Villes et villages

Sainte-Clotilde-de-Beauce

Sainte-Clotilde-de-Beauce

Sainte-Clotilde-de-Beauce

La municipalité de Sainte-Clotilde-de-Beauce fait partie de la Municipalité régionale de comté des Appalaches, dans la région administrative de Chaudière-Appalaches. Elle compte une population d’environ 700 Clotildoises et Clotildois. Son territoire est de plus de 51 kilomètres carrés. Le nom de la municipalité rappelle sainte Clothilde, épouse de Clovis, roi des Francs saliens, baptisé à Reims en 498.

La paroisse de Sainte-Clothilde-de-Beauce a été constituée civilement le 19 novembre 1938, mais les premiers à avoir foulé le sol de la paroisse furent les Amérindiens Abénakis qui auraient vécu sur les berges des rivières Tring et Dupuis. Au début du XIXe siècle, les terres de la région ont été arpentées et le canton de Tring a été proclamé.

Les premiers terrains concédés à Sainte-Clotilde ont été acquis en 1835 par Georges Grégory et Joseph Cary. Ces terrains situés dans le 7e et le 8e rang. Dès 1869, les familles Vachon dit Pomerleau s’y installent pour. Dans les années qui suivent, d’autres familles s’établissent dans les rangs 7, 8 et 11.

En 1903, une première école fut construite suivi de quelques autres, appartenant à la Commission scolaire de Saint-Éphrem de Tring. En septembre 1921, on érige une chapelle sur le terrain donné par monsieur Alphonse Pomerleau. En 1923, on procède à la bénédiction du cimetière et à celle du presbytère en 1925.

En 1927, c’est à Sainte-Clothilde qu’a lieu la mise en marché du premier chalumeau de bois qui a été commercialisé à travers le Québec par l’industriel Arthur Pomerleau.

En 1938, à l’initiative du M. Arthur Pomerleau une requête signée par 75 propriétaires demandait la constitution d’une nouvelle municipalité. Cette requête a été admise et le 19 novembre 1938, la municipalité de paroisse de Sainte-Clothilde-de-Beauce était née. Son premier maire fut Amédée Roy et le premier secrétaire fur Napoléon Veilleux. Ensuite, on assiste à une période d’expansion pour l’industrie et le commerce.

Entre 1946 et 1948, on construit l’église actuelle et l’on procède à l’électrification de la paroisse et à l’ouverture des chemins d’hiver. En 1949, le couvent Dominique Savio est construit. Ce couvent sera occupé, dès 1950, par les Sœurs Servantes du Saint-Cœur de Marie. Plus tard, la centralisation amène des changements dans le système scolaire et une école nommée du Saint-Nom-de-Marie est bâtie en 1960.

Le 20 octobre 1984, la « h » du constituant Clothilde a été enlevée et la municipalité est devenue désormais Sainte-Clotilde-de-Beauce.
Au début des années 1990, un parc industriel est créé sur le territoire de Sainte-Clotilde, avec de nombreuses PME. Les sites historiques – le barrage Arthur-Pomerleau, le Pont couvert, le Grand Morne de Sainte-Clotilde sont réaménagés et pratique du delta-plane et de l’alpinisme prend de l’essor. On y fait principalement de l’escalade, du deltaplane et du parapente, de la randonnée pédestre et de l’observation géologique, astronomique et faunique. Neuf sentiers, cotés de « marche facile » à « marche difficile », font le tour de la montagne et vous conduisent au sommet où l’on peut admirer le paysage des Hautes Appalaches sur plus de 60 kilomètres. Des aires de repos et de camping sauvage y sont aménagées.

Coordonnées de Sainte-Clotilde-de-Beauce :

307B, rue du Couvent
Sainte-Clotilde-de-Beauce
G0N 1C0

Site Web de Sainte-Clotilde-de-Beauce : ste-clotilde.com

Ste-Clotilde-de-Beauce

Ste-Clotilde-de-Beauce

Grand Morne. Source de l’image : site Web de Sainte-Clotilde-de-Beauce

À lire également :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>