Le Quebec vu par un couple

Parc du Mont-Royal

Parc du Mont-Royal

Parc du Mont-Royal

Sans la vigilance et la volonté des citoyens, Montréal ne disposerait pas du joyau qu'est devenu son célèbre Parc du Mont-Royal, créé en 1876. C’est le maire Aldis Bernard qui fût l’artisan de la création du parc. En fait, le maire Aldis Bernard ( à l’hôtel de ville de 1873 à 1875), fût surnommé le maire des parcs.

Sous son administration, trois grands projets de parc virent effectivement le jour (outre le parc du Mont-Royal, deux autres espaces publics allaient être offerts aux Montréalais et Montréalaises : l’île Sainte-Hélène et le parc de la Ferme Logan (futur parc Lafontaine).

C’est à Frederick Law Olmsted (1822-1903) que la Ville de Montréal a confié le mandat de dessiner le plan du parc. M, Olmstead, fameux architecte de paysage, auteur du Central Park à New York.

Frederick Olmsted voulait conserver le charme naturel de la montagne. Son souhait a été exaucé. Le chemin sinueux qu’il a conçu et qui porte aujourd’hui son nom, avait justement pour but de faire découvrir les beautés de cet espace naturel et historique.

… En 1535, Jacques Cartier gravit la montagne et la nomme mont Royal.

… En 1643, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, érige une croix sur le mont Royal pour remercier le seigneur d’avoir épargné le village d’une inondation.

… En 1676, les Sulpiciens, propriétaires de l’île de Montréal, établissent un fort abritant une mission amérindienne au pied de la montagne.

… En 1858, la maison Smith, du nom de Hosea B.Smith, riche marchand bostonnais, est construite sur le flanc nord de la colline.

En 1859-1860, M. Lamothe, propriétaire d’un terrain dans l’axe de la rue Peel, abat les arbres de son domaine pour les vendre comme bois de chauffage. Cet événement cristallise les positions de l’opinion publique en faveur de la création d’un parc sur la montagne.

En 1862, le colonel Stevenson fait transporter un canon sur la montagne et y tire plusieurs salves pour démontrer aux opposants de la création d’un parc sur le mont Royal que la montagne est bel et bien accessible. Il répétera son exploit en 1863.

En 1869, un amendement à la Charte de la Ville de Montréal est approuvé, permettant l’emprunt de 350 000 $ pour l’acquisition des terrains nécessaires à la création d’un parc sur le Mont Royal.

Dès 1872,  les expropriations des terrains nécessaires pour la création du parc, ont lieu.Ces expropriations et les travaux auront coûté la somme de plus d’un million de dollars, une somme colossale pour l’époque.

Finalement, le 24 mai 1876, le parc du Mont-Royal est inauguré.

ecureuil du parc mont royal

Le Mont Royal est le poumon de Montréal, synonyme de préservation et de mise en valeur de l’environnement. C'est plus de deux cents mille arbres et un habitat pour une grande variété d’espèces végétales et animales: 65 espèces d’arbres, 600 espèces de plantes, 180 espèces d’oiseaux et pas moins de 20 espèces de mammifères. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

chemin olmstead

Circuit de mangeoires d’oiseaux : le chemin Olmsted, boucle du sommet. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

pont mont royal

Au XIXe siècle, les industries et la population sont concentrées le long du fleuve et du canal Lachine. La ville de Montréal est surpeuplée et polluée. La bourgeoisie cherche donc à émigrer vers la campagne, ce qu'incarne le mont Royal à l'époque. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

parc mont royal vue sur le lac castor

En 1874,  un nouvel article a été voté et inséré dans la Charte de la Ville de Montréal, assurant la protection du parc du Mont-Royal. Il s’agit de la première loi votée au Québec destinée à protéger un milieu naturel. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

lac castors

Les amis de la montagne ont décidé de développer un programme d’intendance environnementale sur le Mont Royal pour appuyer les propriétaires et gestionnaires dans leurs efforts et stimuler la participation à la conservation des milieux naturels de la montagne. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

vue sur montreal

Le parc du Mont'Royal est l'un des derniers vastes oasis de milieu naturel au coeur de la métropole. Une diversité biologique étonnante y est encore présente. Ces écosystèmes sont menacés par la pression du développement urbain et par les utilisateurs. Il est important de prendre conscience de la richesse et de la fragilité de ce joyau. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

pavillon du lac aux castors

Aires de pique-nique et aire de jeux pour enfants sur les berges du lac aux Castors. Le pavillon du lac aux Castors renferme un restaurant-bistro, les toilettes, les téléphones, le service d’accueil et de location d’équipement de plein air. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

handicapes

         La Ville de Montréal a toujours assuré l’entretien du parc  du Mont-Royal. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

croix du parc mont royal

    La Croix du Mont-Royal, érigée en 1924. Cette croix  commémore le geste de Paul Chomedey, sieur de Maisonneuve, d’avoir planté une croix en bois à cet endroit en 1643 afin de remercier Dieu d’avoir épargné Ville-Marie des inondations. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

monument cartier

Inauguré en 1919 dans la partie est du parc, le monument à Sir George-Étienne-Cartier est l’œuvre du sculpteur George W. Hill et par les architectes Marchand, Haskell et Maxwell. Le monument a été inauguré par télégraphe par le roi Georges V de son château de Balmoral en Écosse. Ce monument du sculpteur Georges Hill commémorait le 100e anniversaire de naissance de George-Étienne Cartier (1814-1873). Photo : © Viacheslav Petrovskiy

lac des castors

Il faut agir pour assurer la pérennité du milieu naturel du parc et conserver la biodiversité de ses écosystèmes. Photo : © V. Petrovskiy

plantes du mont royal

 La flore de la montagne est très diversifiée et on y compte plus de 600 espèces de plantes. Photo : © V. Petrovskiy

chemin remembrance

Chemin Remembrance traverse le versant Ouest du Mont-Royal. Le nom du chemin honore la mémoire du passage du Roi George VI et de la Reine Elisabeth à Montréal. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

tamia ou suisse

La faune de la montagne. Un tamia ou suisse. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

symposium art

Premier Symposium international de sculpture en Amérique du Nord fut le premier du genre à se tenir en Amérique du Nord. Onze sculptures ornent toujours le parc dans les environs du lac aux Castors. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

radio_mont_royal

Tour de la Radio Canada, au sommet du parc Mont-Royal. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

pique nic

  Les alentours du lac aux Castors sont toujours occupés par des pique-niqueurs. Ici, dès 1884, le Toboggan Club, une structure de bois se trouvait (plutôt sur la butte à l’est du futur lac aux Castors). Le Toboggan Club fut démoli en 1925. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

parc mont royal

      Au parc, on trouvera près de 20 kilomètres balisés de sentiers de ski de randonnée, ainsi que le sentier de marche du chemin Olmsted (6,5 kilomètres) et autres sentiers secondaires. Le chemin Olmstead est également utilisé comme une voie cyclable. Photo : © Viacheslav Petrovskiy

ecureuil du parc

    Plusieurs structures n'existent plus. En 1875, on creuse le réservoir d’eau Peel, aussi appelé réservoir du Haut niveau, situé au pied de l’actuel escalier du Chalet. Ce réservoir a été remplacé par le réservoir des Cèdres, en 1920. Ou encore le pavillon Maxwell, érigé en 1906, qui comprenait un belvédère en hémicycle, une balustrade de pierres et un petit pavillon de thé, surplombant l’escarpement sud du parc Mont-Royal, œuvre des architectes Edward et William S. Maxwell, assistés de l’architecte paysagiste Frederick Todd. Ce complexe fut détruit en 1934. Le parc change au fil des années, il n'est pas une "nature morte"… Photo : © Viacheslav Petrovskiy
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>