Le Quebec vu par un couple

Tour de l’île de Montréal

Tour de l’île de Montréal

Part III : Tour de l’île de Montréal

Par Elena et Viascheslav Petrovskiy

Viascheslav : On s'aperçoit tout à coup que que Montréal est une ville très confortable pour les cyclistes. Dans les nombreuses  rues, il y a des voies spéciales réservées aux pistes cyclables, et le transit y est dense et actif. Beaucoup de gens ont leurs propres vélos. D'ailleurs, BIXI, le système de location des vélos, est très développé et on retrouve un grand nombre de stationnements. Nous aimons, Elena et moi, à voyager à vélo, ainsi pour nous cette facette de Montréal s'est avérée une joie inattendue. Nous avons senti que les gens tout autour de nous ont les mêmes idées.

Bien sûr, j'ai décidé de faire une expérience pratique pour m'imprégner de tous les plaisirs du voyage à vélo à Montréal, et j’ai loué un vélo pour un couple de jours à un prix très bas à côté de l'hôtel. Nous avons eu la chance : effectivement, juste ces jours-là un festival annuel de la bicyclette a eu lieu à Montréal ; le programme comprenait les courses pour tout le monde tenues le jour et la nuit. Le festival symbolise le début de la saison cycliste. Je suis arrivé juste pour la course Défi sur un parcours de plus de 50 kilomètres à Montréal et dans ses environs.

avant le début

L'attente avant le début de la course. Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

Dans la matinée la foule des milliers de personnes portant leurs casques se réuni sur le site de lancement, alignée d'une manière organisée dans une géante colonne. On laissait entrer des cyclistes par groupes. Par le haut-parleur, on a annoncé que plus de vingt mille personnes sont venues pour la course ! En attendant le lancement, j'ai eu l'occasion de regarder une masse pittoresque des participants. Et j'ai été étonné de constater à quel point les participants étaient unis, – on y voyait des familles entières, des grands-parents à tout-petits. Il semblait que toute la ville était à vélo. Sur les visages, il y avait des sourires et une joyeuse attente. Dans cette union on ressentait l'esprit et les valeurs de la nation – la famille, le sport, la santé.

Et si on parle des bicyclettes ! … Franchement, je n'ai pas vu nulle part ailleurs un si grand nombre et la variété des vélos. Vélos ont été en général de haute marque, des hybrides élégantes, mais il y avait aussi des vélos de montagne, et le plus intéressant était d'examiner les structures complexes – tandems pour deux personnes, avec des enfants assis en arrière, ainsi que les vélo- remorques spéciales, où de très jeunes enfants ont dormi d'un bon sommeil portant leurs casques minuscules!

en route

Sur la route. Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

enfants

On y viennent tous ! Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

Bientôt nos rangs sont partis aussi. Et nous avons roulé! …  le sentiment est fantastique de se sentir une partie de ce flux vivant, passer à grande vitesse le long des maisons typiques de Montréal avec leurs escaliers en colimaçon ou au tortillement menant aux étages.

dans les rues

Dans les rues de Montréal. Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

Le flux était initialement très dense, et on roule à une vitesse assez calme. Dans un tel flux il faut se déplacer avec précaution pour éviter de dangereuses rencontres avec d'autres cyclistes. La route traversait les rues de la ville, les parcs et le long des canaux, le long du fleuve Saint-Laurent. Peu à peu les groupes ont commencé à se disperser, une partie des participants terminaient leur parcours aux arrêts intermédiaires, la route devenait graduellement plus libre et les vitesses ont augmenté, et en parallèle la fatigue commençait à s'accumuler. Aux carrefours, les bénévoles des groupes de soutien encouragent les cyclistes, en agitant les drapeaux et indiquent la direction des virages. Il n’y a pas de voitures, le trafic le long de la route étant entièrement bloqué. Les piétons sur les trottoirs bondés regardent avec intérêt le flux des vélos sans fin, en agitant les mains amicalement.

boite a lunch

Boîte à lunch. Repas pour les participants à l'arrivée. Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

equipe de service ukrainien

Un groupe d'Ukrainiens de l'équipe de soutien. Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

La participation à vélo festival a été payante, mais on a fourni un numéro individuel à tous les participants, et sur quelques points d’arrêt, on offre le repas pour tout le monde. S’il s'avère nécessaire faire réparer le vélo un groupe de soutien est prêt à intervenir. Les cyclistes du groupe de soutien portent les mêmes uniformes rouges et ils ressemblaient à une grande équipe particulière. Pendant un certain temps que je conduisais à côté d'une paire d’équipe de soutien, j'ai été surpris d'entendre les parler russe ! À l'arrêt on a fait la connaissance et on a parlé un peu. Il s'est avéré que c'étaient des Ukrainiens qui vivent à Montréal depuis plus de dix ans. Et ça fait quelques années, qu’ils participent au festival en tant que bénévoles de soutien. On a pris une photo ensemble pour le souvenir, mais ce n’était pas possible de parler plus longtemps car ils ont eu besoin de respecter le planning pour être prêt à fournir une assistance sur la route.

handicap

Le vélo permet d'oublier l'handicap. Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

Mais voila nous avons bouclé notre itinéraire : le flux retournait au centre-ville. Vers la fin de la course on doit monter la longue pente du Mont-Royal! On est au bout des forces. J'ai essayé de souquer sur les pédales et monter – et puis, finalement, l'arrivée ! À la fin de la route, les foules reposent s'étendant dans une zone du parc et se délaissant sous un soleil chaud. Chaque participant a reçu un certificat et un petit cadeau commémoratif, et même pour récupérer les forces – une bouteille de lait !…

detente_velo

Photo : © Elena et Viacheslav Petrovskiy

La fête est finie, mais j'avais envie de faire quelques tours de la ville, et pour les deux prochains jours, j'ai voyagé souvent à vélo, j'ai gravi le Mont-Royal, roulé le long du canal de Lachine et traversé les ponts à travers du Saint-Laurent, on encore faisait de longues promenades en ville pendant la nuit. Je me souviens le plus souvent du Tour de l'Île et de mes voyages à vélo à Montréal, quand je me rappelle notre voyage au Canada.

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>