Villes et villages

Uashat

Uashat

La réserve indienne innue d’Uashat

Uashat (ou-a-shat) est une réserve indienne innue, située à la limite ouest de la ville de Sept-Îles, enclavée dans le territoire de la municipalité régionale de comté des Sept-Rivières, la région administrative de la Côte-Nord (région touristique de Duplessis).  Elle s’étend sur une superficie de 117 hectares (289 acres) ou 1,08 kilomètres carrés et elle regroupe plus de 1400 résidents.

En Innu-aimun, Uashau signifie grande baie et la terminaison en «t» est un locatif. Uashat signifierait donc À la grande baie.

Les communautés de Uashat-Maliotenam et de Matimekosh-Lac-John font partie de la Corporation Ashuanipi, qui les représente à la  négociation territoriale globale depuis 2006. Elle a également signé une entente avec Hydro-Québec relativement au développement hydroélectrique de la rivière Sainte-Marguerite.

On y compte quelques dizaines d’entreprises d’alimentation, couture, services de gestion, aménagement paysager, dépanneur, soins esthétiques, services d’électriciens, etc.

Les activités économiques de ses résidents se centrent dans les secteurs de la pêche, de la foresterie, du piégeage, de la construction, du transport, de la pourvoirie, de l’art et de l’artisanat. La communauté compte un nombre grandissant d’ouvriers certifiés.

Chaque été, le Festival Innu Nikamu a lieu au mois d’août.

Le musée Shaputuan, fondé en 1998, témoigne de l’histoire de la culture de la nation innue. On trouve sur le territoire une reconstitution d’un poste de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson établie d’après des fouilles archéologiques. On y trouve l’habitation, une tour de guet, une chapelle ainsi que les divers types de tentes traditionnelles érigées à titre de démonstration.

La distance entre Uashat et Montréal est d’environ 875 kilomètres. Environ 650 kilomètres séparent la réserve d’Uashat de la ville de Québec.

Pour joindre la réserve d’Uashat :

265, boulevard des Montagnais
C.P. 8000
Sept-Îles
G4R 4L9

Téléphone : 418-962-0327.

Historique de la réserve indienne de Uashat

Située à l’embouchure de la rivière du Poste, la réserve indienne de Uashat constitue une enclave à l’intérieur même des limites de la ville de Sept-Îles, sur la Côte-Nord du Saint-Laurent.

Ce lieu est probablement celui qui est identifié sous le nom de Chischedec par l’historien Marc Lescarbot, en 1609, et qui paraît sous les formes de Chichedec et Chicedec sur les cartes de Champlain de 1612 et 1613, puis sous celle de Chisedec dans la Relation du voyage de 1626 de ce dernier.

Ni Lescarbot, ni Champlain ne font cependant état de la présence d’autochtones sur le site à cette époque. Il faut attendre en 1640 pour que le jésuite Paul Le Jeune en fasse part dans sa Relation où il parle des peuples de Chisedech. Puis, en 1645, le père Jérôme Lalement rapporte une expédition guerrière des Micmacs à Chichedek.

Ce toponyme est considéré par l’historien nord-côtier René Bélanger d’origine micmaque et signifierait les îles visibles de loin. Quant au nom de Uashat, de langue montagnaise, et qu’on traduit par à la baie, il apparaît dans les documents du XVIIIe siècle. On le retrouve en effet dans un mandement de monseigneur Jean-Olivier Briand aux Montagnais, en 1768, sous la forme Uashatsh et sous celles de Waushauck et Waushack dans le journal d’Erland Erlandson de 1832.

On procède à un premier arpentage des terres de la réserve en 1904, mais celle-ci n’est officiellement créée qu’en 1925. Elle sera le plus souvent identifiée dans les documents administratifs sous son nom anglais de Seven Islands.

En 1931, l’anthropologue Frank G. Speck rattache à ses habitants le gentilé de Wacauwilnuts, peuple de la baie. La Commission de toponymie officialise le nom de la réserve sous sa forme française de Sept-Îles en 1986, mais, dès 1987, le conseil de bande entreprend les démarches visant à lui attribuer celui de Uashat, ce qui fut fait officiellement par la Commission de toponymie le 24 avril 1992.

Uashat

Reconstitution à Uashat d’un poste de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson d’après des fouilles archéologiques. Source de l’image : Emdx

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *