Villes et villages

Ste-Marguerite-du-Lac-Masson

Ste-Marguerite-du-Lac-Masson

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson se trouve dans les Pays-d’en-Haut, au cœur des Laurentides. Sa superficie est de près de cent kilomètres carrés et environ deux milles cinq cents Massonaises et Massonais y résident.

L’histoire des fusions et défusions de ces lieux est assez caractéristique pour le Québec : Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson a été fondée en 1864 en vertu «des statuts du Bas-Canada» (mais c’est en 1866 que le premier curé y arrive).

En 1965, la municipalité est divisée en deux et la ville d’Estérel s’en sépare officiellement, mais en 2001, un décret officialise le regroupement de la ville d’Estérel et de la Paroisse de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson pour constituer la ville de Sainte-Marguerite-Estérel.

En 2004, les citoyens du secteur de l’ancienne ville Estérel se prononcent pour le démembrement de la nouvelle ville. La reconstitution de la ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson est officialisée le 23 novembre 2005. Enfin, à cette même date, la ville d’Estérel a également été reconstituée (avec moins de 200 résidents), un Conseil d’agglomération est créé pour gérer les compétences communes aux deux villes. Mais on parle de la ville actuelle d’Estérel dans l’article correspondant.

En 1922, la Société d’histoire de Sainte-Marguerite-du-lac-Masson/Estérel fut fondée. Cette société relate sur son site qu’Édouard Masson, le fondateur de Sainte-Marguerite est né en 1826 à Montréal. Il tente sa chance en politique en devenant conseiller municipal à Montréal en 1855. En 1856, il devient aussi conseiller législatif pour la division des Mille-Îles, qui incluait les comtés de Terrebonne et de Deux-Montagnes.

À partir de 1864, Édouard Masson s’intéresse à la colonisation des Laurentides, et vers 1865, il construit un manoir dans ce qui deviendra le village de Sainte-Marguerite. En 1871, il fait don de ses propriétés de Sainte-Marguerite à son fils aîné Joseph-Édouard, encore mineur, à savoir: le manoir, ses dépendances ainsi que d’un domaine de 1646 acres. Il décède dans sa maison de la rue Sainte-Élizabeth, à Montréal, le 5 août 1875, âgé seulement de 49 ans.

Si vous choisissez Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson comme lieu de résidence, sachez que vous ne serez pas le premier immigrant à vous y établir: Georges Simenon, ce grand écrivain français passe la guerre mondiale de 1939-1945 en France où, à la libération, son frère est compromis comme collaborateur. Questionné lui-aussi, Georges Simenon quitte l’Europe à l’automne 45 et s’installe à Sainte-Marguerite avec sa femme Tigy et leur fils Marc.

Lors d’un voyage à New York, il rencontre Denyse Ouimet, originaire d’Ottawa, qui deviendra plus tard sa deuxième épouse. Il l’engage comme secrétaire et la ramène à Sainte-Marguerite. Son roman autobiographique Trois chambres à Manhattan, a été écrit dans le chalet «Log cabin n°5» qui lui sert d’atelier à Estérel (ou à Sainte-Marguerite, voir l’histoire des fusions). Il y rédige aussi son Maigret à New York.

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson est une petite ville en pleine expansion qui offre des paysages magnifiques en toutes saisons, des activités pour petits et grands à longueur d’année et tous les services nécessaires pour un faire un havre de paix et de repos pour toute la famille.

Les atouts de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson sont nombreux et attirants pour de nouveaux arrivants : la plage publique au Lac Masson vous offre des motomarines, des canots, des bateaux de promenade (pontons), des kayaks, des pédalos, des planches à voile, des voiliers, des chaloupes à moteur, du ski nautique, des wake board ou surf, des kneeboard, des air chair et tubes, des véhicules tout terrain, du patinage avec musique d’ambiance, traîneaux à chiens, raquettes, ski de fond, motoneiges…

Il y existe un parcours de Golf 18 trous (il se trouve plutôt à Estérel, voir notre brève exposition historique au début de l’article) et un autre de 9 trous.

Plusieurs hôtels et centres d’hébergement s’y trouvent également, dont le Centre de villégiature et congrès, l’auberge Le Relais du Baron, des gîtes touristiques Au Phil de l’Eau, le Gîte du Lièvre, des résidence de tourisme, des chalets Lac-Charlebois, etc.

Chaque année, en février, il y a un rassemblement de motoneigistes et un autre de véhicules tout terrain (VTT). Enfin, il existe des opportunités d’installation, d’emploi, d’acquisition d’immeubles à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson.

La Farandole des arts visuels à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et à Estérel est organisée chaque année en août. Cet événement réunit des dizaines d’artistes qui peignent devant les visiteurs dans un circuit pittoresque. Des milliers d’oeuvres y sont exposées, alors, les amateurs d’art et de nature se feront plaisir en découvrant les nombreux attraits artistiques que recèle la ville.

Notre suggestion : Bistro à Champlain, au 75, chemin Masson, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, J0T 1L0 téléphone 450 228 4988. Ce bistro a été aménagé dans un ancien magasin général situé face au lac Masson. Cave à vin prestigieuse, bon accord mets et vins, expositions, visite de la cave à vin accompagnant le repas.

Coordonnées :

Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson
414, rue Baron-Empain
Ste-Marguerite-Estérel

J0T 1L0

Téléphone : 450 228 2543

Site internet : www.ste-marguerite.qc.ca

Ste-Marguerite du Lac Masson

Ste-Marguerite du Lac Masson

Un train entre en gare à la station de chemin de fer de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson dans les Laurentides. Photographie prise le 3 janvier 1942

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>