vautrin, favorisa l’établissement de colons autour de la gare de Davangus. Un embranchement ferroviaire partait de cette gare située entre Taschereau et Noranda pour rejoindre la mine Beattie de Duparquet. Ces deux voies sont aujourd’hui disparues. Au début des années 1930, la gare s’est appelée Bégomi, acronyme de Beattie Gold Mines. L’agglomération a pris par la suite le nom de Davangus, télescopage de David Angus, un des prospecteurs responsables de la découverte du gisement d’or et d’argent de la mine Beattie qui fut en production de 1933 à 1956. Le bureau de poste de Davangus desservit la petite communauté abitibienne de 1936 à 1969.

Église de Destor. Source de l'image: ville.rouyn-noranda.qc.ca
Église de Destor. Source de l’image: ville.rouyn-noranda.qc.ca.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *