Villes et villages

Sainte-Monique-de-Honfleur

Sainte-Monique-de-Honfleur

Municipalité de Sainte-Monique-de-Honfleur

La municipalité de Sainte-Monique-de-Honfleur est située dans la municipalité régionale de comté de Lac-Saint-Jean-Est qui fait parti de la région administrative du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle s’étend sur une vaste superficie de plus de 163 kilomètres carrés, mais elle n’est peuplée que par environ 900 résidents.

Cette belle municipalité est située au nord du Lac-Saint-Jean, à mi-chemin entre Alma et Dolbeau-Mistassini. Longée par la rivière Péribonka, Sainte-Monique est traversée par la route 169.

L’histoire de Sainte-Monique date de la fin du XIXe siècle. En effet, la Société de colonisation et de rapatriement du Lac-Saint-Jean organise, en 1898, une excursion dans la partie nord du canton de Taillon, au Lac Saint-Jean. Les participants venus d’Ontarion, du Maine, du Madawaska et du Québec s’entendent pour dénommer l’endroit Honfleur, rappel de la ville de Normandie d’où Champlain s’embarque en 1603 pour venir au Canada. On répondait alors au vœu d’Adélard Turgeon (1863-1930), commissaire de la Colonisation et des Mines du Québec (1897-1901) qui, pour perpétuer le souvenir de son passage en Normandie en août de cette année-là, avait promis qu’un village québécois porterait le nom de Honfleur.

Les premier défrichements, effectués par des pionniers de Roberval et de la région de Mégantic, commencent en 1902, au nord de Saint-Henri-de-Taillon, sur un territoire borné à l’ouest et au nord par la rivière Péribonka.

Fondée en 1922, la paroisse de Sainte-Monique-de-Honfleur sera érigée canoniquement en 1948, par suite de son détachement du territoire de Saint-Henri-de-Taillon. L’hagionyme rappelle, d’une part, que sainte Monique a donné la vie à saint Augustin et que la paroisse de Saint-Augustin était située à proximité et, d’autre part, que la paroisse voisine, Sainte-Monique-de-Péribonka, avait été mise sous le même patronage.

Quant à Honfleur, identifiant une petite localité de la rive sud de la rivière Péribonka cette désignation a été rapidement abandonnée, un autre endroit dans Bellechasse portant également cette appellation. Malgré cela, Honfleur a perduré dans certaines appellations populaires dont Sainte-Monique-de-Honfleur et Honfleur-sur-Péribonca (avec la lettre « c » au lieu de la lettre « k »). La municipalité de Sainte-Monique voyait le jour en 1930 et annexait la municipalité de Sainte-Jeanne-d’Arc l’année suivante. Cette dernière, créée en 1916 sous le nom de Saint-Henri-de-Taillon-Partie-Ouest, prit celui de Sainte-Jeanne-d’Arc en 1918. Le bureau de poste de Sainte-Monique-du-Lac-Saint-Jean, inauguré en 1925, dessert la municipalité.

Historiquement, c’est avec la construction de la centrale hydroélectrique de Chute-à-la-Savane en 1951 que Sainte-Monique-de-Honfleur connaîtra son apogée.

Des attraits touristiques de la localité citons la Véloroute de Bleuets, un long circuit cyclable d’environ 260 kilomètres qui fait le tour du lac Saint-Jean et dont un tronçon passe sur le territoire de Sainte-Monique.

Pour les adaptes de pêche et de sports nautiques, Sainte-Monique possède une marie et un quai municipal doté d’une rampe de mise à l’eau.

Le camping Pointe Taillon possède une piscine et offre de nombreuses activités pour les amateurs de camping.

Pour l’hébergement, les visiteurs peuvent également choisir des gîtes familiaux et traditionnels qui offrent des décors enchanteurs. Quelques terrasses, cafés, restaurants offrent des produits du terroir aux saveurs d’antan.

Chute à la Savane

Cette dénivellation de moins de 45 mètres d’altitude, dénommée aussi Chute Honfleur, se situe à 1 kilomètre au nord de Sainte-Monique, sur la rivière Péribonka, tributaire du lac Saint-Jean. C’est à cet endroit que l’Alcan a érigé, en 1951, le barrage de la Chute-à-la-Savane et une centrale de 210 000 kW. À l’instar du barrage de la Chute-du-Diable construit un an plus tôt à 15 km en amont, cette centrale hydroélectrique fonctionne partiellement à ciel ouvert, ce qui constituait une innovation à l’époque. Au Québec, le terme « savane » désigne un terrain plat et humide qu’on ne peut pas cultiver à moins de l’avoir drainé. Le territoire environnant, couvert de marais, a sans doute inspiré cette appellation.

Coordonnées de Sainte-Monique-de-Honfleur :

Sainte-Monique
G0W 2T0

Téléphone : 418 347-3592.

Sainte-Marie-de-Honfleur à la hauteur de la rivière Péribonka. Image libre de droits.
Sainte-Marie-de-Honfleur à la hauteur de la rivière Péribonka. Image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *