Abitibi-Témiscamingue

Mont-Brun

Mont-Brun

Quartier de Mont-Brun

Le quartier Mont-Brun de la ville de Rouyn-Noranda est situé dans la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue à 45 kilomètres du centre-ville de Rouyn-Noranda, 605 kilomètres de Montréal et 850 kilomètres de la ville de Québec. Le quartier regroupe environ 5200 résidants.

C’est la compagnie forestière Canadian International Paper (CIP) qui y établit son chantier en 1925, mais le peuplement du territoire débute en 1936, avec l’arrivée des premiers colons dans le cadre du plan Vautrin. Les premières familles sont venues de Québec, de la Beauce, de Dorchester, de Kamouraska, de Montmagny et de la ville de Québec.

Les bûcherons et les draveurs de la CIP qui travaillaient dans la région des sources de la rivière Kinojévis appelaient cet endroit Clay-Rapid ou Clay-Hill (colline d’argile). En effet, ces noms soulignaient la présence d’un gros monticule d’argile brune au bord de la rivière, dans le nord-est du canton de Cléricy.

La paroisse de Saint-Norbert-de-Clay-Hill est ouverte en 1936, mais en 1937, elle change de nom pour devenir Saint-Norbert-de-Mont-Brun. L’église Saint-Norbert a été bénie en 1938 (en 1965, elle est ravagée par le feu).

Beaucoup plus tard, en 1997, elle simplifie l’appellation pour devenir Mont-Brun tout simplement. On doit à l’abbé Arthur Nadeau, fondateur de la paroisse, la forme française de la dénomination de Clay-Hill.

En 1978, la paroisse est érigée en municipalité. En 2002, la municipalité de Mont-Brun se regroupe aux autres municipalités dans la nouvelle Ville de Rouyn-Noranda (et ce, contre son gré).

Le quartier Mont-Brun appartient, avec D’Alembert, Cléricy et Destor, au district nord de la nouvelle ville de Rouyn-Noranda. C’est l’un des quartiers les plus éloignés du noyau urbain de la ville.

Les citoyens de Mont-Brun bénéficient de plusieurs services à l’intérieur de leur village, ce qui démontre une vitalité relativement bonne du quartier.

Le territoire est marqué par la prédominance des activités agricoles et par la présence du Parc national d’Aiguebelle, qui en couvre la moitié. C’est à cet endroit que l’on retrouve les plus grandes superficies défrichées et cultivées de la région.

Un quart de la population de Mont-Brun est composé de jeunes de 14 ans et moins, ce qui est un peu plus élevé que le niveau de la ville de Rouyn-Noranda. La proportion de personnes âgées de 65 ans et plus est quant à elle relativement faible (pas plus de 4%).

Les nouveaux arrivants n’ont eu aucun problème d’intégration dans la communauté. Leurs voisins ou le bénévolat ont fait en sorte qu’ils sont acceptés dans le quartier.

Visité par plus de 30 mille visiteurs annuellement, le Parc national d’Aiguebelle constitue l’attrait touristique le plus important de Mont-Brun. On retrouve un camping doté d’une plage en bordure du lac Caste. Une rampe de mise à l’eau et un quai sont présents dans le noyau villageois sur la rive de la rivière Kinojévis.

Historique de Saint-Norbert-de-Mont-Brun

Cette vaste localité, ancienne municipalité du canton de Cléricy couvre plus de 515 km carrés et se situe immédiatement au nord de McWatters et de Cadillac, à ne quarantaine de kilomètres au nord-est de Rouyn-Noranda, à l’est de Saint-Joseph-de-Cléricy et de Destor, en Abitibi.. Peu peuplée, elle compte plusieurs lacs ainsi que les rivières Cléricy et Kinojévis, et elle constitue la principale voie d’accès au parc d’Aiguebelle (1985), territoire qui, depuis 1945, avait le statut de réserve de chasse et de pêche.

Avec une superficie de plus de 243 kilomètres carrés, le parc attire les amateurs de pêche, de chasse, de raquette, de ski de fond, de randonnée pédestre. À l’origine, l’endroit portait le nom Clay Hill ou Clay Rapid, attribué par les prospecteurs en raison de la nature du sol composé d’argile brune (clay), notamment, un imposant monticule sis près de la rivière Cléricy. Par suite de la traduction de ce mot en français par l’abbé Arthur Nadau, fondateur de la paroisse, le bureau de poste ouvert en 1937 et portan l’appellation Clay Hill, voit celle-ci modifiée en Mont-Brun, vingt ans plus tard.

Ainsi, la dénomination de la municipalité créée en 1978 résulte-t-elle de l’amalgame du nom du bureau de poste et de celui de la paroisse de Saint-Norbert établie en 1947. Dans ce dernier cas, le site de l’église ayant été désigné le 6 juin, jour de la fête de saint Norbert (vers 1080-1134), l’appellation devait s’imposer d’elle-même. À noter qu’il s’agit de l’un des rares hagionymes municipaux de la région abitibienne. Défrichée par des forestiers à compter de 1920, Mont-Burn, suivant la désignation courante, sera colonisée par des familles venues de Québec, Montmagny, Kamouraska, Beauce et Dorchester à partir de 1936. Les Montbrunois, majoritairment agriculteurs, se découvrent une vocation de mineurs de nos jours.

mont-brun

Église de Mont-Brun. Photo envoyée par Mme Aline Beaudry.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *