Abitibi-Témiscamingue

Lac-Chicobi

Lac-Chicobi

Territoire non organisé du Lac-Chicobi

Lac-Chicobi est l’un des deux Territoires Non Organisés (TNO) de la MRC de l’Abitibi, dans la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue, à 75 kilomètres au nord-est de Rouyn-Noranda.

Ce TNO est mieux connu sous l’appellation de Guyenne, d’après le nom du hameau fondé sur ce territoire en 1847.

Le nom de Guyenne rappelle également le régiment français dont deux bataillons débarquent en Nouvelle-France en 1754.

Actuellement, on y trouve trois coopératives, dont Les Serres coopératives de Guyenne qui sont bien connues au Canada pour leurs tomates d’une qualité hors pair. Cette entreprise produit également des fleurs annuelles et elle possède une pépinière où sont cultivés des arbres qui contribueront au reboisement de la planète. Les Serres coopératives furent créées en 1980 par un groupe de citoyens afin de relancer ce petit village. À l’origine, les Serres se firent connaître par leurs plants d’épinettes noires et leurs pins gris. Aujourd’hui, la coopérative, qui se classe parmi les cinq premières entreprises serricoles du Québec, utilise des technologies de pointe.

L’attitude coopérative se traduit par une forte implication de la population dans la plupart des dossiers. On retrouve d’ailleurs à Guyenne pas moins de neuf organismes sans but lucratif.

Le TNO Lac-Chicobi, ou Guyenne, possède de nombreux attraits, dont le Camp-École Chicobi. Il s’agit d’un camp d’éducation aux sciences naturelles qui s’adresse aux jeunes du primaire et du secondaire.

Un petit musée est consacré à l’histoire du village de Guyenne. Il est aussi possible de visiter l’église de Saint-Émile, érigée en 1951.

Portage Ikwe

D’une longueur de près de 1 km sur la rivière Octave qui vient se jeter dans la rivière Harricana, ce portage se situe à une soixantaine de kilomètres à l’est de La Sarre, en Abitibi. Le toponyme, recueilli auprès de la population de Pikogan, à été adopté à l’occasion de la Journée internationale des femmes en 1982. Ce mot algonquin signifie « femme » d’où la forme locale Ikwe Onigam qui se traduit par « portage de femme ».

lac chicobi

Lac Chicobi. Source de la photographie : Camp-École Chicobi, qui existe depuis 1966 et qui est reconnu comme camp d’éducation en sciences naturelles et organisme de bienfaisance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *