Villes et villages

TNO Mont-Albert

TNO Mont-Albert

TNO Mont-Albert

Mont-Albert est un Territoire Non Organisé (TN, appellation qui signifie que ces territoires ne font pas partie d’aucune municipalité locale) qui fait partie de la municipalité régionale de comté (MRC) de La Haute-Gaspésie, dans la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. La vaste superficie de la TNO de Mont-Albert couvre 3 490 kilomètres carrés. En fait, ce TNO recouvre près de la moitié du territoire total de la MRC. L’autre Territoire Non organisé étant le TNO de Coulée des Adolphes.

Constitué le 1er janvier de 1986, le TNO de Mont-Albert est nommé en l’honneur du mont Albert. Le mont Albert, quant à lui, a été nommé en l’honneur du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha par l’arpenteur-géologue Alexander Murray (1810-1884) qui en atteignit le sommet le 26 août 1845, jour de l’anniversaire de l’époux de la reine Victoria. La population permanente du TNO de Mont-Albert est d’environ 200 résidents. Le TNO de la Coulée des Adolphes quant à lui n’est pas habité.

Fondé en 1940 comme un camp forestier, le village de Cap-Seize, situé à 14 kilomètres au sud de Sainte-Anne-des-Monts, est le seul village du territoire. Un bureau de poste y fut en activité de 1946 à 1969, mais depuis aucun bureau de poste dessert cette localité. À 18 kilomètres au sud de Cap-Chat, dans les montagnes, se situe le village abandonné de Saint-Octave-de-l’Avenir. Cet ancien village fut fondé en 1932 dans le cadre d’une politique de colonisation. Un autre village abandoné est Saint-Bernard-des-Lacs, également fermé dans les années 1960. À Saint-Octave-de-l’Avenir l’église ancienne, le presbytère et quelques autres bâtiments se conservent témoignant du passage des pionniers dans le secteur. Dès la fermeture de cette colonie, ce site a accueilli pendant plusieurs années le camp d’été du corps des cadets de la défense nationale canadienne et plus tard, un site de villégiature (auberge et chalets) y a été développé.

Le relief du TNO de Mont-Albert se caractérise par le massif des Chic-Chocs, une chaine d’une longuer de 75 kilomètres qui fait parte des Appalaches, où on retrouve certains des plus hauts sommets du Québec. Un vaste réseau de sentiers pédestres est aménagé sur ce territoire dont un tronçon du Sentier international des Appalaches.

Le Parc national de la Gaspésie et la Réserve faunique des Chic-Chocs sont des attraits reconnus de la région. Ces forêts sont caractérisés par la présence de massifs montagneux d’importance tel que le mont Jacques-Cartier d’une hauteur de 1314 mètres, le mont Richardson d 1 295 mètres et le mont Albert de 1 151 mètres (ou 1154 mètres selon les sources (en fait le sommet du mont Albert est un vaste plateau appelé la Table à Moïse au deux sommets, le sommet Albert Nord et le sommet Albert Sud). Ces trois montagnes font partie intégrante du parc national de la Gaspésie.

À l’extérieur du Parc national de la Gaspésie et de la Réserve faunique des Chic-Chocs, les activités sont caractérisées par l’exploitation forestière.

Sur ce territoire, on trouve des troupeaux de Caribous des bois sur les plateaux de la région.

Le Territoire Non Organisé de Mont-Albert est traversé par la route 299 qui relie Sainte-Anne-des-Monts à Gesgapegiag. Ce le long de cette route et le long de la route Saint-Joseph-des-Monts que les secteurs habités du TNO sont situés.

Mont Albert

Mont Albert

Mont Albert. Le sommet Albert Sud et table à Moïse, près de l’abri Le Rabougri. Source de l’image : Fralambert

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>